Des territoires (…D’une prison l’autre…)

du 2 au 6 mai 2017

L’équipe artistique mène durant 15 jours à Théâtre Ouvert une résidence dramaturgique visant à expérimenter le texte et ses possibles résolutions scéniques dans le cadre d’une session de l’EPAT (Ecole Pratique des Auteurs de Théâtre).

Les spectateurs sont invités à découvrir le fruit de ce travail avant la publication et la création du spectacle en septembre 2017.

………

Le temps de travail proposé par Théâtre Ouvert sera un temps de chantier, de recherche, d’approfondissement, sans technique ni décor, concentré uniquement sur le texte et les acteurs. C’est un luxe inouï de disposer ainsi d’une période de réflexion et de mise en route sans objectif de résultat. Nous allons avancer sans mettre les enjeux de la représentation au cœur du travail. Il s’agira en effet de se concentrer uniquement sur la rencontre entre des acteurs et une écriture. Nous espérons ainsi traverser toute la pièce avec patience et profondeur. Poser très simplement la question du corps, des rapports de distance ou de proximité, d’immobilité ou de mouvement, d’adresse…

Nous ne savons pas encore ce que nous proposerons comme restitution. Peut-être s’agira-t-il d’une simple lecture, peut-être autre chose. Nous serons où nous en serons, et c’est ce que nous laisserons apparaître, le plus honnêtement possible.

Il ne s’agira pas d’une maquette de ce que deviendra le projet, mais du défrichage partagé entre nous et les spectateurs, d’une zone à risque, d’un territoire en construction.

Baptiste Amann

………

Résumé du premier volet
Des territoires (Nous sifflerons la Marseillaise…) 
Ed. Tapuscrit /Théâtre Ouvert

(Jour 1)

Le pavillon témoin d’une résidence HLM. Quatre frères et sœur. Lyn, l’aînée, Benjamin, lourdement handicapé à la suite d’un accident de voiture, Samuel responsable politique de petite envergure, et Hafiz, le frère adoptif ont grandi là. Des années passées à commenter l’évolution du quartier, l’ambition de l’un, le racisme de l’autre, les choix, les comportements, les faiblesses de chacun. Réunis à nouveau à la mort de leurs parents, ils reprennent aussitôt leurs anciennes habitudes. Pourtant il faudrait organiser l’enterrement. Vendre ou ne pas vendre la maison. Se prendre dans les bras. Consoler. Impossible.

Jusqu’à ce qu’une entreprise d’expertise des sols, venu faire des prélèvements dans la perspective d’un chantier futur, découvre dans leur jardin des os humains. Il s’agirait de la dépouille de Nicolas de Condorcet, figure de la Révolution Française. L’héritage n’est plus le même.

………

Résumé du second volet 
Des territoires (…D’une prison l’autre…)
À paraître Ed .Tapuscrit /Théâtre Ouvert

(Jour 2)

Jour de deuil. Jour d’émeute. Devant la violence des affrontements, la mairie a pris ses dispositions : les habitants sont invités à rester confinés chez eux sous peine d’être contrôlés et emmenés au commissariat. Lyn, Benjamin, Samuel, et Hafiz reviennent du cimetière. Quand ils ouvrent la porte de chez eux, ils tombent nez à nez avec Lahcen et Moussa, deux habitants du quartier venus les prévenir des dégâts provoqués par la révolte. Il y a là aussi Louise Michel, une militante activiste luttant contre le projet d’extension du centre commercial qui prévoit le rachat de la zone pavillonnaire au profit de la construction d’un parking souterrain. Contraints de cohabiter le temps d’une journée alors que dehors résonnent les cris de l’insurrection, une petite agora va s’établir dans le salon du pavillon témoin. Et inconsciemment, glisser peu à peu, jusqu’à l’incarner tout à fait, vers le souvenir d’une ancienne révolution : celle de la Commune en 1871.

Mediapart

Theatre online

Coproduction Compagnie du Soleil Bleu, Théâtre Ouvert avec le soutien de la Région Île-de-France 

Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la présentation du 2 mai 

………………

Des territoires (Nous sifflerons la Marseillaise…) 

Le spectacle a été créé au Glob Théâtre-Bordeaux le 12 janvier 2016 puis présenté à Théâtre Ouvert du 29 janvier au 19 février et à la Comédie de Reims du 23 février au 5 mars 2016

TOURNÉE
La Genette Verte – Florac (Scènes Croisées de Lozère) : le 25 février 2017
TnBA – Théâtre national de Bordeaux – Aquitaine : du 10 au 14 avril 2017
Le Merlan – scène nationale de Marseille : les 27-28 avril 2017
Le CENTQUATRE – Paris : du 16 au 24 mai 2017 

………………

Des territoires (…D’une prison l’autre…)

Création en septembre 2017 pour Actoral – Festival international des arts & des écritures contemporaines au Merlan – scène nationale de Marseille

Comédie de Reims : du 10 au 20 octobre 2017
Théâtre de la Bastille dans le cadre du Festival d’Automne à Paris : du 2 au 25 novembre 2017

avec Solal Bouloudnine, Sarajeanne Drillaud, Nailia Harzoune, Yohann Pisiou, Samuel Réhault, Anne-Sophie Sterck, Lyn Thibault, Olivier Veillon 

Durée :
© Emmanuelle Delahaye

L’Immobile

17, 18 décembre 2015 à 20h

L’auteur, accompagné de son équipe artistique, a passé deux semaines d’exploration dramaturgique et sonore à Théâtre Ouvert dans le cadre de l’Ecole Pratique des Auteurs de Théâtre et propose au public de partager le fruit de cette résidence sous forme de sorties publiques.

…………………….

Un homme à la sortie de son bureau s’arrête et ne repart pas. A la manière d’un moteur qui même immobile reste parcouru d’infimes mouvements, commence un soliloque où l’homme décrit ce qu’il voit, ce qu’il est, ce qu’il devient. 

A coté, des formules de finances quantitatives, des déclarations du P.D.G d’une entreprise mondialement connue, des inserts plus fictionnels, égrènent une autre musique….

…………………….

L’Immobile est né d’un happening réalisé par l’auteur en 2012. Pendant 12h, sur le parvis de La Défense, il est resté à l’arrêt, pris dans le flux continu des travailleurs et des touristes. Là, il s’est laissé bercer, brasser, hypnotiser par 10 000 fragments de vies croisées.

L’écriture de Stéphane Bonnard trouve source dans l’énergie de la ville. Il scénarise les interventions à partir du contexte urbain où elles s’inscrivent. Il se nourrit de rencontres improbables, d’interviews, de palabres de coin de rue ; il pratique l’errance, repère les incongruités d’une ville, ses saillances architecturales, ses cheminements secrets. De là, il écrit une histoire qui relie les personnes croisées, met en cohérence des faits apparemment isolés, décale pas à pas une réalité.

…………………….

J’écris des monologues depuis une quinzaine d’années. Des mots qui surgissent parce que le corps ne peut plus les contenir, une pensée qui déborde dans le vacarme du monde.Mon écriture est pleine de l’urbain. Il imprègne un rythme, une énergie au mot. Je viens de là. Mon esthétique je l’ai forgée dans la ville. 

J’ai co-fondé une compagnie, KompleX KapharnaüM, repérée pour son écriture contextuelle : produire un objet à partir d’un espace public, son architecture, son quotidien. Repérée aussi pour ses formes qui ouvrent des espaces de parole dans la ville, à celles et ceux, taiseux.

«Parler c’est toujours parler à la place de quelqu’un d’autre». Cette phrase de Gilles Deleuze est un pont entre mon travail d’écriture et mon action au sein du groupe KompleX KapharnaüM.

Aujourd’hui, l’intérêt suscité par l’Immobile, m’offre l’opportunité de parler, sur un plateau. C’est une expérience particulière pour moi. Je n’y vais pas seul. Je suis accompagné d’une équipe à l’image de ce projet, singulière, et dont les membres partagent la même exigence dans le travail (…).

Stéphane Bonnard 

…………………….

L’immobilité n’est pas un immobilisme. Elle est un pas de côté, un pas de géant, radical et souverain, osé et audacieux, optimiste et solaire.
Elle est un renoncement par le haut. Une course effrénée et sauvage dans laquelle s’engage l’homme pour s’extirper d’un monde, d’un ordre et de structures suffocantes et mortifères dont il ne guérira plus ni la folie et ni la bêtise.
Etre immobile, c’est pour Stéphane Bonnard être pris dans un mouvement d’exploration d’autres formes de vie, d’autres possibles et d’autres devenirs : un éloge de la fuite en quelques sorte, mais d’une fuite sans peur ni désenchantement et qui s’ouvre toujours sur des horizons et des métamorphoses inédites.
Sur le plateau, ce sont ces métamorphoses et ses horizons nouveaux qui seront en chantier : leur recherche, leur naissance ainsi que le désir fragile qui les maintient en vie.

Alexandre Plank

: esse que éditions

L’Atelier fiction – France culture

Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue des présentations

Production déléguée : esse que
Coproduction Théâtre des Ateliers – Lyon, Théâtre Ouvert avec le soutien de la Region Ile-de-France
Avec le soutien de la SACD à l’auteur 

L’Immobile a reçu l’aide à la création du CnT

Le texte a été enregistré en public par France culture à Théâtre Ouvert le 11 décembre 2014.
Réalisation d’Alexandre Plank. 

L’Immobile sera créé aux Ateliers de Lyon en novembre 2016

Auteur – interprète Stéphane Bonnard
Compositeur Marc-Antoine Granier
Collaboration artistique Alexandre Plank

Durée : 45 min

Des territoires (…D’une prison l’autre…)

du 2 au 6 mai 2017

L’équipe artistique mène durant 15 jours à Théâtre Ouvert une résidence dramaturgique visant à expérimenter le texte et ses possibles résolutions scéniques dans le cadre d’une session de l’EPAT (Ecole Pratique des Auteurs de Théâtre).

Les spectateurs sont invités à découvrir le fruit de ce travail avant la publication et la création du spectacle en septembre 2017.

………

Le temps de travail proposé par Théâtre Ouvert sera un temps de chantier, de recherche, d’approfondissement, sans technique ni décor, concentré uniquement sur le texte et les acteurs. C’est un luxe inouï de disposer ainsi d’une période de réflexion et de mise en route sans objectif de résultat. Nous allons avancer sans mettre les enjeux de la représentation au cœur du travail. Il s’agira en effet de se concentrer uniquement sur la rencontre entre des acteurs et une écriture. Nous espérons ainsi traverser toute la pièce avec patience et profondeur. Poser très simplement la question du corps, des rapports de distance ou de proximité, d’immobilité ou de mouvement, d’adresse…

Nous ne savons pas encore ce que nous proposerons comme restitution. Peut-être s’agira-t-il d’une simple lecture, peut-être autre chose. Nous serons où nous en serons, et c’est ce que nous laisserons apparaître, le plus honnêtement possible.

Il ne s’agira pas d’une maquette de ce que deviendra le projet, mais du défrichage partagé entre nous et les spectateurs, d’une zone à risque, d’un territoire en construction.

Baptiste Amann

………

Résumé du premier volet
Des territoires (Nous sifflerons la Marseillaise…)
Ed. Tapuscrit /Théâtre Ouvert

(Jour 1)

Le pavillon témoin d’une résidence HLM. Quatre frères et sœur. Lyn, l’aînée, Benjamin, lourdement handicapé à la suite d’un accident de voiture, Samuel responsable politique de petite envergure, et Hafiz, le frère adoptif ont grandi là. Des années passées à commenter l’évolution du quartier, l’ambition de l’un, le racisme de l’autre, les choix, les comportements, les faiblesses de chacun. Réunis à nouveau à la mort de leurs parents, ils reprennent aussitôt leurs anciennes habitudes. Pourtant il faudrait organiser l’enterrement. Vendre ou ne pas vendre la maison. Se prendre dans les bras. Consoler. Impossible.

Jusqu’à ce qu’une entreprise d’expertise des sols, venu faire des prélèvements dans la perspective d’un chantier futur, découvre dans leur jardin des os humains. Il s’agirait de la dépouille de Nicolas de Condorcet, figure de la Révolution Française. L’héritage n’est plus le même.

………

Résumé du second volet
Des territoires (…D’une prison l’autre…)
À paraître Ed .Tapuscrit /Théâtre Ouvert

(Jour 2)

Jour de deuil. Jour d’émeute. Devant la violence des affrontements, la mairie a pris ses dispositions : les habitants sont invités à rester confinés chez eux sous peine d’être contrôlés et emmenés au commissariat. Lyn, Benjamin, Samuel, et Hafiz reviennent du cimetière. Quand ils ouvrent la porte de chez eux, ils tombent nez à nez avec Lahcen et Moussa, deux habitants du quartier venus les prévenir des dégâts provoqués par la révolte. Il y a là aussi Louise Michel, une militante activiste luttant contre le projet d’extension du centre commercial qui prévoit le rachat de la zone pavillonnaire au profit de la construction d’un parking souterrain. Contraints de cohabiter le temps d’une journée alors que dehors résonnent les cris de l’insurrection, une petite agora va s’établir dans le salon du pavillon témoin. Et inconsciemment, glisser peu à peu, jusqu’à l’incarner tout à fait, vers le souvenir d’une ancienne révolution : celle de la Commune en 1871.

Coproduction Compagnie du Soleil Bleu, Théâtre Ouvert avec le soutien de la Région Île-de-France

Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la présentation du 2 mai

………………

Des territoires (Nous sifflerons la Marseillaise…)

Le spectacle a été créé au Glob Théâtre-Bordeaux le 12 janvier 2016 puis présenté à Théâtre Ouvert du 29 janvier au 19 février et à la Comédie de Reims du 23 février au 5 mars 2016

TOURNÉE
La Genette Verte – Florac (Scènes Croisées de Lozère) : le 25 février 2017
TnBA – Théâtre national de Bordeaux – Aquitaine : du 10 au 14 avril 2017
Le Merlan – scène nationale de Marseille : les 27-28 avril 2017
Le CENTQUATRE – Paris : du 16 au 24 mai 2017

………………

Des territoires (…D’une prison l’autre…)

Création en septembre 2017 pour Actoral – Festival international des arts & des écritures contemporaines au Merlan – scène nationale de Marseille

Comédie de Reims : du 10 au 20 octobre 2017
Théâtre de la Bastille dans le cadre du Festival d’Automne à Paris : du 2 au 25 novembre 2017

avec Solal Bouloudnine, Sarajeanne Drillaud, Nailia Harzoune, Yohann Pisiou, Samuel Réhault, Anne-Sophie Sterck, Lyn Thibault, Olivier Veillon

Durée :