Sumaya Al-Attia

Comédienne franco-jordanienne, Sumaya Al-Attia se passionne pour le théâtre très jeune. Formée par le comédien et dramaturge irakien Saad Abbas et l’artiste anglaise Jane-Ann Heffernan en Jordanie, elle joue dans plusieurs productions locales en arabe et en anglais. En France, elle obtient sa Licence et son Master 2 mention Études Théâtrales en 2012 à l’Université Paris III, La Sorbonne Nouvelle.

Elle fait ses débuts au cinéma en 2009 dans le film Incendies de Denis Villeneuve nommé aux Oscars et elle joue le rôle principal dans le court-métrage #Hashtag de Muhammad El Khairyen Jordanie. En 2018 elle joue dans Why are they equipped with eyes? de Francisco Rodriguez au Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains. Elle travaille également à la radio avec différents réalisateurs dont Juliette Heymann, Catherine Lemire, François Christophe et Laure Egoroff (Radio France). Au théâtre, elle joue le rôle de Voinov dans Les Justes de Albert Camus, mise en scène de Mehdi Dehbi et le rôle de Ysé dans Le Partage de midi de Paul Claudel mise en scène de Radouan Leflahi. Plus récemment elle incarne le rôle de Olivia dans 24/7, spectacle immersif au casque VR(Virtual Reality) du collectif INVIVO, le rôle de Samira dans Le corps en obstacle de Gaëtan Peau et elle joue dans les Brèves du futur de Julien Guyomard en Comédie Itinérante avec la Comédie de Valence. Elle est également co-auteure et comédienne dans deux créations ; END PARTY de la Compagnie MiMesis dans le cadre du forum Culture en Suisse et Céto, projet satellite du collectif INVIVO destiné à la petite enfance et lauréat de l’appel à projet La Couveuse.

Michel Corvin

Spécialiste du théâtre du XXe siècle, enseignant à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris-III de nombreuses années, il en est aujourd’hui professeur honoraire.
Il écrit sur le mouvement Dada, le surréalisme et les avant-gardes d’avant et d’après guerre. Il est également le coordonnateur et l’auteur de nombreux ouvrages sur le thème du théâtre. On lui doit notamment Le Théâtre nouveau en France (PUF, Que sais-je, 1963), Le Théâtre nouveau à l’étranger (PUF, Que sais-je, 1964), Dictionnaire encyclopédique du théâtre, dont il est le coordonateur (1991), Dictionnaire encyclopédique du théâtre à travers le monde (Bordas, 2008) ou Marchons ensemble, Novarina ! (Les Solitaires intempestifs, 2012), des écrits sur Kleist, Antonin Artaud, Georges Feydeau, Jean Genet, Roland Dubillard.

Stéphane Bouquet

Stéphane Bouquet est écrivain, scénariste et critique de cinéma français né à Paris en 1968.

Après des études en économie de la culture et sociologie, Stéphane Bouquet se consacre à l’écriture comme poète, critique et scénariste. Il est l’auteur de Nos amériques, Un Peuple, Le Mot Frère, Un Monde existe, Dans l’année de cet âge publiés aux éditions Champ Vallon.

Il a animé avec Laurent Goumarre l’émission Studio Danse sur France Culture et il a été critique littéraire pour Libération et collaborateur auprès du Monde.

Il traduit des ouvrages de poésie américaine. Il a écrit plusieurs livres sur le cinéma, Clint fucking Eastwood, Beate avec Claire Denis, Gus Van Sant, S.M. Eisenstein, Il Vangelo secondo Matteo, une étude sur un film de Pier Paolo Pasolini.

Il est l’auteur de scénarii, notamment pour les réalisateurs Sébastien Lifschitz, Patric Chiha, Yann Dedet, Valérie Mréjen. Il est aussi dramaturge et interprète de pièces chorégraphiques, entre autres avec Mathilde Monnier. Il a occupé les fonctions de directeur du programme pédagogique « Danse et Cinéma» à l’Ecole de danse contemporaine du Centre Chorégraphique National de Montpellier, E.xe.r.ce.

Stéphane Bouquet a été pensionnaire à la Villa Médicis (Rome) en 2003-2004.

Marika Dreistadt

Marika Dreistadt est née à Tarbes et vit maintenant en Suisse. Elle a suivi des études en Histoire de l’art et en archéologie, ainsi qu’une première formation d’acteur : bac option théâtre où elle rencontre Jonathan Capdevielle, et cours Florent, stage sous la direction d’Ariane Mnouchkine. Elle rejoint ensuite la première promotion de la Manufacture HETSR à Lausanne et obtient son diplôme en 2006. Puis elle intègre la compagnie du Théâtre des Osses sous la direction de Gisèle Sallin et joue pendant 5 ans dans des pièces du répertoire classique (L’Orestie, Les femmes savantes, Les Bas fonds…).
Parallèlement elle s’intéresse à l’écriture contemporaine et co fonde le Collectif Division. Au sein de ce collectif, elle participe à l’élaboration des projets des pièces écrites et mises en scène par Julien Mages pour lesquelles elle est également interprète (créations au Théâtre de Vidy, à l’Arsenic et au 2.21 à Lausanne). Au cinéma, elle travaille avec de jeunes réalisateurs (Thibault de Chateauvieux, Marie Elsa Sgualdo, Shirin Mashayekh…) dans des films en compétition aux festivals de Locarno, Soleure, Cabourg.
Elle est actuellement en création avec la jeune auteure et metteure en scène Coline Ladetto. Elle prépare également une tournée en Suisse et en Belgique avec le spectacle L’embrasement, mis en scène par Anne Bisang.

Charlotte Clamens

Charlotte Clamens entre à l’École de Chaillot sous la direction d’Antoine Vitez qui l’engage pour jouer dans Électre en 1986.
Elle travaille ensuite avec Laurent Pelly , Alain Françon, Marcel Bozonnet et Tilly, puis avec Jean-François Sivadier. Elle jouera dans Italienne avec orchestre, Noli me tangere et La Mort de Danton. Pédagogue, elle donne également des cours de jeu de l’acteur dans plusieurs écoles.
Au Festival d’Avignon, Charlotte Clamens a joué dans Henry IV de Shakespeare mis en scène par Yann-Joël Collin en 1999, Bérénice de Racine mis en scène par Lambert Wilson en 2001 et La Mort de Danton de Büchner mis en scène par Jean- François Sivadier en 2005. En 2008 elle retourne au Festival d’Avignon pour la 62ème édition et participe à la mise en scène collective de Partage de midi de Paul Claudel avec Valérie Dréville, Gaël Baron, Jean-François Sivadier et Nicolas Bouchaud.

Sabine Macher

Sabine Macher est née en Allemagne de l’Ouest pendant les années cinquante. Après une formation littéraire, elle se dirige vers la danse tout en poursuivant un travail d’écriture et de photographe. Comme interprète, elle a travaillé avec Georges Appaix, Geneviève Sorin, le groupe Dunes, Alain Michard, Laurent Pichaud, Thierry Baë, Mickaël Phelippeau, Éléonor Didier, Xavier Leroy.
Au théâtre, elle a joué sous la direction de Daniel Jeanneteau, Alain Fourneau.
Elle a publié une douzaine de livres chez plusieurs éditeurs.

Frédéric Moulin

Frédéric Moulin suit sa formation de comédien au Théâtre de l’Iris de Villeurbanne dans la classe de Philippe Clément. Il travaille au théâtre avec Robert Cantarella, Philippe Clément, George Montillier, Karelle Prugnaud, Pierre Kuentz, Ester Cerruti. Il interprète La Nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès, L’Opérette Imaginaire de Valère Novarina ainsi que des textes d’Audiberti, Lope de Vega, Cocteau, Feydeau, Dario Fo. Au cinéma il joue dans La Cerise sur le gâteau de Laura Morante et La Rafle de Rose Bosch. Il met en scène plusieurs spectacles de théâtre-danse, Madame Jonas d’Elie-Georges Berreby, Mise au Banc (co-écrit avec Céline Champinot, travail sur le mobilier urbain anti-sdf), Ni une ni deux d’Eugène Durif, Désir Opus 12, L’Ours et Une demande en mariage d’Anton Tchékhov.

Emilien Tessier

De 1976 à 1990, il joue dans une trentaine de spectacles mis en scène notamment par Pierre Debauche, Guy Parigot, Dominique Quéhec, Robert Angebaud, Bernard Lotti, Robert Mazet, Philippe Froger, Jean Le Scouarnec, Pierre Cavassilas, Guillaume Kergourlay au Centre Dramatique National de Rennes et au Centre dramatique régional de Lorient.
Depuis, on l’a régulièrement vu au théâtre, notamment sous la direction de Matthias Langhoff, Désir sous les ormes d’Eugène O’Neill ; de Dominique Pitoiset, Le Procès de Franz Kafka, Les Brigands de Friedrich von Schiller, Le Réformateur de Thomas Bernhardt ; Benno Besson, Cœur ardent d’Alexandre Ostrovski, Quisaitout et Grobêta de Coline Serreau ; de Bernard Loti, Le Testament du chien ; de Christophe Rouxel, Chant d’amour pour l’Ulster
Avec Robert Cantarella, il a joué dans Hamlet de William Shakespeare, Fiction d’hiver de Noëlle Renaude, Grand et Petit de Botho Strauss, Du matin à minuit de Georg Kaiser, Les apparences sont trompeuses de Thomas Bernhard, Le Mariage, l’affaire, la mort d’Alexandre Soukhovo-Kobyline, Les Travaux et les jours de Michel Vinaver, Pièces de Philippe Minyana, Algérie 54- 62 de Jean Magnan, Dynamo d’Eugene O’Neill, Le Chemin de Damas d’August Strindberg, Hippolyte de Robert Garnier.

Franck Saurel

Franck Saurel est né à Toulouse et a grandi à Tarbes dans les Hautes Pyrénées. Il commence le théâtre à 17 ans avec Mercedes Tormo où il rencontre Jonathan Capdevielle. En 1999, il intègre la troupe du Théâtre du Soleil sous la direction d’Ariane Mnouchkine. Lors de ces trois années dans cette troupe, il s’initie aux percussions coréennes, à la danse contemporaine sous la direction de Carolyn Carlson ainsi qu’au Kathakali à la Margy School au Kérala en Inde. Dans le même temps, il continue sa formation de capoeiriste, art martial dansé et acrobatique brésilien, art dans lequel il est aujourd’hui « instructeur ».
Parallèlement, il intègre des projets théâtraux aux univers très variés, de la compagnie de Paul Méfano (musique contemporaine), à L’emmerdeur de Francis Weber, et Cymbeline sous la direction d’Hélène Cinque.

Plus récemment, il participe à deux créations dans le domaine des arts de la rue: Les tambours de la muerte de la compagnie Transe Express (pièce dans laquelle il pratique le mât chinois) et Orphée de la compagnie Délit de Façade, dans laquelle il est marionnettiste.

Jonathan Capdevielle

Jonathan Capdevielle est né en 1976 à Tarbes en France et vit à Paris. Après des études de théâtre à Tarbes entre 1993 et 1996, il intègre l’École supérieure Nationale des arts de la marionnette.

Il a participé à plusieurs créations, dont, entres autres : Personnage à réactiver, œuvre de Pierre Joseph (1994), Performance, avec Claude Wampler (1999), Mickey la Torche, de Natacha de Pontcharra, traduction Taoufik Jebali, mise en scène Lotfi Achour, Tunis, (2000), Les Parieurs et Blonde Unfuckingbelievable Blond, mise en scène Marielle Pinsard (2002), Le Golem, mise en scène David Girondin Moab (2004), Le groupe St Augustin, Le Dispariteur, Monsieur Villovitch, Hamlet et Marseille Massacre (atelier de création radiophonique – France Culture), mise en scène d’Yves-Noël Genod (2004-2010), Bodies in the cellar, mise en scène de Vincent Thomasset (Mars 2013).
Au cinéma, il interprète le rôle de Nicolas dans le film Boys like us, réalisé par Patrick Chiha (sortie prévue au printemps 2014).

Collaborateur de Gisèle Vienne depuis ses premières mises en scènes, il est interprète dans toutes ses pièces. Dans celles réalisées par Étienne Bideau Rey et Gisèle Vienne : Splendid’s, de Jean Genet, Showroomdummies (création 2001 et re-écriture 2009) et Stéréotypie, et dans celles mises en scène par Gisèle Vienne I Apologize, Une belle enfant blonde / A young, beautiful blonde girl, Kindertotenlieder, Jerk, pièce radiophonique, Jerk, solo pour un marionnettiste, Éternelle idole et This is how you will disappear (création 2010).
Gisèle Vienne, Dennis Cooper, Peter Rehberg et Jonathan Capdevielle ont publié en 2011 un livre et un CD : Jerk / À TRAVERS LEURS LARMES aux éditions DISVOIR dans la série ZagZig en deux éditions, française et anglaise.

En septembre 2006, il crée avec Guillaume Marie We are accidents waiting to happen au Palais de Tokyo puis en 2007 la performance-tour de chant Jonathan Covering au Festival Tanz im august à Berlin, point de départ de la création de la pièce Adishatz/Adieu (création 2009).
En novembre 2011, il présente Popydog, créé en collaboration avec Marlène Saldana au Centre National de la Danse – Pantin. En août 2012, sur une invitation du festival far° – festival des arts vivants de Nyon (Suisse) il propose Spring Rolle, un projet in situ avec deux interprètes, Jean-Luc Verna et Marlène Saldana.