Lac artificiel

Du 31 mars au 12 avril

Laura et Salomé sont inséparables. Un samedi soir, au milieu d’un été, les deux adolescentes marchent le long de la route départementale, à la lisière de la forêt, à la recherche d’un endroit où faire la fête. Avec pour seul repère la signalétique fluorescente du bitume, elles cherchent leur chemin. Hors de la nuit, vers leurs souvenirs, à la dérive, dans un monde qui tangue, elles assistent à leur propre chute et à l’effritement de leur relation.

Dans cette pièce, Marine Chartrain évoque le moment charnière que représente l’adolescence, son instabilité, ses troubles, ses transformations. L’autrice façonne des dialogues vifs et réussit à ancrer avec justesse des monologues dans des situations concrètes d’une grande force scénique.

Lac artificiel est publié aux Éditions Théâtre Ouvert | Tapuscrit.

©Jacob Stambach

Texte Marine Chartrain
Éditions Théâtre Ouvert | Tapuscrit
Mise en scène Céleste Germe
Collaboratrice artistique et jeu Maëlys Ricordeau
Création sonore Jacob Stambach
Dispositif son et vidéo Jérôme Tuncer

LUN, MAR, MER À 19H30
JEU, VEN À 20H30
SAM À 18H

Durée : (estimée) 1h20
Grande Salle
Carte TO
Plein tarif 20€ 14€
Tarif réduit 14€ 10€
Universités, lycées, collègesgratuité pour les accompagnateurs 8€
Associations, groupesà partir de 6 personnes 8€
Comité d'entreprise, adhérents Ticket-Théâtre(s) 12€

Je vis dans une maison qui n’existe pas

Du 11 au 16 avril

Nikki vit dans une maison qui n’existe pas. Dans la maison qui n’existe pas il y a : Madame Monstre, Les Tout Petits, et Nuage le nuage. Il n’y a pas longtemps Nikki est rentrée dans une grande colère et elle cherche à présent ce qu’elle a perdu : son calme. Nikki doit retrouver son calme et pour ça elle a besoin de Madame Monstre, des Tout Petits et de Nuage le nuage. Sans ça elle ne pourra pas quitter la maison qui n’existe pas et rentrer chez elle… 

Je vis dans une maison qui n’existe pas est un texte entre naïveté d’un conte enfantin et brutalité pragmatique d’une prose directe et crue.

La pièce tisse le portrait de la psyché d’une personne souffrant de troubles dissociatifs de la personnalité et de problèmes de gestion de la colère. Elle ouvre une fenêtre sur la gestion des traumas d’enfance, l’inertie du système psychiatrique et la nécessité de fragmenter sa personnalité pour survivre à un monde où les personnes neuroatypiques se sentent exclu.e.s, indapté.e.s et irrécupérables.

je vis dans une maison qui n’existe pas…parfois je prends trop de médicaments aussi. je crois que je me dis que si j’en prends beaucoup d’un seul coup ça va me guérir d’un seul coup…au moins me soulager du poids de ma vie…
au début de cette histoire je mets ma tête dans le four et c’est pas pour vérifier la cuisson de la pizza…j’suis dans le gaz…
je voudrais te dire que c’est la faute de quelqu’un , que c’est par amour mais c’est pas l’amour qui m’a fait ça, c’est quelqu’un mais c’est pas l’amour…
je voudrais te dire que c’est une histoire d’amour mais c’est pas une histoire d’amour, c’est une histoire de solitude. 
Je vis dans une maison qui n’existe pas et je m’appelle Nikki.
et dans la maison avec moi il y’a Madame Monstre et les Tout Petits
Et Nuage le nuage aussi…mais ça n’a pas d’importance réelle…
Ces derniers temps on ne voit plus les Tout Petits et ça
m’inquiète moi…moi ça m’inquiète…
Il y’a pas longtemps je suis rentrée dans une colère je suis rentré et je
suis pas sortie depuis.
Depuis je cherche la sortie de la colère….
……………

REVUE DE PRESSE

Radio Campus Paris : « […] c’est terriblement bien écrit. De la poésie diamant brut. L’interprétation est d’une finesse implacable, avec des intonations, des rythmes, des émotions qui annulent toute distance entre interprète et spectateur. Tout ici est juste, et cette radicalité fait sens. » 

L’Oeil d’Olivier : « Laurène Marx affine son jeu et la maitrise de son image, de sa présence scénique. Plus ancrée au plateau, elle insuffle à son texte une intensité tellurique, que cisèlent parfaitement les lumières savamment créées de Kelig Lebars. »

Cult news : « L’écriture de Laurène Marx est une révolution. […] si Baudelaire existait aujourd’hui, il serait elle, cette femme trans non binaire, écorchée très vive. Sa poésie est unique autant que sa présence précise sur cette scène vide d’objets, mais pleine de sens. »

Détectives sauvages : « Plus qu’un texte, Je vis dans une maison qui n’existe pas s’affirme comme un espace alternatif, comme un refuge débâti, comme une volcanique terre promise qui ne tourne plus « le dos à la nuit » mais qui accueille, hurle et invente en même temps le “TOUT” irréductible de Nikki. »

Toute la culture : « Le texte, le jeu, la direction sont tous politiques et urgents. Je vis dans une maison qui n’existe pas rappelle un fait : la normalité est une construction et pourtant ce fait est sans cesse piétiné. Laurène Marx manifeste sans hausser le ton, de sa présence totale, contre “l’immense pression que subissent les gens qui ne sont pas conformes”. »

Sceneweb : « Laurène Marx met le public de Théâtre Ouvert en émoi.  (…) Son nouveau texte au titre aussi bouleversant que son contenu. Je vis dans une maison qui n’existe pas confirme la portée déflagratoire de l’écriture de l’autrice autant que sa présence scénique saisissante. Une soirée sous haute intensité émotionnelle. »

Art-Chipels : « […] on reste touché par la sincérité qui émane du texte et révèle des plaies qui restent à vif. Laurène Marx, dans sa manière de faire de son expérience de vie de trans non-binaire la matière de ses spectacles, est unique. Et émotionnante. »

Nos plans cult, par Cult news : « Je vous intime l’ordre d’aller écouter les mots si bien dits et si bien écrits de Laurène Marx à Théâtre Ouvert. Laurène Marx est l’autrice la plus puissante que nous ayons. »

Artsmouvants.com : « L’écriture a d’exceptionnel cette approche qui toujours touche au vrai. Le maquillage, l’habit de scène ou même le nom d’emprunt fictionnel ne suffisent pas, l’intime surgit, sans fard, sans costume, d’une pudeur qui ne triche pas. Au-delà de la sincérité, la puissance de l’écriture se mêle à l’évidence du plateau. Laurène Marx capte l’attention d’une aura manifeste et d’une présence lumineuse qu’impose son authenticité. Elle aborde la détresse psychologique de l’être qui ne trouve sa place qu’en son for intérieur pourtant bousculé. De cette intranquillité jaillit une écriture à vif, faite d’injonctions qui transforme le monologue en un dialogue ouvert vers le public. Intense et fulgurante Laurène Marx suspend l’instant, le trouble et confirme la puissance sensible d’un style aussi personnel que déflagrateur. »

TOURNÉE 

CRÉATION du 11 au 16 avril – Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines
14 juin 2024 – Festival Chahuts – TNBA – CDN Bordeaux
6 et 7 juillet 2024 – Festival de la Cité – Lausanne les 6 et 7 juillet 2024
14 ou 15 août OU 15 et 16 août – Far Festival – Nyon du 14 ou 15 août OU 15 et 16 août 2024
22 et 23 novembre 2024 – Théâtre Sorano – Toulouse
du 2 au 6 décembre – Théâtre National de Strasbourg 
du 12 au 14 mars 2025 – Université de Lille 
29 et 30 avril 2025 – Le Quai – CDN Angers 

©Lou Respinger
PRODUCTION Cie Je t’accapare / Bureau des Filles 
COPRODUCTION  Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines, Théâtre National de Strasbourg, CCN de Rennes – Collectif FAIR-E, Bain Public – St Nazaire, Maison Poème – Bruxelles 
SOUTIEN Ministère de la Culture – DRAC Pays de Loire et le Département Pays de la Loire

Texte et mise en scène Laurène Marx
éd. blast, parution le 19 avril
Assistanat à la mise en scène Jessica Guilloud
Collaboration artistique Fanny Sintès
Avec Laurène Marx
Création sonore Nils Rougé
Lumières Kelig Le Bars
Régie lumières Gabrielle Marillier

 

À partir de 13 ans

LUN, MAR À 19H30
JEU, VEN, SAM À 20H30

Durée : 1h
Grande Salle
Carte TO
Plein tarif 20€ 14€
Tarif réduit 14€ 10€
Universités, lycées, collègesgratuité pour les accompagnateurs 8€
Associations, groupesà partir de 6 personnes 8€
Comité d'entreprise, adhérents Ticket-Théâtre(s) 12€

Oasis Love

Du 18 au 30 septembre
Avec le Théâtre Nanterre-Amandiers – Centre dramatique national dans le cadre du Festival d’Automne 2023

   

 

« Comme si faire parole était déjà faire émeute. ».
Pour l’autrice et metteuse en scène Sonia Chiambretto, le moteur poétique de sa pièce Oasis Love se trouve dans le sens de ce mot « émeute », littéralement : « créer de l’émotion ».

Pourquoi l’apparition des forces de l’ordre dans les cités périphériques aux grandes villes provoque-t-elle, toujours ou presque, dans un réflexe de fuite, la course des jeunes qui y vivent, et dans le même mouvement, la course des policiers ? Avec Oasis Love, Sonia Chiambretto pose cette question comme point de départ à son spectacle, forme résolument hybride, né d’un long travail de documentation, d’enquête et d’écriture sur l’ambiguïté de notre rapport à l’autorité. Oasis Love explore la puissance poétique de la coursepoursuite, de l’exaltation, des corps épuisés. Celle d’une jeunesse qui court et trouve son souffle et sa fraîcheur dans cette chose qui fait tourner le monde : l’amour. Sous nos yeux se construit alors un espace où se réinventent effrontément les règles du vivre ensemble, révélant quelque chose comme l’atlas sensible d’un grand ensemble devenant peu à peu une oasis futuriste.

EXTRAITS

Samba-la-Honda

— NI FLEUVE DE LAIT NI FLEUVE DE MIEL PUR NI OISEAU VOLANT À VIVE ALLURE NI JET-SKI NI ZODIAC NI FLOW FRÈRE, DES BARRES DE BÉTON ET C’EST TOUT.

………………….

— Mettre un short quand t’es une fille c’est mal vu, moi je m’en bats les couilles je me mets un short. Sortir la nuit quand t’es une fille c’est mal vu, moi je m’en bats les couilles je sors la nuit. Se maquiller quand t’es une fille c’est mal vu, moi je m’en bas les couilles je me maquille. Jouer au foot quand t’es une fille c’est mal vu :

1. Par ta mère – T’arrêtes de chauffer les garçons !
2. Par ton frère – Bouge d’là j’te dis.
3. Par les voisines – C’est pas la fille de Fatima, en bas, qui joue au ballon ? Elle est en crise ou quoi ?

Moi je m’en bats les couilles, je joue au foot, je mets le but.

TOURNÉE

 

© Christophe Raynaud de Lage

REVUE DE PRESSE

À REGARDER

ARTE TV, septembre 2023

À ÉCOUTER

France Culture, « Tous en scène », septembre 2023 : L’écriture pour rendre justice, avec Sonia Chiambretto et Kossi Efoui

Voir les comédiens, « Qui a peur de la police ? », octobre 2023 : Nourrie de témoignages, de ses travaux de résidence, de documents d’archives ou encore d’ateliers menés avec des collégiens l’autrice tente de démêler un des sujets les plus clivants du moment en passant par un travail poétique important sur la langue langue et sur le rythme.

[EN ALLEMAND] Deutschlandfund Kultur, septembre 2023 : « Une contribution importante au débat français brûlant. » [ein wichtiger Beitrag in einer brennen französichen Debaten]

À LIRE

Mouvement, septembre 2023 : Sonia Chiambretto : « J’assemble des voix différentes, des témoignages pour faire émerger un récit collectif, puis je défais tout ce que j’ai fabriqué. Le texte est un peu comme une installation, chacun est libre d’y déambuler. » Sa poésie politique, ultra-rythmée, est pensée pour être lue avec l’aplomb qu’il faut pour changer le monde. »

Scèneweb, septembre 2023 : « Le sujet est d’actualité mais le théâtre s’en saisit peu. Grâce à Sonia Chiambretto, le rapport des jeunes des quartiers populaires avec la police est au centre d’Oasis Love. Mais comme son titre l’indique, il s’agit de convertir la haine en amour, à la recherche du cop idéal. Une pièce fragmentée et originale à la distribution de feu. »

Médiapart, septembre 2023 : « J’love Oasis love de Sonia Chiambretto. En associant émeute et émotion, course-poursuite et poétique, en parlant d’amour et d’autorité, Sonia Chiambretto, écrit et met en scène Oasis love, formidable somme avec de jeunes acteurs fraternellement complices. »

L’Oeil d’Olivier, septembre 2023 : « La poétesse et autrice Sonia Chiambretto se livre sur une création collective aux prises avec le problème des violences policières. […] Discuter avec elle, c’est plonger dans le grand chantier d’un théâtre politique. Et parler de poésie en même temps. »

Le Monde, septembre 2023 : « Sonia Chiambretto se tient à la lisière des grandes institutions. Habituée des scènes alternatives, elle appartient à une marge créative où la précarité est synonyme d’urgence. Le théâtre n’est, pour elle, pas une fin en soi, mais un cadre où elle peut défricher le langage, quitte à porter sa prose du côté du poème. La nécessité de dire explique la tonalité d’Oasis Love : offensive, voire politique. »

La Croix, septembre 2023 : « Oasis Love assume un point de vue tranché : celui de donner la parole aux jeunes des quartiers populaires, de faire entendre leurs voix, souvent oubliées. Les comédiens ont chacun une histoire personnelle avec les violences policières, qu’elles se déroulent en France, en Italie, ou aux États-Unis. Sonia Chiambretto ne désespère pas, concluant sa pièce par une séquence futuriste étrange et onirique : et si les banlieues devenaient des oasis de paix ? »

Hottello Théâtre, septembre 2023 : « Oasis Love [pose] la question, oh combien glissante, en raison des instrumentalisations permanentes dont elle fait l’objet, à savoir les relations entre la police et les quartiers. Et en la posant d’une façon décalée où le réel se mêle aux émotions des personnages, une approche empreinte de poésie pour des situations traitées trop souvent avec une pseudo objectivité. […] C’est rare et salutaire de retrouver un théâtre de texte, accessible à tous, bien servi, qui se coltine à un sujet brûlant

Arts-Chipels, septembre 2023 : « C’est à partir de l’ambiguïté des rapports à l’autorité que Sonia Chiambretto conduit des ateliers, à Nanterre et Marseille, avec des adolescents sur la figure du « policier idéal ». Le spectacle reflète et prolonge cette interrogation. Qu’il soit féminin, ait l’allure d’une « policière », ou se présente sans matraque, la veste pleine de Dragibus, ce qui se dessine, c’est la volonté de réhabiter l’humain, de redonner de la fraternité et de l’amour. »

SNES-FSU, septembre 2023 : « L’écriture est rapide, vivante, les langues se frottent– « j’écris des langues françaises étrangères » dit l’autrice – la jeunesse vit avec passion et rêve. Un beau spectacle intelligent et généreux ! »

Théâtral magazine, septembre 2023 : « Sonia Chiambretto, elle cite les cités : Treize ans à côtoyer la jeunesse des banlieues défavoriséezs condensés en une somme de témoignages précieux : avec Oasis Love, la poétesse offre une parole rare aux ados des cités, qui partagent leur vision du monde, de l’amour et du vivre ensemble »

France Info, septembre 2023 : « Né d’un long travail de documentation, d’enquête et d’écriture sur l’ambiguïté de notre rapport à l’autorité, Oasis Love explore la puissance poétique de la course-poursuite, de l’exaltation, des corps épuisés. Celle d’une jeunesse qui court et trouve son souffle et sa fraîcheur dans l’amour. Sous nos yeux se construit un espace où se réinventent effrontément les règles du vivre ensemble, une oasis futuriste. »

La Servante, décembre 2023 : Entretien avec Déborah Dozoul

PRODUCTION Le Premier épisode | Sonia Chiambretto & Yoann Thommerel
COPRODUCTON Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines, Théâtre Nanterre-Amandiers – Centre Dramatique National, Festival d’Automne à Paris, Comédie de Caen – CDN de Normandie, Le théâtre de Saint Nazaire – Scène Nationale, Théâtre National de Strasbourg, Les Nouvelles Vagues, Fondation Agnès B
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National
SOUTIENS (en cours) : DRAC Normandie, Région Normandie, Département du Calvados, Ville de Caen, Adami, FONPEPS
Administration de production Fanélie Honegger
Le texte de Oasis Love trouve son origine dans deux textes : Polices ! publié aux éditions de L’Arche en 2021 et Tu me loves ? paru aux éditions Filigranes, la même année, avec les portraits photographiques de l’artiste Marion Poussier.
Sonia Chiambretto est représentée par L’Arche, agence théâtrale.
La compagnie Le Premier épisode est associée à la Comédie de Caen — Centre Dramatique National.
Sonia Chiambretto est autrice associée au Théâtre de Saint Nazaire – Scène nationale

Conception, texte et mise en scène Sonia Chiambretto
Collaboration artistique Yoann Thommerel
Avec Théo Askolovitch, Sonia Chiambretto, Lawrence Davis, Déborah Dozoul, Émile-Samory Fofana, Felipe Fonseca Nobre, Julien Masson
Assistanat à la mise en scène Pierre Itzkovitch
Scénographie Léonard Bougault
Création lumière et régie générale Neills Doucet
Design typographique Julien Priez
Création son Thibaut Langenais
Création costumes Étienne Diop

À partir de 13 ans

LUN, MAR, MER À 19H30
JEU, VEN À 20H30
SAM 23 SEPT. À 20H30
SAM 30 SEPT. À 18H
Relâche le dimanche

Durée : (estimée) 1h20
Grande Salle
Carte TO
Plein tarif 20€ 14€
Tarif réduit 14€ 10€
Universités, lycées, collègesgratuité pour les accompagnateurs 8€
Associations, groupesà partir de 6 personnes 8€
Comité d'entreprise, adhérents Ticket-Théâtre(s) 12€

Les Enchantements

Du 15 au 27 janvier 2024

C’est l’été aux Enchantements. Accablé·e par la chaleur, chacun·e rêve d’un ailleurs : Dubaï ou Marseille, peu importe, tant qu’il y a la mer.
Alors que les darons sont au café et que les enfants défilent en direction de la piscine municipale irrémédiablement fermée, un plan en or voit le jour. Pour passer le temps et gagner de l’argent, deux groupes de jeunes font fleurir des piscines en haut des immeubles, se livrant à une course au bénéfice qui oppose filles et garçons. Avec le temps qui passe, l’eau s’infiltre entre les murs, les dalles et le béton pour reprendre ses droits.

MO – Ah ouais j’voulais savoir c’est vous qui avez défoncé la balançoire l’aut’fois nan ?
LU – La rouge là ah ouais ouais mais attends chte raconte c’est quand on était avec les autres là ils cherchaient les histoires de ouf moi tu m’connais j’veux pas d’problèmes mais jamais il s’approche ça y est c’est bon il fait quoi alors c’est pas j’marche vers lui genre j’vais t’enculer
MO – C’est pas ça qu’chte d’mande l’histoire j’la connais juste va réparer
LU – Chuis quoi moi réparateur de balançoires
MO – Tu casses tu répares
LU – Mais t’as fumé toi j’ai autre chose à foutre
MO – Tu casses tu répares
 
 
 
 
NOTE D’INTENTION

« Tu nous parles de la rue, mais la rue c’est ma vie,
Donc tu parles de ma vie fils de pute, applique-toi. »
Niro, Fort et vivant

Le texte naît avant tout du désir de mettre sur les plateaux une langue qui émane des quartiers populaires, mais qui s’insinue maintenant partout, est reprise dans diverses strates de la société. Elle est re-mâchée, ré-appropriée, régionalisée… Je veux ici célébrer cette langue et travailler son adaptabilité face à toutes les situations : si j’ai besoin d’un mot pour dire quelque chose de précis et qu’il n’existe pas, je l’inventerai. Le texte se veut au plus proche, en re-traduisant toutes ses consonances par le biais de mots écrits presque en phonétique, par la suppression de plusieurs éléments de ponctuation et par l’insertion d’oralités servant de respirations au sein des répliques. 

J’ai aussi voulu travailler précisément la manière dont la parole fuse entre et à l’intérieur des groupes. J’ai pensé leurs interactions comme une machine qui doit péniblement se remettre en marche car écrasée par la chaleur. Il fallait que chaque prise de parole en entraîne une autre, même si c’est pour ne rien dire de primordial. Il est important de garder en tête que les silences indiqués dans le texte peuvent durer des dizaines de minutes, mais que le rythme des interactions reste, lui, très soutenu. 

Il était important pour moi de montrer une face des quartiers populaires sans violence, sans adversité évidente et personnifiée. Les personnages des Enchantements ont une idée, et la mènent à bien. Ils ont la possibilité d’aller au bout sans être rattrapé.es par des choses qui, d’habitude, les contraignent dans les récits. » – Clémence Attar

REVUE DE PRESSE

Création

Le Monde : « Une pièce qui ne passe pas inaperçue. […] Ce qu’on entend sur le plateau, porté par six comédiens épatants d’entrain, de fraîcheur et de justesse, est donc le français hybride et savoureux des jeunes, tel qu’il s’exprime de rue en rue dans les territoires excentrés et bien souvent défavorisés. Un langage dont la verdeur, l’éloquence, la poésie et l’humour sautent aux oreilles du public en franchissant l’épaisseur de ses préjugés. »

Tous en scène, France Culture : « Clémence Attar veut ici célébrer cette langue et travailler son adaptabilité face à toutes les situations […]. Le texte se veut au plus proche, en re-traduisant toutes ses consonances par le biais de mots écrits presque en phonétique, par la suppression de plusieurs éléments de ponctuation et par l’insertion d’oralités servant de respirations au sein des répliques. »

France Info : « Profondément attachants, les personnages reflètent parfaitement la jeunesse d’aujourd’hui. Irrévérente, persévérante, créative, elle refuse de subir et fait tout pour s’en sortir. »

Sceneweb.fr : « Un spectacle encore frais mais gonflé à bloc, une représentation de la jeunesse pleine d’humour et d’envie d’en découdre, Les Enchantements séduit par sa fantaisie et son oralité bien troussée. »

Zone critique : « Dans cet univers de jeunes adultes en devenir, pris entre le réalisme de l’immeuble vieillissant et l’incertitude du vaste monde où ils aimeraient entrer dans le cas des gagnants, Clémence Attar et Louna Billa nous offrent un espace d’imagination réjouissant. »

L’oeil d’Olivier : « Les Enchantements, c’est une histoire, qui est racontée par des personnages, qui fait rire sans jamais se moquer, qui a quelque chose à dire, et qui se passe dans les quartiers populaires. Point. « 

Avant la création

La Terrasse : « Clémence Attar, Louna Billa et le collectif STP s’emparent du plateau avec tonus et drôlerie. Grâce au levier de la langue et au point fixe des quartiers populaires, ils soulèvent le monde. Eurêka ! »

Théâtre(s) N°33 : « Il y a bien la chaleur étouffante, engluant tout le monde, la piscine municipale fermée, la débrouille, la bricole, les idées foireuses des potes et le plaisir de l’entraide, le tout porté par un travail sur l’oralité d’une langue urbaine, inventive, fureteuse, avec ses saillies et coups d’éclat. »

Toutelaculture.com : « Si l’on comprend que le thème est celui de l’éco-anxiété, sa réalisation s’inscrit, elle, dans le réel. Une tranche de vie au goût de transpiration et d’asphalte brûlant qui pousse ces jeunes à trouver une solution avantageuse pour eux mais également pour la cité. »

Théâtre actu : « Clémence Attar fait entendre « le bruit sourd des grands ensembles » dans une pièce remarquablement écrite. […] Ce texte tout à fait saisissant par sa forme et on ne peut que souhaiter assister à une représentation prochaine. »

Le Matricule des Anges : « Pas de misérabilisme, mais une créativité, une envie de vivre qui font plaisir à voir. Et à lire. On a envie de les rejoindre autour de la piscine. »

Un livre, un jour – radio zinzine : « Un hommage à l’eau, tout en poésie, car l’eau reprend ses droits, s’insinue, s’infiltre partout, comme la vie. Un conte moderne très agréable et très original, dans son écriture et sa conception. »

CRÉATION à Théâtre Ouvert le 15 janvier 2024
© Christophe Raynaud de Lage
PRODUCTION collectif STP
COPRODUCTION Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines
SOUTIENS Lauréat 2022 de la fondation Entrée en Scène, Dispositif d’insertion professionnel de l’ENSATT, DRAC Auvergne-Rhône-Alpes
ACCUEIL EN RÉSIDENCE Le CENTQUATRE-PARIS, L’espace Arthaud, l’École Nationale Supérieur des Arts et Techniques du Théâtre (ENSATT), Théâtre des Célestins
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre NationaL
REMERCIEMENTS à la troupe 2023-2024 de la MJC Laënec-Mermoz
Production et diffusion Sarah Corroyer (collectif STP)
Administration Aziliz Edy (collectif STP)

Texte Clémence Attar
Édité aux éditions Théâtrales
Une création du Collectif STP
Mise en scène Clémence AttarLouna Billa
Avec Leslie Bouchou Carmine, Mama Bouras, Yasmine Hadj Ali, Antoine Kobi, Eliam Mohammad, Clyde Yeguete

Costumes Anouche Garand
Création sonore Amaury Dupuis
Création lumières et régie générale Lucas Collet
Régie lumière Lucas Collet, Nicolas Zajkowski

À partir de 13 ans

LUN, MAR, MER À 19H30
JEU, VEN À 20H30
SAM 20 JANVIER À 20H30
SAM 27 JANVIER À 18H

Durée : 1h10
Grande Salle
Carte TO
Plein tarif 20€ 14€
Tarif réduit 14€ 10€
Universités, lycées, collègesgratuité pour les accompagnateurs 8€
Associations, groupesà partir de 6 personnes 8€
Comité d'entreprise, adhérents Ticket-Théâtre(s) 12€

Zoé [et maintenant les vivants]

Du 5 au 21 octobre

L’écriture de Théo Askolovitch évolue entre humour et tragique. Il décrit la vie telle qu’il la connaît, avec un sourire. Après 66 jours, monologue sur le combat d’un jeune homme face au cancer créé à Théâtre Ouvert, Théo Askolovitch poursuit son travail sur le thème de la réparation. Zoé [et maintenant les vivants] aborde le sujet du deuil, de la relation que l’on entretient avec les mort·e·s, et avec celles·ceux qui restent.

Dix ans après la perte d’un être cher, le père, la fille et le fils nous racontent avec délicatesse les étapes de leur reconstruction. Il·elle·s se rappellent l’annonce, l’enterrement, les rites religieux, puis la vie d’après et dressent le portrait intime d’une famille qui résonne en chacun·e de nous.

EXTRAIT

SACHA – J’ai des images qui me reviennent, je me rappelle du Rabbin au début qui nous a fait manger l’œuf, je me rappelle d’un moment où ta pote m’avait fait faire des cookies, je me souviens d’un moment où j’ai pris une douche et c’était la première depuis quinze jours.
NOLA – Quinze jours ! Mais Sacha, ça dure sept jours la Shiva.
SACHA – Ouais… je sais.
NOLA – Moi je me rappelle de ce que le Rabbin nous avait dit « Je suis là pour vous mais malheureusement je dois partir bientôt parce que j’enchaîne avec un mariage puis un autre enterrement en fin de journée. »
SACHA – Il est sympa ce Rabbin. Je l’aime bien.
NOLA – C’est vrai qu’on l’aime bien.
SACHA – C’est un Rabbin de gauche.

 

NOTE D’INTENTION

« Zoé [et maintenant les vivants], est mon deuxième projet d’écriture.

Après 66 jours – monologue et seul en scène sur le combat d’un jeune homme face au cancer – c’était logique de continuer à écrire sur le thème de la réparation, c’était une évidence. Cette fois-ci, j’ai voulu parler du deuil. De la résurrection.

J’ai décidé d’axer l’écriture sur trois personnages : le père, la fille et le fils. Dix ans après la perte d’un proche, une famille nous raconte les étapes de leur reconstruction. Ils retracent leur passé et racontent leur présent. Ils se rappellent : l’annonce, l’enterrement, les rites religieux, puis la vie d’après. Ils se rappellent avec bonheur les souvenirs de celle qui leur a été enlevée. Ils racontent. À quel point passer de l’enfance à l’âge adulte peut-être brutal ?

Les trois personnages sont liés par leur histoire, mais chacun se répare différemment avec ses souvenirs. Le deuil est une période de cicatrisation, de guérison, d’un retour à la vie.

J’ai voulu travailler autour du prisme de chaque personnage, comment une même situation peut être vécue de différentes manières, comment la réalité de chacun peut être dissemblable ? Ce récit est un puzzle. Dans cette pièce, il n’y aura pas de chronologie entre les scènes. Ce seront des moments de vie, qui bout à bout formeront une histoire. Le texte alternera des monologues intimes de chaque personnage, des scènes de vie entre les trois protagonistes, qui confrontent des idées et des scènes de flashbacks qui retracent des moments de leur passé. J’ai pour habitude d’alterner dans l’écriture l’humour et le « tragique ». Raconter la vie comme je la connais, avec un sourire. C’est comme cela, je pense, que ces histoires peuvent résonner en chacun.

Depuis quelques années, je crois qu’inconsciemment je me dirige vers des projets qui parlent de la famille. La famille. C’est peut-être ce qu’il y a de plus important pour moi. Ce texte est une suite logique. J’ai poussé le curseur un peu plus loin.

Zoé (et maintenant les vivants) – titre provisoire est mon deuxième texte mais aussi ma quatrième mise en scèneAprès Deux FrèresLa Maladie de la famille M (textes de Fausto Paravidino) et 66 jours, je souhaite aussi me recentrer sur la mise en scène, proposer une scénographie plus léchée (après le plateau nu de 66 jours), tout en gardant le texte et les acteurs au centre.

Ce texte parlera de la relation qu’on entretient avec nos morts, et avec ceux qui restent. »
– Théo Askolovitch

REVUE DE PRESSE

France Inter : « Le comédien poursuit son exploration de l’intime familial avec son nouveau spectacle, Zoé [et maintenant les vivants]. »

L’Humanité : « L’écriture de Théo Askolovitch est nerveuse, directe, à fleur de peau. Les échanges fusent comme autant de phrases-chocs qui provoquent des étincelles, et parfois, des rires. […] toutes ces scènes témoignent d’un humour salvateur. Et d’une immense pudeur. » 

L’Oeil d’Olivier : « Un spectacle délicat autant qu’hilarant, follement décalé et définitivement humain. Avec Zoé [et maintenant les vivants], deuxième pièce qu’il écrit et met en scène, le jeune artiste confirme un certain talent pour rendre extraordinaire le banal et une manière bien à lui de manier avec doigté l’auto-dérision. Plein d’humilité et fort d’une sincérité mordante, Théo Askolovitch est clairement un artiste à suivre, sa nouvelle création à découvrir au plus vite ! »   

TT dans Télérama : « Reprenant la brèche autobiographiuqe qu’il avait ouverte avec 66 jours, Théo Askolovtich s’empare avec douceur, de l’épineuse question de la réparation. […] Le trio sensible qu’il interprète sans prétention avec Serge Avédikian et Marilou Aussilloux (en alternance avec Maïka Louakairim) atteint son but, celui de trouver un écho, sans verser dans le pathos, dans l’esprit et le coeur des vivants qui lui font face. » 

Scèneweb : Le bonheur est dans l’après : « Théo Askolowitch aura développé un récit impeccablement équilibré, échappant à la fois « au pathos et au potache », comme il l’écrit, balançant entre langue du quotidien et un style plus littéraire, passant souplement de l’adresse type frontale à la représentation théâtrale, le tout en aller retours du passé à aujourd’hui, du récit au présent de la scène et de l’envie de rire à celle de pleurer. Indéniablement, un style s’impose ici, une écriture, particulière, qui ouvre le champ au parler contemporain sans s’en contenter, et à travers elle une sensibilité, une manière de sourire au malheur qui tient à égale distance le cynisme et le gnangnan. »

Le Journal d’Armelle Héliot : « Le jeune auteur a une voix, du style. Ce texte sur Zoé, est beau, touchant, très bien joué et dirigé »

L’info tout court : « La finesse et la simplicité avec lesquelles il s’empare de ces sujets, tout en les questionnant avec une évidente sincérité, témoignent d’une véritable intelligence artistique. C’est habiledélicatpertinent. […] L’écriture de Théo Askolovitch ne cherche pas à dramatiser, à relativiser, ni à diaboliser. Il prend la mort et nous la livre telle qu’elle est, avec son lot d’incompréhensions, de craintes, de contradictions ; avec les interrogations, les bouleversements, les apprentissages, les conflits aussi, parfois, qu’elle engendre. Et surtout, il le fait avec une humanité et une humilité qui font de cette pièce une véritable pépite. »

Culture.blog SNES-FSU : « De la vie et de l’esprit, la mise en plateau de Zoé n’en manque pas. Quelle vitalité sur le plateau ! […] Un travail d’étape fort prometteur.  »

Sur les planches : « Ce texte intimiste, de toute beauté,  aborde le thème difficile d’un deuil vécu. Il est conçu sans dramaturgie excessive, avec beaucoup d’humour et d’à-propos. À cet effet, Théo Askolovitch nous ouvre son coeur meurtri en créant une oeuvre touchante aux accents patents de catharsis. »

©Christophe Raynaud de Lage
COPRODUCTION compagnie Saiyan, Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines, Théâtre de Suresnes Jean Vilar
SOUTIENS Comédie de Caen – CDN de Normandie, Région Île-de-France dans le cadre de l’ÉPAT, Fond SACD Théâtre
RÉSIDENCE Odéon – Théâtre de l’Europe

Texte et mise en scène Théo Askolovitch
Éditions : esse que
Collaboration artistique Marilou Aussilloux
Avec Théo AskolovitchMarilou Aussilloux, Serge Avédikian

Assistant à la mise en scène Flavien Beaudron
Créateur son Samuel Chabert
Créateur lumières Nicolas Bordes
Création vidéo Jules Bonnel, Robinson Guillermet
Costumes Juliette Chambaud
Stagiaire à la mise en scène Mathilde Ngasi

À partir de 12 ans

LUN, MAR, MER À 19H30
JEU, VEN À 20H30
SAM 7 OCT. À 20H30
SAM 14, 21 OCT. À 18H

Durée : 1h10
Grande Salle
Carte TO
Plein tarif 20€ 14€
Tarif réduit 14€ 10€
Universités, lycées, collègesgratuité pour les accompagnateurs 8€
Associations, groupesà partir de 6 personnes 8€
Comité d'entreprise, adhérents Ticket-Théâtre(s) 12€