Joey Elmaleh

Joey Elmaleh intègre l’INSAS en section mise en scène dont il est diplômé en 2018 après un mémoire sur Sarah Kane et un travail de fin d’études – P.N.F. (pas notre faute) – portrait d’une adolescence hantée par sa propre fin.

En 2020, il termine ses études dans la section écriture de la même école. C’est dans ce cadre qu’il écrit MUM Lambeaux maternels.

Il obtient l’aide à la création du C.A.P.T. ainsi que le Fonds d’Acteur de la COCOF, pour son premier spectacle écrit et mis en scène : Lagunes, programmé en 2022 aux Riches-Claires à Bruxelles.

En 2021, il participe à la création de SAUVAGE au festival BONUS d’Hédé-Bazouges, performance collective portée par Frédérique Mingant, metteuse en scène rennaise.

La même année, il est lauréat de l’aide à la création de textes dramatiques d’ARTCENA pour MUM, qui remporte aussi le prix des EAT.

En 2022, il accompagne Hakim Bouacha à la mise en scène de Genesis au Théâtre de Liège et en tournée, et il rejoint également le comité de lecture belge du Quartier des Auteurs et des Autrices.

En 2023, il participe au workshop de Steven Cohen à Bruxelles et débute la création d’un seul-en-scène à partir de son hétéronyme drag : Tolérance Zéro.

Joey Elmaleh en vidéo : La découverte du théâtre | Le quotidien de l’écriture | L’appropriation du texte | Présentation de « Corpresqu’île »

Maj 13.09.2023

Kathleen Laurin-McCarthy

Autrice et comédienne, Kathleen Laurin-Mc Carthy a complété un certificat en création littéraire à l’Université Laval et un baccalauréat en jeu à l’UQAM.

Elle s’intéresse à la poésie, à la performance ainsi qu’aux espaces de transmission entre créateur·trices.

Comme comédienne, elle a participé aux courts métrages Le bois, le lac, réalisé par Ariel Poupart, et Moonshine, réalisé par Sarah Dunlavey.

Elle a publié son premier recueil de poésie Poupée russe de brouillard aux Éditions Hamac en 2021.

En tant que metteuse en scène, elle explore l’écriture de plateau avec le projet en chantier Six pieds sous terre qui a eu la chance de profiter de deux semaines de résidence à l’UQAM.

Dernièrement, elle a été collaboratrice à l’écriture et comédienne pour le balado Parentèle, une œuvre audio démystifiant les modèles de familles non traditionnelles.

Kathleen Laurin-McCarthy en vidéo : La découverte du théâtre | L’appropriation du texte | Le quotidien de l’écriture | Présentation de « La nuit m’avale » 

Maj 13/09/2023

Carolanne Foucher

Carolanne Foucher en vidéo : La découverte du théâtre | L’appropriation du texte | Le quotidien de l’écriture | Présentation de « Au marqueur permanent »

©Alma Kismic

Maj 08/11/23

Olivia Mabounga

Formée à L’ESAD, promotion 2019, Olivia Mabounga crée sa compagnie: Les Enervées. Elle écrit et met en scène son premier spectacle Tchoko. En 2020, elle écrit Presque, je me chuchote que tout va bien. Ce texte a été présélectionné pour la Bourse Jacques-Toja à la Colline – théâtre national. Elle joue pour Justine Heynemann dans le spectacle Tout ça tout ça, mais aussi pour Julia Vidit, metteuse en scène et directrice de la Manufacture – CDN Nancy-Lorraine dans le spectacle C’est comme si vous vous voulez. Elle joue pour Rébecca Chaillon, performeuse, autrice et metteure en scène dans Carte Noire nommée Désir. Cette année elle intègre la troupe artistique de la Comédie de Caen dirigée par Marcial Di Fonzo Bo et joue dans la nouvelle création de Mélanie Leray Le Mérite.

Par ailleurs, elle écrit une nouvelle pièce qui s’intitule Portrait de famille, ce texte est finaliste et remarqué de la saison 8 de Jeune texte en liberté et figure parmi les lauréat·e·s du dispositif FAAR (Fonds d’Aide pour les Arts vivants Responsable). Ce texte est sélectionné pour un compagnonnage de résidence au Théâtre Gérard-Philipe à Saint-Denis pour l’année 2024.

 

Maj 25/05/23

Alexis Mullard

Alexis Mullard est né en 2000, à Plouguerneau. Après des études d’arts à l’Université de Bretagne Occidentale et d’art dramatique au conservatoire de Brest, il intègre en 2021 le département d’écriture dramatique de l’ENSATT, à Lyon.

Il écrit Des algues vertes en 2021. Sa pièce #blockhausparty, écrite en 2022, est parue en 2023 chez Théâtre Ouvert éditions | TAPUSCRIT

 

©AÏDAN

Maj 30/11/23

Marine Chartrain

Marine Chartrain est née à Sartrouville en 1995. Après l’obtention d’une licence de Lettres et arts vivants à CY Cergy Paris Université, elle entre en 2016 à l’École Claude Mathieu où elle se forme en tant que comédienne. C’est là que naît son désir d’écriture dramatique. Elle écrit son premier texte, Soleil d’hiver.

En 2020, elle intègre le département Écriture dramatique de l’ENSATT, dirigé par Marion Aubert et Pauline Peyrade. Elle écrit Lac artificiel. Le texte a bénéficié d’une bourse d’écriture de l’association Beaumarchais-SACD et est lauréat du comité de lecture des EAT.

En février 2023 son texte, Feu du ciel, est mis en scène par Laurent Gutmann, dans le cadre des Ouvertures de l’ENSATT.

Le 2 mars 2023, Lac artificiel, est mis en voix, à Théâtre Ouvert, par les étudiant.e.s de Master 2 « Théâtre : Mise en scène et dramaturgie » de l’Université Paris Nanterre, dans le cadre des Laboratoires.

Lac artificiel est son premier texte publié (ed. Théâtre Ouvert | TAPUSCRIT)

 

Maj 23/05/23

Marion Stenton

Marion Stenton est dramaturge et écrivaine. À sa pratique d’écriture se joignent le jeu et la mise en scène, ainsi que la réalisation de courts-métrages documentaires. Elle se forme à l’École Normale Supérieure en théâtre et cinéma, et mène en parallèle une recherche sur le polylinguisme sur la scène contemporaine. En 2018, elle écrit et soutient un mémoire sous la direction d’Alexandra Moreira da Silva, « Ce que parler veut dire : pratiques et usages de la langue maternelle et de la langue étrangère sur la scène contemporaine », appuyé sur sa propre expérience grandissant dans un milieu bilingue.

En 2019, elle assiste la création de Um outro fim para a Menina Julia de Tiago Rodrigues au Théâtre national Dona Maria II à Lisbonne avant d’intégrer l’École du Théâtre national de Strasbourg en dramaturgie. Là-bas, elle y rencontre Claudine Galéa qui l’accompagne dans son travail d’écriture, et assiste les créations de Maelle Poésy et Séverine Chavrier en tant que dramaturge.  Elle écrit Colosse pour une mise en scène d’Antoine Hespel. Elle écrit le spectacle d’entrée dans la vie professionnelle du groupe 46 de l’école du TNS, donnez-moi une raison de vous croire,  mis en scène par Mathieu Bauer, puis continue sa collaboration artistique avec cette équipe pour Paléolithique Story dont elle co-signe le texte.

Avec l’équipe de Paléolithique story, elle participe à une résidence territoriale « de l’ère préhistorique à l’ère radiophnique » et mène des ateliers d’écriture avec des classes de lycéen·ne·s.

Dernièrement en résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignons, elle poursuit son travail de recherche d’une écriture dramatique qui puisse se faire court-circuit du réel avec nous nous reposerons et SUGAR. Elle écrira prochainement pour un spectacle d’Antoine Hespel, une forme parlée-chantée avec le musicien Baptiste Mayoraz.  Elle écrit et collabore avec la metteuse en scène Laure Marion et le collectif LOUVES pour une création prochaine intitulée SPLENDEURS ET MISÈRES, et entame actuellement une collaboration avec Nasser Djemaï pour la dramaturgie de Macbeth

 

©Jean-Louis Fernandez

Maj 23/05/23

Émilie Lacoste

Émilie Lacoste découvre le théâtre à la sortie de sa formation en classes préparatoires littéraire dans le cadre d’un stage d’observation aux côtés de Juliette Des- champs et Macha Makeïeff. En Septembre 2016 elle intègre l’école de jeu les Enfants Terribles conjointement à un master de Lettres modernes à la Sorbonne-Université (Paris IV). Elle en sort diplômée en 2019.

Elle assiste l’auteur et metteur en scène Yan Allegret sur le spectacle On prend le ciel et on le coud à la terre. En septembre 2018 elle devient élève-comédienne pour la metteuse en scène Elisabeth Czerczuk. En janvier elle monte son premier texte, Stockholm au théâtre de Clichy et à la Machine du Moulin Rouge.

En septembre 2019 elle intègre le master professionnel de mise en scène et dramaturgie de l’Université Paris Nanterre et continue sa formation aux côtés des dramaturges Sabine Quiriconi, Christophe Triau et Thomas Pondevie et des metteur·se·s en scène David Lescot, Agnès Bourgeois et Marie-Christine Soma. À l’issu de ce master, elle assiste le metteur en scène Eric Vigner pour la création et la tournée de son dernier spectacle, Mithridate de Racine.

Elle intègre en Septembre 2021 l’Académie de la Comédie Française dans le cadre de laquelle elle assiste Louis Arène sur sa création Le Mariage Forcé. À la Comédie Française elle met aussi en scène deux lectures avec des comédiens de la troupe. C’est au Studio Théâtre qu’elle monte en juillet son adaptation du Tartuffe, Et Tartuffe?.

Diplômée de l’Académie fin juillet 2022 elle retrouve Éric Vigner qu’elle assiste dans la création de son Dom Juan A4 d’après Molière au théâtre Saint-Louis à Pau.

En mars 2023 elle présente au Nouveau Gare au théâtre son dernier texte Carré Bleu puis à Théâtre Ouvert dans le cadre du festival ZOOM #8, qu’elle interprète sous la direction de Pierre Louis-Calixte de la Comédie Française. En mai 2023 elle est dramaturge aux côtés de Bénédicte Nécaille dans une adaptation des fables de La Fontaine.

 

©Comédie Française

Maj 28/04/23

Constance de Saint Remy

Constance de Saint Remy est autrice, dramaturge et metteuse en scène. Après sa formation universitaire à la Sorbonne-Nouvelle, elle intègre la promotion VI de l’École du Nord, sous la direction de Christophe Rauck, dont elle sort diplômée en 2021. Sa pièce M. in China / Made in Marilyn est mise en maquette au Théâtre du Nord, par Mikaël Serre. Elle est aussi l’une des lauréates du dispositif Prémisses en 2021. Sa pièce pour le jeune public, D’où vient le nom des roses, est publiée en avril 2022 à l’École des Loisirs. Actuellement, elle travaille en tant que dramaturge, avec Timothée Lerolle, sur une adaptation de Lolita, ainsi qu’avec Guillaume Vincent pour sa prochaine création, Vertige (2001-2021). Elle met aussi en scène sa pièce, Lettre à une deuxième mère, interrogeant l’héritage de Simone de Beauvoir, et qui sera créée en mars 2023 au Théâtre de l’Athénée.

*

[ENGLISH VERSION] Constance de Saint Remy is a playwright, dramaturge and stage director. After her studies at the Sorbonne-Nouvelle, she joined the 6th school year of the Ecole du Nord, under the supervision of Christophe Rauck. She graduated in 2021. Her play M. in China / Made in Marilyn was staged by Mikaël Serre at the Theatre du Nord. She is one of the laureates of the Premisses call for projects 2021. Her play for children, D’où vient le nom des roses (From where the rose names come from) was published in April 2022 by the Ecole des Loisirs. As a dramaturge, she is working with Timothée Lerolle on a stage adaptation of Lolita, and with Guillaume Vincent on his last show : Vertige (2001-2021). She is also staging her last play, Lettre à une deuxième mère (Letter to a second mother), exploring Simone de Beauvoir’s legacy. The show will be put on in March 2023 at the Théâtre de l’Athénée.

©GuillaumeWeil

Maj 21/04/2023

Bérangère Jannelle

Le nom de la compagnie La Ricotta vient d’un court métrage de Pier Paolo Pasolini, poète, essayiste, dramaturge et cinéaste à laquelle la compagnie rend un hommage amusé.

Après des études de lettres et de philosophie, Bérangère Jannelle entre très jeune sur les plateaux en tant qu’assistante à la mise en scène de Klaus Michael Grüber (en France et en Allemagne), de Carlo Cecchi (en Italie), de Stéphane Braunschweig et Arthur Nauzyciel en France. Elle devient alors autrice, metteuse en scène de théâtre, scénariste et réalisatrice travaillant aussi bien en France qu’en l’étranger.

Au cœur de ses oeuvres, il est toujours question d’enfance, de rituels, de mémoire intime et collective et de paroles.

En 2001, elle crée sa première pièce Décaméron présentée au Festival d’automne à Paris. Depuis lors, elle crée une quinzaine de pièces et devient artiste associée à de multiples théâtres, Centres dramatiques nationaux et scènes nationales notamment le Théâtre de Lorient – Centre dramatique national de Lorient (2000-2004), la Comédie de Reims (2004-2008), le Théâtre de la Ville (2009-2012), la scène nationale de Saint Nazaire ( 2009-2015) la Scène nationale de Châteauroux (2011-1017), le Centre dramatique national de Rouen (2013-2017), le Centquatre à Paris (2015), la MC2 : Grenoble (2016 2019), la Comédie de Reims (2021). Elle participe à plusieurs éditions du Festival d’Automne à Paris (de 2001 à 2015) et est compagnonne de la scène nationale du Sud Aquitain (2020-2023…).

Multilingue, Bérangère Jannelle est présente sur les scènes internationales et nourri un partenariat de longue date avec l’Institut français. Elle a crée des pièces en Italie (Décaméron 2001- Teatro Garbiladi Palermo), au Brésil (O adversatio 2012 à São Paulo, puis 66 Gallery au Festival de Brasilia), en Russie (Goriot au Théâtre de Perm), en Afrique de l’Ouest, Bénin, Togo, Burkina Faso (Afrika democratik room, Récréathrales 2016) en Allemagne (Gespräche 2018)…

Le projet artistique de La Ricotta consiste à écrire pour le monde contemporain, en faisant théâtre de tout. Les sciences humaines et sociales documentent en profondeur le travail pour être  métamorphosées de manière joueuse et sensible. Après avoir mis en scène des pièces de plateau et signé de nombreuses adaptations : Deux champs fondent aujourd’hui la démarche de la compagnie pour la création: « La fabrique théâtrale des savoirs » ( Z comme zigzag 2015, Melancholia europea 2017, Afrika democratic room 2016 Conversations 2019 Les Monstres 2021, Une histoire de l’argent racontée aux enfants et à leurs parents 2023). Cette recherche se fait en pleine coopération avec des habitant·e·s, des enfants, des adolescent·e·s aussi bien que des chercheur·euse·s sur différents territoires.

Le champ de l’écriture par la fiction avec des épopées à la fois intimes et collectives est devenu majeur et fonde désormais pleinement le travail de Bérangère (Lucy in the sky est décédée 2020, Comme le nageur au fond des mers 2024, Le monde en réparation en résidence d’écriture à La Chartreuse). Ici, l’écriture pousse le récit du côté du roman, du cinéma en imbriquant les temporalités, les lieux, faisant de la parole un gage de survie.

Dans les deux cas, c’est la relation au spectateur actif qui anime l’oeuvre. Il est en effet, l’interlocuteur principal de toutes les œuvres.

Lauréate de la villa Medicis, Bérangère réalise son premier film en 2006. En tant que réalisatrice, elle réalise plusieurs longs métrages documentaires (« Sans Terre » produit par Morgane Production et la chaîne voyages, « Les Lucioles » produit par Tamara films (Prix du jury au FIFIB), Markowicz, appartement n°7 produits par Tamara films, BIP TV et soutenu par le CNC). Elle est co-scénariste de longs métrages de fiction avec Idir Serghine (« Notre Royaume »), Antoine Barraud (« Le dos rouge », « Les trois sœurs ») et sous contrat d’écriture pour un film de fiction (Tamara Films, CNC, Procirep, Région Bourgogne Franche Comté). Ses films ont été projetés dans de nombreux festivals et achetés notamment par le Musée d’art contemporain de Bolzano (Italie) le MACBA à Barcelone.

 

Maj 22/05/23