Jean-Gabriel Vallot

Il a débuté au théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes et a fait sa formation en assistant plusieurs éclairagistes : Dominique Fortin, Patrick Quédoc, Sylvie Garot, Éric Soyer, Pierre Peyronnet. Dernièrement, il a réalisé les éclairages pour Joël Pommerat (Cercles Fictions, Ma Chambre Froide), Jack Souvant (Origins), David Geselson (Les lettres non écrites) Delphine Sénard (Petites Graines), Pierre Longuenesse (Le but de Roberto Carlos), Jérémie Scheidler (Layla), Christine Berg (Le mal court, Antigone), Justine Simonot (Delta Charlie Delta) et Sulayman Al Bassam (UR).

Elisabeth Cerqueira

Elisabeth Cerqueira s’est formée à la Chambre syndicale de la haute couture parisienne, à l’AICP école internationale de coupe de paris et à l’ATEC école de costumes de théâtre. Elle apartagé les aventures théâtrales des metteurs en scène tels que Ariane Mouchkine, Barta-bas, Daniel Jeanneteau, Didier Bezace, Michel Didym, Emmanuel Demarcy Motta, Awat, Joel Pom-merat, Cervantes, Philippe Adrien…Julie Bérès et les Chiens de Navarre pour qui elle crée les costumes. Elle collabore avec le DEUG DOEN GROUP depuis METAMORPHOSES sur Angels in America puis sur L’absence de Guerre et Glovie. Parallèlement, elle suit des formations en broderie, en teinture, en création textile.

Julien Dubuc

Après deux années au Grim Edif où il obtient un BTS de régisseur lumière, Julien Dubuc intègre le département Réalisation lumière de l’ENSATT dont il sort diplômé en 2011. Il débute son travail de créateur lumière à Lyon avec Catherine Hargreaves, Julie Tarnat, Charly Marty, Antonella Amirante, Matthias Langhoff (dans le cadre de fin de cursus de l’ENSATT) mais aussi à Agen avec le Théâtre du Jour et la compagnie Pierre Debauche (Alan Boone / Vincent Poirier).Plus récemment, il collabore avec Vincent Delerm, Kery James, Jean-Pierre Baro, CaroleThibaut, Jean-Claude Cotillard, Bertrand Bossard, Clémence Labatut, Jane Piot et Yannik Landrein.Il conçoit aussi la lumière et la vidéo des spectacles d’Aurélie Van Den Daele et du DeugDoen Group, depuis le début du travail. Il s’investit régulièrement en tant que vidéaste sur ces projets. Il développe en parallèle des objets vidéos dont le projet évolutif (ailleurs) 00 et réalise MAD, vidéo de 7 minutes présentée en 2015 au Anciennes Cuisines (Ville- Evrard). Il a créé sa première installation plastique et vidéo Hado dans le cadre de la 8e édition de Chemins d’art en Armagnac. En 2011, il co-fonde le collectif INVIVO dont il est artiste membre. Ce collectif lui permet d’expérimenter et de réaliser des formes hybrides, entre théâtre, art immersif et technologie. C’est aujourd’hui aux croisements de la vidéo, de la lumière, de la scénographie et des arts numériques qu’il entrevoit sa pratique d’artiste.

Jonathan Drillet

Jonathan Drillet est metteur en scène et comédien. Il a déjà travaillé avec Jonathan Capdevielle sur deux spectacles (Adishatz-Adieu et La Coupe Bruce).
Il a évolué dans des univers toujours très différents les uns des autres, danse, théâtre public et privé, radio, télévision, arts visuels, travaillant aussi bien avec Ryan Kelly et Brennan Gerard que Raimund Hoghe, Alexis Fichet ou bien encore Jean Marie Besset, Vanessa Le Mat, ou Christophe Honoré…
Depuis 2008 il écrit et met en scène ses propres spectacles avec Marlène Saldana, dont Dormir Sommeil Profond, L’Aube d’une Odyssée (créé au CDN de Gennevilliers), ou plus récemment Fuyons sous la spirale de l’escalier profond (créé à la Menagerie de Verre).
Il se produit également avec Marlène Saldana, entourés de François Chaignaud, Pauline Jambet et Sexy Sushi, dans le spectacle d’un artiste plasticien, Théo Mercier Du futur faisons table rase.

Pauline Guyonnet

Après une formation au cadre et à la lumière en BTS Audiovisuel, Pauline Guyonnet est reçue en 2005 à l’ENSATT.
Dans le cadre des ateliers-spectacle, elle travaille avec Philippe Delaigue, Guillaume Delaveau, Simon Deletang, Olivier Maurin, Christian Schiaretti, et elle crée les lumières pour Les Acteurs de Bonne Foi et L’Épreuve, de Marivaux, mis en scène par Marc Paquien.
C’est également à l’occasion d’un atelier qu’elle rencontre Marie-Christine Soma et fait plusieurs stages sous sa direction (Cher Ulysse, chorégraphié par Jean-Claude Gallota, Feux de Stramm mis en scène par Marie-Christine Soma et Daniel Jeanneteau).
Depuis sa sortie de l’ENSATT en 2008, elle assure la régie des créations lumières de Marie- Christine Soma pour Et pourtant ce silence ne pouvait être vide, mis en scène par Michel Cerda, Le Cerceau de Victor Slavkine mis en scène par Laurent Gutman. Elle assure également la régie lumière pour La Compagnie Sirènes, dirigée par Jacques Vincey (Madame de Sade de Mishima, Les Bonnes de Genet, La Vie est un Rêve de Calderon, et L’ombre d’Andersen). Elle fut également l’assistante de Marie-Christine Soma lors de la création lumière de Désolé pour la Moquette, écrit et mis en scène par Bertrand Blier au Théâtre Antoine. Elle effectue également la régie lumière et vidéo pour la compagnie Cheek By Jowl dirigée par Declan Donnellan sur le spectacle Ubu Roi d’Alfred Jarry.
Elle suit particulièrement des metteurs en scène depuis quelques années tels que Marie-Pierre Besanger, artiste associée a La Maison des Métallos (Et cependant tout arrive de Philippe Ponty, Permafrost de Manuel Antonio Pereira), Charlotte Bucharles (Un jour en été de Jon Fosse, Rouge d’Igor Bucharles), et Josephine Serre depuis la création de Volatiles. Dernièrement elle a fait la création lumière du spectacle Je suis fait du bruit des autres pour le Collectif 2 temps 3 Mouvements.

Frédéric Hocké

Plasticien, il travaille l’image sous toutes ses formes : photographie, peinture, dessin, vidéo, animation, lumière, scénographie…
À coté d’un travail de recherche personnel principalement tourné vers la pratique photographique et l’installation, il travaille depuis de nombreuses années pour le spectacle vivant.
Il co-dirige la compagnie Sans Soucis et For Want Of A Better, collabore avec Habaquq, le Clair-obscur et anime avec Violaine de Cazenove un laboratoire en scénographie.

Mathieu Montanier

Après sa formation à l’École de la Comédie de Saint-Etienne, Mathieu Montanier a travaillé comme comédien, depuis 2000, avec, entre autres, Anatoli Vassiliev (Les Trois Sœurs, en 2000), Frédéric Fisbach (Dors, mon petit enfant en 2001 et Animal en 2005), Renaud Herbin et Julika Mayer ( Les grands poissons mangent les petits, en 2002), Éléonore Weber (Tu supposes un coin d’herb, en 2005 et Rendre une vie vivable n’a rien d’une question vaine en 2007), Garance Dor ( Nouvelle vague & rivages, en2008), Daniel Jeanneteau et Marie-Christine Soma (Feux en 2008), Allio-Weber (Un inconvénient mineur sur l’échelle des valeurs en 2010), et Hubert Colas (Le livre d’or de Jan, en 2010; Stop, ou tout est bruit pour qui a peur-2012 et Face Au Mur, en 2014).
Il participe aux éditions du festival ActOral à Marseille 2010, 2011, 2012, et 2013 avec Hubert Colas et Isabelle Mouchard.
En 2004, il met en scène Revanche(s), de Kouam Tawa, créé et joué lors d’une tournée à Ouagadougou, Porto Novo, Niamey, Zinder et Agadez, dans le cadre de Pièces d’Identités, projet orchestré par Roland Fichet.

Au Festival d’Avignon 2013, à la carrière de Boulbon, il joue dans Shéda , de, par, et avec Dieudonné Niangouna.
En août 2013, il termine l’écriture de Fossa Felci , son premier roman.
Il participe aux éditions 2013 et 2014 du festival Mantsina-sur-scène à Brazzaville, aux côtés de Laetitia Ajanohun, Marie-Charlotte Biais, et Dieudonné Niangouna.

En 2014, il créé avec Isabelle Mouchard la compagnie TELEGRAM, dont le premier spectacle, « Primo Amore », de Letizia Russo, est créé à Théâtre Ouvert.

Marie-Christine Soma

Après avoir étudié la philosophie et les lettres classiques, puis avoir été régisseur-lumière au Théâtre National de Marseille – La Criée, où elle assiste Henri Alekan sur Question de géographie de John Berger, Marie-Christine Soma se consacre à partir de 1985 à la création lumière.

En 1989, elle assiste Dominique Bruguière pour la création de Le Temps et la Chambre de Botho Strauss par Patrice Chéreau.

Elle crée des lumières pour Marie Vayssière, François Rancillac, Alain Milianti, Jean-Paul Delore, Michel Cerda, Éric Vigner, Arthur Nauzyciel, Catherine Diverrès, Marie-Louise Bischofberger, Jean-Claude Gallotta, Jacques Vincey, Frédéric Fisbach, Niels Arestrup, Éléonore Weber, Alain Ollivier, Laurent Gutmann, Daniel Larrieu, Alain Béhar, Jérôme Deschamps…

En 2001 débute la collaboration artistique avec Daniel Jeanneteau : Iphigénie de Racine, La Sonate des spectres de Strindberg en 2003, Anéantis de Sarah Kane, Adam et Eve de Boulgakov en 2007.
En 2008, elle signe avec Daniel Jeanneteau la mise en scène de Les Assassins de la Charbonnière d’après Labiche avec le Groupe 37 de l’École du TNS, puis de Feux, trois pièces courtes d’August Stramm, créé au festival d’Avignon, et en 2009 de Ciseaux, papier, caillou de Daniel Keene au Théâtre national de la Colline.
En 2010 elle adapte et met en scène Les Vagues de Virginia Woolf d’abord au Studio-Théâtre de Vitry puis en 2011 au Théâtre National de la Colline où elle est artiste associée.
En 2013 elle crée les lumières de la pièce d’Ibsen Les Revenants mise en scène par Thomas Ostermeier au Théâtre Vidy-Lausanne.

Intervenante à l’École nationale supérieure des Arts décoratifs en section scénographie de 1998 à 2007 (Atelier de Françoise Darne) et à l’ENSATT à Lyon de 2004 à 2009 (Section dirigée par Claire Dehove) ainsi qu’au département Arts et Spectacle à l’Université Paris-Ouest à Nanterre (2011-2012).
De 2008 à 2012, elle dirige le Comité de lecture du Studio-Théâtre de Vitry.

Jacob Stambach

Jacob Stambach est musicien, compositeur et sound designer pour la scène et le cinéma.
Son groupe The History of Colour TV est aujourd’hui son projet principal. Depuis sa création en 2010 cette formation a sorti deux albums et plusieurs EPs et singles sur les labels Saint Marie, Bruit Blanc et Cranes records.
Pour l’image Jacob Stambach a notamment travaillé avec Studio Shaiprod, dont les films documentaires We Don’t Care About music Anyway et Kings of the Wind and Electric Queens reçurent respectivement le prix ONE+ONE à Belfort (Entrevues 2009) et le prix du meilleur documentaire moyen-métrage à Toronto (Hotdocs 2014).

Hélène Soulié

Hélène Soulié a mené un double parcours de formation : formée comme comédienne à l’ENSAD de Montpellier (direction Ariel Garcia Valdès), elle in-tègre ensuite l’Université Paris X (DESS de mise en scène et dramaturgie). Elle est ainsi formée par Georges Lavaudant, Cécile Garcia Fogel, Yann Joël Colin, Michel Deutsch, Jean Joudheuil, Jean Louis Besson, Béatrice Picon- Valin, Sabine Quiriconi.
Au sein de la compagnie EXIT, qu’elle a fondée en 2008, elle a mis en scène Konfesjonal,o d’après Christophe Tarkos, Cairn d’Enzo Corman, Kant de Jon Fosse (Scène Nationale de Sète), Eyolf (Quelque chose en moi me ronge) d’Henrik Ibsen (Scène nationale de Perpignan, Scène nationale de Sète, Théâtre de Nîmes, Théâtre de l’Aquarium), et Un batman dans ta tête de David Léon (CDN Montpellier).
Dans le cadre des Sujets à Vif (Festival d’Avignon 2014/SACD), elle accompagne David Léon et Emmanuel Eggermont (chorégraphe) pour l’écriture scénique du projet « Un jour nous serons humains ». En 2015, elle met en scène Sauver la peau, de David Léon à Théâtre Ouvert.
Hélène Soulié est également dramaturge. Elle a travaillé auprès de différents chorégraphes dont Germana Civéra / Montpellier Danse 2012.
Elle intervient également à l’Université Paul Valéry Montpellier III auprès d’étudiants en licence arts du spectacle.

Durant la saison 2012-2013, elle était en résidence à la Scène Nationale de Perpignan, et à la Scène Nationale de Sète.
En 2013-2014, elle était en résidence de création au CDN de Montpellier.

La compagnie EXIT qu’elle dirige est conventionnée par la DRAC Languedoc-Roussillon depuis 2014.