Marie Vermillard

Marie Vermillard est réalisatrice et vidéaste.
Elle a fait des études d’architecture, de travail social et d’art plastique. Elle a travaillé en qualité de scripte avec de nombreux réalisateurs de 1986 à 1996 (entre autres Eric Rochant, Eric Barbier, Arnaud Desplechin, Cédric Klapisch, Bartabas, Olivier Assayas, Pierre Salvadori, Agnès Merlet). Elle est réalisatrice à partir de 1992.
Elle a enseigné à l’école nationale supérieure d’art de Bourges en 2010/2011, dirige les ateliers « l’acteur, apprentissage de la caméra » au Cours Florent depuis 2012, est intervenante à la FEMIS depuis 2002, et dirige des ateliers à l’Ecole des Beaux-Arts de Tours.

Ses expositions : Galerie Duboys, installation vidéo, Paris, octobre 2014.
La Galeru, installation photographique en collaboration avec Joël Brisse, Janvier 2014.
Le mystère Lafont, résidence et exposition, Mas Lafont, Septembre 2013.
Arbres de vie, collège des Bernardins, projection « Je vis sur Terre » Mars 2013.
Dormeurs, dormeuses, Halle Roublot, Fontenay sous bois. Installation de vidéos : « Dormeuses », « Wild Thing », « Le cheval, l’homme et l’enfant » Septembre 2012.

Ses courts métrages : La voie lactée, 2014, 9’ – Devant derrière, 2013, 8’ – Je vis sur Terre, 2013, 10’ – 9 Kaïhus, 2012, 9’ – Aveuglés beuglent 2011, 23’ – Trac, 2009, 22’ Comédie de Saint Etienne.- Les derniers pas, 2008, 6’. Production ARTE.- Quelqu’un, 25′, 1995, 22′.- Reste, 1992, 22’.

Ses longs métrages : Noëlle Renaude et Nicolas Maury enquêtent, 2014, 53’ – Peintres à Cotonou, 2010, 55’. – Suite parlée, 2009, 77’ coréalisation Joël Brisse, Stella films – Petites révélations, 2006, 55’ Stella films. Festival Cannes 2006. – Imago, 2001, 100’ Gemini films. Festival de Locarno.- Lila Lili, 1999, 105’ Gemini films. Festival de Berlin – Festival de Belfort, Grand prix du festival d’Auch.- Eau douce, 59′, 1996.

Fin septembre, début octobre 2012 Noëlle Renaude et Nicolas Maury présentent 9 h de textes inédits à Théâtre Ouvert : “enquête, accidents”.
Spectatrice de la première partie, je filme les deux suivantes hors des règles du genre, sans préméditation, portée par l’écriture de Noëlle, la présence de Nicolas et mon attention, mon plaisir de spectatrice/cinéaste. Cette restitution subjective, partiale, fortement encouragée par Noëlle et Nicolas, est, je l’espère, aussi le reflet de leur travail singulier et inspirant. Noëlle Renaude et Nicolas Maury enquêtent est un drôle de film, un film/ricochet sur lequel je travaille seule depuis deux ans et dont la forme a constamment évolué. Il assemble l’enquête de Noëlle sur la naissance d’une écriture, l’inventivité de Nicolas en train de transmettre et mon expérience de filmeuse irrespectueuse.

Pedro Kadivar

Né en 1967 en Iran, Pedro Kadivar arrive en France à l’âge de seize ans. Étudiant à l’Institut d’études théâtrales de l’Université de Paris III-Sorbonne nouvelle, il travaille dès 1988 comme assistant à la mise en scène dans différents théâtres parisiens et fait ses débuts de metteur en scène avec Avis de décès de Heiner Müller au Théâtre du Rond-Point.
Au cours d’un voyage organisé à Berlin en 1992 pour un groupe de jeunes metteurs en scène, impressionné par sa rencontre avec Heiner Müller et par Berlin, Pedro Kadivar décide en 1996 de quitter Paris pour s’installer dans cette ville où il travaille comme assistant à la mise en scène au Deutsches Theater de Berlin et au Düsseldorfer Schauspielhaus à Düsseldorf.Il soutient en février 2002 à l’Université Humboldt de Berlin sa thèse qui sera publiée en France en 2004 sous le titre Marcel Proust ou Esthétique de l’entre-deux, aux éditions L’Harmattan.
En 2003, il met en scène à Berlin une version allemande de la pièce de Koltès Dans la solitude des champs de coton. Après vingt-et-un ans d’absence, il retourne en 2004 en Iran. Il dirige la même année une lecture-mise en espace de son texte Une très douce soirée au festival Frictions à Dijon. Il créé en 2006 au musée Pergame de Berlin sa Pièce d’automne-Un jour d’automne quelque part, dont la version originale française sera publiée en 2007 dans la revue Les temps modernes. Elle constitue le premier volet de sa Tétralogie de la migration qu’il écrira jusqu’en 2010. En 2007 il crée au musée Pergame de Berlin sa pièce Sprachlos (Vœu de silence). Le deuxième volet de sa Tétralogie de la migration, intitulé Pièce d’hiver-Une visite au musée, est lauréat de l’Aide à la création du CNT en 2008 et présentée par trois lectures-mise en espace différentes en 2008 et 2009 (CDN d’Orléans, Montévidéo à Marseille, TNP Villeurbanne). Le troisième volet, Pièce de printemps-Pays natal est présentée en lecture-mise en espace en 2011 au festival des Francophonies en Limousin et en avril 2012 à Budapest.
Artiste en résidence à l’Odéon-Théâtre de l’Europe pour une série de lectures et de performances (saison 2011-2012), boursier de la Maison des auteurs à Limoges (juillet-octobre 2012), Pedro Kadivar est invité en novembre 2014 au Festival Rencontres à l’échelle à Marseille pour la reprise de sa lecture-performance Abolition des frontières et une lecture d’un choix de fragments de sa nouvelle pièce.
La version intégrale du texte écrit pendant sa résidence à l’Odéon sera publiée en 2015 aux éditions Gallimard.

Eléonore Weber

Eléonore Weber a étudié le droit et la philosophie politique à L’EHESS. Elle occupe un temps un poste d’assistante parlementaire au Sénat avant de se consacrer à l’écriture, à la réalisation, et à la mise en scène.

Pour le théâtre, elle a écrit et mis en scène Rendre une vie vivable n’a rien d’une question vaine (Festival d’Avignon, 2007), Tu supposes un coin d’herbe (Festival Mettre en Scène TNB, Rennes, théâtre de la Bastille 2006).

En 2004, elle a mis en scène Je m’appelle Vanessa de Laurent Quinton pour la série de créations Pièces d’identités à La Passerelle, Scène nationale de Saint-Brieuc, repris au Festival Mettre en Scène la même année.

Elle est aussi l’auteur de Manège (2000-2001), commande de Roland Fichet, et de Décadrages (2003). Ces deux pièces ont été mises en scène par Annie Lucas, la première pour la série de créations Naissances, la seconde pour la série de créations Pièces d’identités. Décadrages a été présenté au Festival Frictions (Centre dramatique national de Dijon) en mai 2004.

Au cinéma, elle a réalisé Night Replay en 2012, pour Arte. Ce film a été présenté dans divers festivals, en France et à l’étranger (Festival du film de Belfort, Festival Hors-Pistes au Centre Pompidou, CPH-DOX à Copenhague, IMDb à Montréal). Après une résidence au centre des écritures cinématographiques du Moulin d’Andé, elle réalise en 2007 Les Hommes sans gravité (moyen-métrage de fiction, production Ecce films), présenté au Festival de Clermont-Ferrand, Festival Hors Pistes au Centre Pompidou et à l’étranger.

En 2005, elle réalise Temps morts (court-métrage de fiction, production Le G.R.E.C. – Groupe de Recherches et d’Essais), qui sera sélectionné au Festival du film de Belfort-Entrevues, au Festival de Vendôme, au Festival Côté Court de Pantin, au Festival international du film de femmes de Créteil et présenté au Centre Georges Pompidou en 2006.
Enfin, elle a réalisé Silence dans le fortin, documentaire tourné en Algérie en 2001-2002 (production Point du Jour).

Elle s’associe avec Patricia Allio en 2008.

Olivier Cadiot

Olivier Cadiot a publié en 1988 aux éditions P.O.L un premier livre de poésie L’Art poétic’.
Depuis 1993, il a entrepris une longue série de romans centrés sur le même personnage qui débute par Futur, ancien, fugitif jusqu’au Mage en été en 2010, en passant par Le Colonel des Zouaves, Retour définitif et durable de l’être aimé, Fairy queen et Un nid pour quoi faire. La plupart de ses livres sont adaptés pour la scène par Ludovic Lagarde.
Il a dirigé la Revue de littérature générale avec Pierre Alferi. Il travaille régulièrement avec des musiciens, et particulièrement avec Rodolphe Burger avec qui il vient de signer un troisième disque Psychopharmaka. Il se produit dans de nombreux concerts et lectures publiques. Il participe au chantier de la Bible 2001 en traduisant les Psaumes et le Cantique des Cantiques. Il a également traduit Rainald Goetz, Gertrude Stein et récemment Les Revenants d’Ibsen pour la dernière mise en scène de Thomas Ostermeier.
En 2010, il était l’artiste associé du Festival d’Avignon avec Chistoph Marthaler.

Moreau

Moreau est né en 1971. Parallèlement à son travail de régisseur pour le spectacle vivant, il a écrit et mis en scène pour le théâtre et la radio.
Il a écrit : La Croix St-Gilles (2002), réalisé pour France Culture par Blandine Masson ; Les Habitants (2003), publié aux éditions Théâtre Ouvert-Tapuscrit et mis en scène par Stanislas Nordey à Théâtre Ouvert en 2005 ; Maman est Folle (2005), mis en voix par Vivane Théophilidès à Théâtre Ouvert en 2005, publié la même année aux éditions Théâtre Ouvert-Tapuscrit, puis mis en espace par Michel Didym au Théâtre du Vieux-Colombier en 2008 ; Ertugrul, Ida et Roméo l’Abricot et Juliette la Reinette (2006), pièces jeunesse qu’il a lui-même mis en scène (2006) ; Faire, publié en 2007 également aux éditions Théâtre Ouvert-Tapuscrit, mis en espace par Stanislas Nordey à Théâtre Ouvert la même année et réalisé par Blandine Masson pour France Culture. La pièce a été mise en scène par l’auteur au Festival d’Avignon Off en 2010, puis reprise au Colombier à Bagnolet en 2012.

Suivent : Calibre 38 dernière didascalie (2009), mis en scène par l’auteur en 2011 à La Générale à Paris ; De la Blessure, joué dans une performance de l’auteur au festival Crêpetown pour le Voyage à Nantes en 2012, puis repris aux Journées Igloo à Asnières en 2013 ; Et tu parleras de Beckett ; Et ce cri était un long cri qui ne s’arrêta jamais ; 1983 (2011-2012 ensemble de pièces qui constituent Des idiots nos héros, ouvrage paru en octobre 2013 aux éditions Théâtre Ouvert-Tapuscrit) ; 1983 a été réalisé en public à Théâtre Ouvert par Michel Sidoroff en octobre 2012, dans le cadre de « La radio sur un plateau », puis diffusé sur France Culture. Des Idiots Nos Héros a été lu au Théâtre du Vieux-Colombier en juin 2013 et présenté par la troupe de la Comédie-Française sous la direction de Jacques Allaire.
Il a écrit et performé L’Illétric (commande de Lectures&Lecteurs, 2013). Non a bénéficié d’une résidence au Centquatre-Paris et a été présenté au théâtre du Rond-Point en février 2014. Le texte sera publié aux éditions Quartett en janvier 2015.
Moreau a répondu à la commande de l’ESAD pour la création de fin d’études des élèves de 3e année, Nevers For Ever, mis en scène par Anne-Laure Liégeois au théâtre de l’Aquarium en juin 2014.
Il entretient une collaboration artistique avec l’auteure Carine Lacroix et organise les lectures du « Train de Vie », qui invitent à découvrir des auteurs vivants et leurs textes.
Il anime aussi des stages et des ateliers sur la « Littérature de scène » et « L’acteur régisseur ».

Massimo Sgorbani

Massimo Sgorbani étudie la philosophie et la dramaturgie. Scénariste pour la télévision et le cinéma, il remporte dans le domaine du théâtre de nombreux prix dont le prestigieux « Premio speciale della giuria » de Riccione pour Angelo della gravità.
En 2008, le Teatro Franco Parenti de Milan organise « Focus sur un auteur : Massimo Sgorbani » : dix jours pendant lesquels sont représentés sept de ses textes.
Le Piccolo Teatro de Milan produit, en 2013, Blondi. Il est édité chez Ubulibri sous le titre Teatro di Massimo Sgorbani, et chez Editoria&spettacolo sous le titre Due pezzi quasi comici.

Marilyn Mattei

Marilyn Mattei est née à Gap en 1985. Après avoir obtenu son bac littéraire elle suit une formation théâtrale alternant théorie et pratique au sein de l’université de Provence à Aix-en-Provence. Dans le cadre de ses études, elle a l’occasion de suivre en tant que stagiaire la production de Catherine Marnas sur Sainte Jeanne des abattoirs, de Brecht et travaille également en tant que comédienne dans plusieurs productions universitaires telles que Kroum l’Ectoplasme d’Hanok Levin (mise en scène de Xavier Marchand) et Plein air d’après Anton Tchekhov (mise en scène d’Agnès Regolo).
Elle a également joué dans des projets professionnels tels que Marat-Sade de Peter Weiss (Compagnie Souricière) et dans plusieurs spectacles destinés au jeune public au sein de la compagnie La Lyrone.

Après avoir validé un master dramaturgie écriture scénique sur l’écriture du drame familial sous la tutelle d’Olivier Saccomano, elle entre en 2011 à l’ENSATT en Écriture Dramatique. En 2012, à la suite d’une commande de Michel Didym pour La mousson d’hiver, Marilyn Mattei écrit Recracher/Vomir une pièce destinée aux adolescents. Se réjouissant de ce travail elle décide d’écrire deux autres pièces, formant ainsi un triptyque autour de l’adolescence, dont Les Mains froides et Toxic and The Avenger, toutes écrites à partir de faits divers.
Ces trois textes ont été lus à l’occasion de manifestations diverses : Mousson d’hiver 2013, ENSATT (2013/2014) Théâtre des Marroniers (2014), Studio d’Asnières (2014), Festival Les nuits de l’Enclave 2013, Théâtre de l’Aquarium (2014).
Elle obtient en novembre 2013 une bourse d’encouragement du CNT pour son texte Les Mains froides.
En 2013, Marilyn Mattei participe en tant qu’auteur à la deuxième production de l’ENSATT baptisée Grand ensemble dirigée par Philippe Delaigue. A cette occasion elle écrira cinq textes dont Un courant d’air dans le crâne qui sera repris quelques mois plus tard à L’ISAD (Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis) de Tunis et aux Journées théâtrales de Carthage, sous la direction de Françoise Coupat avec sept jeunes comédiens de L’ISAD.

Marilyn Mattei travail désormais en collaboration avec Françoise Coupat sur Les Plateaux/ France/Tunisie, et continue donc de travailler entre la France et la Tunisie sur le nouveau projet 2014/2015 Corps à corps : les amours de 20 à 30 ans . A cette occasion, elle dirige en duo (Mattei, Coupat) un atelier d’écriture pour le théâtre à l’ISAD de Tunis et poursuit cette expérience à la faculté de Lyon 1.
Elle reçoit également une commande pour le projet Corps à Corps ( pièces courtes pour jeunes acteurs Tunisiens), actuellement en cours d’écriture, et qui sera joué en septembre 2015.

Letizia Russo

Letizia Russo est née à Rome en 1980.

Son activité d’auteur commence en 1998 avec la pièce Niente a nessuno, présenté en 2000 dans le cadre du festival Per Antiche Vie, dirigé par le Théâtre National de Rome.

Tomba di cani (Tombeau de chien) a reçu le Prix Tondelli 2001 et a été présenté pour la première fois en 2002, à la Scène National de Pistoia -Théâtre du Temps Présent.
Asfissia (Asfixie), a été montée en septembre 2003 au Studio du Piccolo Teatro de Milan par Giuseppe Marini. Dead End (Voie Morte), commande du festival Shell Connections, mis en scène en juillet 2004 au National Theatre de Londres, en anglais, la version italienne Binario morto a été jouée à la Biennale de Venise en 2004 dans une mise en scène de Barbara Nativi.

Babele (Babel), a été jouée à Naples puis à Rome.

En Italie, Primo amore (Premier Amour) est présenté en 2005 dans le cadre du festival de théâtre Garofano Verde dans une mise en scène de Paolo Zuccari, reprise en 2008 pour le festival Teatri delle Mura de Padoue.En 2010, Luigi Siravo en propose une autre mise en scène à Milan et Rome.
Le texte est présenté en France, en lecture, dans le cadre de Face à Face en 2011, au festival Actoral.

Letizia Russo est également dramaturge et traductrice.

Un recueil de ses pièces est publié en 2007 par Ubulibri, avec une préface de Franco Quadri.

Claire Fercak

Claire Fercak, née en 1982, vit et travaille à Paris. Elle est l’auteur d’un premier récit sous l’influence de Sylvia Plath, Rideau de verre (Verticales, 2007 ; J’ai lu, 2010), d’une fiction sur le groupe de rock The Smashing Pumpkins, Tarantula Box Set (Le Mot et le reste, 2008), a coécrit Chants magnétiques avec le chanteur Billy Corgan (Léo Scheer, coll. Laureli, 2010), et également pour la jeunesse, Louga et la maison imaginaire et Les aventures de Louga. De l’autre côté du monde (L’École des loisirs, 2011 et 2012), avant de mûrir un deuxième roman : Histoires naturelles de l’oubli (à paraître aux éditions Verticales en janvier 2015).

Eric Pessan

Bi(bli)ographie

Eric Pessan est né en 1970 à Bordeaux, il vit dans le vignoble nantais.
Il a publié des romans, des textes en collaboration avec des plasticiens, s’est occupé d’une revue d’art et de littérature (Eponyme). Il écrit également des fictions radiophoniques et du théâtre.
Il anime régulièrement des ateliers d’écriture et des rencontres littéraires.
Il est membre du comité de rédaction de la web revue « remue.net », de celui de la revue régionale « 303 » et de la revue « Espace(s) » du Centre National d’Etudes Spatiales.

roman :
Le démon avance toujours en ligne droite, éditions Albin Michel (2015)
Muette, éditions Albin Michel (2013)
Incident de person
ne, éditions Albin Michel (2010)
Cela n’arrivera jamais, éditions du Seuil, collection Fiction & Cie (2007)
Une très très vilaine chose, éditions Robert Laffont (2006)
Les géocroiseurs, éditions de La Différence (2004)
Chambre avec gisant, éditions de La Différence (2002)
L’effacement du monde, éditions de La Différence (2001) – Réédition en poche (collection Minos-2004)

nouvelles :
Monde profond, éditions In-8 (2012)
Croiser les méduses, éditions In-8 (2011)
La nuit de la comète, éditions Cénomane (2009)

essai :
Ôter les masques, essai sur Shining de Stephen King, éditions Cécile Defaut (2012)

en collaboration avec des plasticiens :
La fille aux loups, en collaboration avec Frédéric Khodja, éditions du Chemin de fer (2014)
N, avec des photographies de Mikaël Lafontan, éditions des Inaperçus (2012)
La fête immobile, roman accompagné de 24 photographies d’Hervé Plumet, éditions Presque Lune (2010)
Un matin de grand silence, en collaboration avec Marc Desgrandchamps, éditions du Chemin de fer (2010)
Le livre parfait, en collaboration avec Pierrick Naud, éditions Circa 1924 (2009)
Ne bouge pas poupée, en collaboration avec Françoise Pétrovitch, CIAV (2010)
L’écorce et la chair, roman, éditions du Chemin de Fer, en collaboration avec Patricia Cartereau (2008) Sage comme une image, en collaboration avec Françoise Pétrovitch, co-édition Le temps qu’il fait / Pérégrines (2006)

jeunesse :
Et les lumières dansaient dans le ciel (roman jeunesse), l’Ecole des Loisirs (2014)
Plus haut que les oiseaux (roman jeunesse), l’Ecole des Loisirs (2012)
Quelque chose de merveilleux et d’effrayant (avec des photographies de Quentin Bertoux, roman jeunesse), Thierry Magnier, collection Photo-roman (2012)

collectifs :
« Tombé dans le panneau», in Et à partir de là, catalogue d’exposition de Christine Crozat, éditions Fage (2010)
En compagnie de Nicole Caligaris, codirection du livre : Il me sera difficile de venir te voir (éditions Vents d’ailleurs), regroupant 26 correspondances littéraires sur les conséquences de la politique française d’immigration, (2008)
« À la faveur de la nuit », in Conversations avec Henri Michaux, éditions Cécile Defaut (2008)
« La Retraite à Miami », in Tout sera comme avant (dirigé par Dominique A), éditions Verticales (2004).

théâtre (publications) :
Cache-cache, Ecole des loisirs (2015)
Le syndrome Shéhérazade, éditions de l’Attente (2014)
Dépouilles, éditons de l’Attente (2012)
Les inaboutis, éditions Théâtre Ouvert – Tapuscrit (2011)
La grande décharge, éditions de l’Amandier (2011)
Tout doit disparaître, éditions Théâtre Ouvert – Tapuscrit (2010)

poésie :
Moi, je suis quand même passé, éditions Cousu Main (2010)
Interdiction absolue de toucher aux filles, même tombées à terre (avec Claude Favre), éditions Cousu Main (2011)