Maryse Lapierre

Maryse Lapierre est comédienne et metteuse en scène. Elle fait partie de la promotion 2003 en jeu du Conservatoire d’art dramatique de Québec.

À titre de comédienne, elle a joué dans une vingtaine de productions. Entre autres, on a pu la voir dans CHS, Cyrano de Bergerac, La Cerisaie, Thérèse et Pierrette à l’école des Saints-Anges, Jocaste Reine, Faire lamour et Venir au monde.

Au cours des dernières années, elle a signé la mise en scène de Lhiver dedans, Mme G, Extras et ordinaires, Terre Promise (tableau qui s’inscrivait dans le parcours déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant…? présenté dans le cadre du Carrefour international de théâtre de Québec), Hypo, spectacle sélectionné pour la meilleure mise en scène aux Prix Théâtre 2018, et Les Plouffe, une coproduction du Théâtre du Trident et du Théâtre Denise-Pelletier, prix de la meilleure mise en scène au Prix Théâtre (2020).

 

©Julie Artacho

Maj 1/09/22

Marie-Ève Milot

Marie-Ève Milot est comédienne, metteuse en scène et autrice. À titre d’interprète, elle a participé à plus d’une vingtaine de productions théâtrales. On a pu la voir à la Colline dans Les barbelés d’Annick Lefebvre et Les filles du Saint-Laurent de Rébecca Déraspe (en collaboration avec Annick Lefebvre), sous la direction d’Alexia Bürger. Elle a campé une dizaine de rôles dans diverses séries télévisées dont Les pays den haut et elle joue présentement dans la série dramatique 5e Rang. Codirectrice artistique du Théâtre de l’Affamée avec Marie-Claude St-Laurent, elle a coécrit plusieurs pièces dont SapphoGuérilla de lordinaire (finaliste au Prix Michel-Tremblay 2019), Chienne(s)branchée/Unplugged (finaliste au Prix Louise-LaHaye 2017) et Cour à Scrap – portrait dune famille reconstituée. Elle a mis en scène les quatre dernières créations de sa compagnie, ainsi que Sissi de Nathalie Doummar au Théâtre de la Licorne. Elle a fait paraître La coalition de la robe, un documentaire indiscipliné écrit avec Marie-Claude Garneau et Marie-Claude St-Laurent. À trois, elles occupent la direction littéraire de La Nef, la collection de théâtre féministe des Éditions du remue-ménage. Membre du comité directeur du Chantier féministe d’Espace GO au printemps 2019, elle a collaboré à l’étude menée par les chercheuses du RéQEF et a participé à la création du Prix Jovette-Marchessault. 

 

 

©Pascale Méthot

Maj 1/09/22

Steve Gagnon

Auteur, metteur en scène, comédien et codirecteur artistique de la compagnie Jésus, Shakespeare et Caroline, Steve Gagnon se démarque par sa langue poétique extrêmement concrète et accessible.

Diplômé du Conservatoire de Québec en interprétation (2008), on lui doit la pièce La montagne rouge (sang), créée au Carrefour de théâtre de Québec et récipiendaire de la bourse Première œuvre en 2009. En 2013, à La Licorne, il joue dans sa propre pièce, Ventre, aux côtés de Marie-Soleil Dion et met en scène En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne sarrête pas, produit par La Manufacture. Il présente ensuite aux Écuries son œuvre Fendre les lacs – lauréate du prix du meilleur texte dramatique 2016-2017 remis par l’AQCT. En 2017, il réinvestit La Petite Licorne avec son solo Os, La montagne blanche (2017). La pièce, qu’il interprète également, remporte le Prix Marcel Dubé en 2018.

En 2012, Chaque automne jai envie de mourir, recueil de nouvelles coécrit avec Véronique Côté, est en nomination pour le Prix des libraires du Québec. En 2015, il publie l’essai Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles.

Comme interprète, on a également pu le voir dans Tout ce qui tombe et Ines Pérée et Inat Tendu, deux productions du Théâtre des Fonds de tiroirs. En 2011, au Théâtre La Bordée, il devient Roméo dans Roméo et Juliette et Tom dans Tom à la ferme de Michel Marc Bouchard. La même année, il monte sur scène pour Les enfants de la pleine lune, présentée au Prospero. En 2016, il joue dans la production Moby Dick au Théâtre du Nouveau Monde puis, en 2018, dans Oslo chez Duceppe. On le retrouve au TNM en 2022 dans Un ennemi du peuple. Il endossera les habits d’Albert Camus dans ce même théâtre en 2023.

À la télévision, il a été de la distribution des séries LAuberge du chien noir et Ruptures à Radio-Canada. Il a également joué dans O, Fugitifs et Plan B.

Il crée en 2022 avec le metteur en scène Vincent Goethals Anna, ces trains qui foncent sur moi, un grand projet théâtral franco-québécois.

 

©Julien Faugère

Maj 1/09/22

Louise Levêque

Louise Levêque se définit comme conceptrice de « poèmes vivants ». À la tête de la compagnie Vivre dans le feu, elle travaille la frontière du réel et du poétique comme espace d’imaginaire et de liberté impliquant le public, coauteur de l’œuvre qui se joue.

De formation théâtrale, Louise pense ses pièces comme des expériences sensorielles. Ceci la conduit à investir différents champs disciplinaires (littérature, musique, performance, magie, arts plastiques) et à s’entourer d’experts en fonction des projets. Elle a collaboré notamment avec la compagnie de magie nouvelle 14:20, le compositeur de musique concrète et acousmatique Eric Broitmann, le collectif de musique Les Vibrants Défricheurs et le violoniste Frédéric Jouhannet, le collectif de théâtre d’objet Aïe, Aïe, Aïe, la compagnie de chant lyrique Stein-Lein-Chen.

Chaque nouvelle création est l’occasion d’imaginer un dispositif spécifique impliquant le public : des banquets spectacles (Pantagruel, 2011, Russie, mon Amour, 2013), une installation plastique et numérique immersive (Plus loin, CENTQUATRE, 2014), des formes performatives (Le Projet Harms, performance poétique et musicale en constante évolution, La Bibliothèque Vivante), des randonnées spectacles (Adieu, L’Appel de la forêt, Sauvage(s)). Dans ses formes scéniques (L’Ailleurs, peut-être, 2014 / Le Violon du fou, 2017 / KAOS, 2020), elle utilise la technique et la musique contemporaine pour plonger le public dans un écrin et créer les conditions d’implication des spectateurs. Ces expériences sensibles, proposées aux acteurs et aux spectateurs, rendent possible le lien entre réel et fiction. Chaque proposition repose sans cesse cette question : comment faire de sa vie un poème ?

 

Maj 23/08/22

Yuval Rozman

Après des études au Conservatoire national de Tel-Aviv, Yuval Rozman crée sa compagnie en 2010 et développe ses propres travaux comme auteur-metteur en scène.

Son spectacle Cabaret Voltaire, avec l’acteur palestinien Mohammad Bakri, reçoit les félicitations du jury et le 1er prix du C.A.T International Theatre Festival d’Israël : meilleure pièce, meilleure mise-en-scène, meilleure musique originale et meilleure chorégraphie. Au festival actOral – Marseille, il présente deux mises en espaces Jecroisenunseuldieu de Stefano Massini en 2013 puis Sight is the Sense de Tim Etchells avec Laetitia Dosch en 2014. Cette même année, il assiste Hubert Colas sur Nécessaire et Urgent d’Annie Zadek.

En 2015, il joue dans La Mégère apprivoisée mis en scène par Mélanie Leray, en 2016 dans Face au mur de Martin Crimp et en 2017 dans Une Mouette et autres cas d’espèces, tous les deux mis en scène par Hubert Colas.

En tant qu’auteur, il écrit Sous un ciel bleu et des nuages blancs, Cabaret Voltaire, puis il co-écrit Un Album avec Laetitia Dosch. En 2017, il écrit Tunnel Boring Machine qui reçoit les encouragements de la commission CNT/ARCENA en 2018. La pièce a été jouée à Valenciennes et Tournai, dans le cadre du festival Next, à Vanves dans le cadre d’Artdanthé, au Tandem Scène nationale d’Arras, à la Maison de la culture de Bourges, au Théâtre du Nord à Lille et au Festival Latitudes Contemporaines. TBM a été accueilli en résidence d’écriture à Montévidéo à Marseille, à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon et au Tripostal à Lille. En 2018, Yuval Rozman a collaboré également avec Laetitia Dosch à l’écriture et à la co-mise en scène de la pièce HATE, présentée entre autres à Vidy – Lausanne, et à Nanterre-Amandiers CDN dans le cadre du Festival d’Automne et récemment aux 2 scènes, Scène nationale de Besançon.

Sa dernière pièce, The Jewish Hour, créée en mars 2020 au phénix Scène nationale de Valenciennes, est lauréate du prix du jury au festival Impatience 2020 et a obtenu la bourse Beaumarchais-SACD. Cette même année, Yuval Rozman collabore de nouveau avec Laetitia Dosch pour la création de Radio Arbres.

En 2021, il assiste Julien Andujar dans la mise en scène de Tatiana (création novembre 2022), ainsi qu’Hélène Iratchet pour Delivrés. En 2021 il a également fait parti du jury de la 13ème édition du festival Impatience et, en 2022, du jury SACD-Beaumarchais pour la commission d’automne.

Actuellement, Yuval Rozman travaille sur son prochain spectacle Ahouvi, création en février 2023, alors qu’Adesh, dernier volet de la Quadrilogie de ma Terre, a reçu le soutien de l’Institut Français dans le cadre d’une « Résidence Sur Mesure » et verra le jour à la saison 2024-2025

 

Maj 14/06/21

Louna Billa

En Juin 2021, Louna Billa est diplômée du master mise en scène et dramaturgie de l’université Paris Nanterre où elle créée une première forme théâtrale, Bar qui propose de restituer l’environnement sonore des serveur·euse·s. En parallèle de ces études, elle reçoit une formation en arts dramatiques au conservatoire régional de Lille, qui axe sa pratique sur les écritures contemporaines ainsi que le travail du masque.

 

Maj 13/06/22

Laurent Charpentier

Laurent Charpentier commence le théâtre à Biarritz aux théâtres du Versant et du Rivage auprès de Gaël Rabas et Pascale Daniel-Lacombe. Il se forme ensuite au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris dans les classes de Dominique Valadié, Catherine Hiegel, François Regnault.

En tant que comédien, il joue auprès de nombreux metteurs en scène : Bernard Sobel, Alain Françon, Emmanuel Demarcy-Mota, Lukas Hemleb, Brigitte Jaques-Wajeman, Jeanne Champagne, Frédéric Maragnani, Caterina Gozzi, Matthieu Roy, Jonathan Châtel, Sandrine Lanno, Emilie Rousset, Thibault Rossigneux,Régis de Martrin-Donos.

Sous la direction de Julia Vidit, il crée Illusions de Viripaev et La Bouche pleine de Terre de Scepanovic. Il travaille aussi régulièrement avec Mirabelle Rousseau (Le TOC), créant plusieurs spectacles autour de poètes originaux: Ma Langue de Christophe Tarkos, Comment j’ai écrit certains de mes livres de Raymond Roussel, et une forme itinérante autour de l’œuvre de Mallarmé.

Il est également interprète et collaborateur artistique pour la création Les Tables tournantes d’après les expériences spirites du XIXème siècle. Avec la Compagnie Les Brigands, il met en scène une opérette imaginaire autour de l’œuvre du compositeur Hervé. Depuis 2007, il travaille en collaboration avec Philippe Minyana qui lui écrit le solo J’ai remonté la rue et j’ai croisé les fantômes (mise en scène Monica Espina), puis Sous les arbres (mise en scène Frédéric Maragnani), De l’amour (mise en scène de l’auteur) et 21 rue des Sources, pièce créée au Théâtre du Rond- Point en novembre 2020.

En 2021, il fonde la compagnie Théâtre O et mettra en scène une pièce inédite de Philippe Minyana Frères et sœur, au Théâtre de la Ville – Espace Cardin en mars 2022.

Il enregistre également de nombreuses dramatiques pour Radio France et des livres audio pour les Editions Sixtrid. Au cinéma et à la télévision, il tourne avec Philippe Garrel, Nicolas Klotz, Bernard Stora, Renaud Bertrand, Caroline Deruas. Il est représenté par Dominique Dauba (AML). Il est également professeur d’art dramatique au Cours Florent, depuis 2015, où il dirige des classes de 1ère et 2ème année ainsi qu’un enseignement sur le vers au cours de l’histoire du théâtre français.

 

Maj 1/06/22

Thibaut Galis

Formé en classe préparatoire littéraire, puis en double-licence lettres modernes et arts du spectacle à Caen, Thibaut Galis rejoint en 2019 le master Mise en scène et dramaturgie à Nanterre. Dans cette formation, il travaille au côté de Sabine Quiriconi, Christophe Triau, Pascale Gateau, Marie-Christine Soma, David Lescot, Agnès Bourgeois ou encore Matthieu Lorry-Dupuy. Au cours de ce master, il effectue deux assistanats à la mise en scène : le premier sur la pièce Rémission, mise en scène par Eugen Jebeleanu et écrite par Yann Verburgh, produit par la Comédie de Caen – CDN de Normandie et la Cie des Ogres ; le deuxième, avec Jade Herbulot et Julie Bertin (le Birgit Ensemble), sur le spectacle de sortie de l’ESAD nommé La Bonne Société.

Il monte en 2020 un premier projet intitulé Penché au bord du monde, soutenu par le Collectif des Pièces Détachées et diverses institutions universitaires (CAPE de Nanterre, Festival Ecarts). Cette première pièce voyage entre Paris, Rouen, Alençon, Caen et Nanterre lors de la saison 2021-2022. Il gagne le prix Tremplin du CROUS et le prix de l’écriture de troupe au Festival Ecarts.

En 2021, il profite de cet élan créatif pour fonder la Compagnie Médusée, dont il est le directeur artistique. Cette même année, il interprète le Fils dans une pièce de Guillaume Poix, Et le ciel est par terre, mis en scène par Julien de Ciancio.

Aujourd’hui, il travaille sur sa deuxième création Sortir de la nuit qu’il écrit et met en scène. Cette pièce, soutenue par Théâtre Ouvert, aborde le sujet des thérapies de conversion et d’une communauté LGBT+ vivant dans la forêt. Il fait également parti du cercle des dramaturges à Théâtre Ouvert, où il participe à la lecture des textes reçus par le théâtre. Il écrit également son premier roman, nommé La Sueur de Vivre.

 

Maj 02/05/22

Maëlle Dequiedt

Maëlle Dequiedt, avec sa compagnie La Phenomena, crée des formes entre théâtre, musique, film et performance, souvent nourries par son expérience du territoire. Elle se dédie également aux nouvelles écritures dramatiques, collaborant notamment avec les auteur·rice·s Marcos Caramés-Blanco, Penda Diouf, Claudine Galéa, Frédéric Vossier.

Maëlle Dequiedt se forme en mise en scène à l’école du Théâtre National de Strasbourg dont elle sort diplômée en 2016 . Elle y crée Penthésilée de Heinrich von Kleist, Au bois de Claudine Galea et collabore notamment avec les metteur·se·s en scène Thom Luz et Séverine Chavrier. À partir de septembre 2017 avec sa compagnie la Phenomena, elle est lauréate du dispositif CLUSTER initié par le bureau de production Prémisses, elle est alors artiste associée pour trois saisons au Théâtre de la Cité Internationale, où elle présente Trust-karaoké panoramique d’après Falk Richter, Pupilla de Frédéric Vossier et I Wish I Was (création collective, octobre 2020).

À l’opéra, elle est metteuse en scène en résidence à l’Académie de l’Opéra National de Paris en 2016-17, pour laquelle elle crée Shakespeare-Fragments nocturnes. Elle crée à l’Opéra de Lille, Les Noces, Variations, d’après les Noces de Figaro de Mozart en mars 2020. En 2023, elle créera  « A brief draft of human desires », une création originale avec les chanteur.euse·s de l’opéra studio de  l’Opera Ballet Vlandereen à Gand.

À partir de 2018, sa compagnie la Phenomena mène une résidence longue de territoire dans le Nord – à Denain puis Douchy-les-Mines – soutenue par le pôle européen de création Valenciennes-Amiens et la région Hauts-de-France, elle intervient ponctuellement pour des ateliers de pratique et de formation notamment auprès de lycéens au CDN d’Orléans, pour le programme Éducation et proximité du TNS, auprès des chefs de choeur de l’Opéra de Lille et des chanteurs du studio de l’Opéra national du Rhin. Elle intervient régulièrement à l’ENSATT.

En 2021-22, elle met en scène Gorgée d’eau de Penda Diouf, à l’invitation de la Colline, du TNS, de la Comédie de Reims et du Grand T. En juin 2022, elle mettra en scène les élèves comédien·ne·s de la promotion 2019-2022 de l’ESAD à partir d’un travail collectif autour de la Stratégie du choc de Naomi Klein.

 

©Alexis Vettorretti

Maj 13/03/22

Philippe Canales

Diplômé du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique (promotion 2006).

Philippe Canales joue sous la direction de Matthieu Roy (Histoire damour, Lagarce ; Drames de Princesses, Jelinek ; Peer Gynt, Ibsen ; Lamour conjugalMoravia ; La Conférence et Un doux reniement, Pellet ;  Martyr, Mayenburg ; Days of nothing, Melquiot), Alexandre Zeff (Le Monte-plats et Celebration, Pinter), Jorge Lavelli (Himmelweg, Mayorga), Jacques Kraemer (Agnès 68), Volodia Serre (Le Suicidé, Erdman), Mylène Bonnet (Journée de noce chez les Cromagnons, Mouawad), Lazare Herson-Macarel (Peau dÂne ; Cyrano, Rostand) Clémence Weill (Mars, Fritz Zorn ; À l’éternel retour de la chance) et Jérémie Sonntag et Florian Goetz (Fahrenheit 451).

Convaincu de l’utilité publique de l’éducation populaire par le théâtre, il fait le choix de consacrer un quart de son activité professionnelle à l’élaboration et la coordination de projets pédagogiques.

Il dirige par ailleurs depuis 2011 la plateforme TRANSVERSALES : échanges artistiques avec le territoire de Saint-Pierre et Miquelon, dont il est originaire. Il est aussi responsable du pôle pédagogie – action culturelle pour le Nouveau Théâtre Populaire et pour la Maison Maria Casarès.

 

©Thierry Cantalupo

Maj 1/09/22