Festival Festival du Jamais Lu-Paris#5

L’atelier québécois

samedi 12 octobre 2019 à 16h

Je nous ai inventé une fin. Il nous reste six mois. C’est le soleil. Il est en constante expansion. Il a toujours été destiné à devenir ce qu’on appelle une « géante rouge », un phénomène normal dans la vie d’une étoile qui se déroule habituellement sur quelques milliards d’années. Mais là, c’est maintenant et c’est inexplicable. Est-ce une tragédie ? Non, seulement le cours normal des choses.

Au long d’une résidence cet automne dans nos parages, l’auteur québécois Sébastien David mettra les derniers traits à un texte brillant-tout-neuf.

Lampes au front, une dizaine de jeunes actrices et acteurs entreront dans son atelier pour fouiller ses pages et y dénicher les pépites. Pour mener l’équipée : le metteur en scène français Thomas Quillardet, vaillant éclaireur des dramaturgies novatrices. Venez les voir à l’œuvre pour admirer les premières trames d’Une fin.

LE FILS EN VOITURE QUI REGARDE DROIT DEVANT

Je veux que chaque jour du reste de ma vie

Soit un film de Xavier Dolan

LA MÈRE EN VOITURE QUI PENSE AU PASSÉ

J’ai mis des condoms dans la boîte à gants

Résidence d’auteur organisée avec le soutien du Conseil des Arts et des Lettres du Québec

Mise en voix Thomas Quillardet

avec les apprenti.e.s du Studio d’Asnières – ESCA
Clémentine Billy, Julia Cash, Juliette Malfray, Eugénie Pouillot, Théo Askolovitch, Steven Dagrou, Arthur Gomez, Soulaymane Rkiba, Ulysse Robin, Nino Rocher

Durée : 1h30
Studio 1
Festival Festival du Jamais Lu-Paris#3

Traversée d’une écriture québécoise

Samedi 21 octobre à 16h

Il n’y en a pas deux comme lui. De son esprit finement tordu s’éjectent des personnages-météores inattendus. Des flammèches, des fulgurances, des furies. De leurs tragédies, il tire un rire franc, loin du ricanement. De leurs névroses, il fait des triomphes. Car derrière ses figures flamboyantes se cachent des êtres qui tremblent et qui nous ressemblent. Auteur québécois déjà largement reconnu sur la scène internationale, David Paquet vient ici partager quelques extraits de sa production théâtrale, dont vont se saisir dix jeunes acteurs gourmands.

Extraits de textes de

Porc-épic (Dramaturges éditeurs, 2009)
2h14 (Leméac / Actes Sud, 2009)
Appels entrants illimités (Leméac / Actes Sud, 2015)
Le brasier (Leméac, 2016)
Papiers mâchés (2016, inédit)

montage et mise en lecture Nathalie Fillion

dramaturgie Marc-Antoine Cyr

avec Delia Espina-Dief, Thomas Keller, Jérémy Hoffman-Karp, Théo Hurel, Ulysse Mengue,  Chloé Lorphelin,  Olivier Lugo, Jérémy Torres, Agathe Vandame du Studio d’Asnières-ESCA

Durée : 1h10
Studio 1

Puisqu’il faudra bien qu’on s’aime

Jeudi 28 septembre 2017 à 18h
Rapport d’enquête
Durée : 55 mn, le temps d’un cours au collège 
 
 
Un auteur nous livre son carnet de route après 3 jours d’immersion dans un collège, à la rencontre des élèves et des salariés de l’établissement.
Comment trouve-t-on sa place ? Comment l’aimerait-on ? Quelles similitudes entre la salle de classe et le «monde des adultes», dans un pays où la liberté s’effrite au nom de la sécurité, où l’ostracisme s’institutionnalise au nom de l’économie, où la solidarité semble vouloir s’écrire au passé ? Et si l’on avait le pouvoir de réécrire les règles du jeu ?
 
Le collège Gérard Philipe (Paris 18ème), classé REP (réseau d’éducation prioritaire), a accueilli Yann Verburgh, en mai 2016, sur le temps du Festival les Hauts Parleurs, pour 3 jours d’immersion. De la salle des profs au bureau de la proviseure, en passant par le réfectoire, le CDI et les casiers du gymnase, le recueil des rêves, des préoccupations et des témoignages des élèves et des salariés de l’établissement sur les questions de solidarité et d’exclusion, d’amour et de violence.

Carte blanche à l’auteur donnée par le collectif À Mots Découverts lors du Festival Les Hauts Parleurs #2, au Grand Parquet – en partenariat avec le collège Gérard Philipe (Paris 18ème) et avec le soutien du collectif La Bande à Léon

Avec le soutien de Théâtre Ouvert

Texte et jeu Yann Verburgh
 
 
Mise en scène Eugen Jebeleanu
 
Création sonore Rémi Billardon
Durée : 55 min
Studio 1
MONDES

ZOOM a Theatre Ouvert - Z.T.O#1
Du reel au poetique

de et par Alexandra Badea
avec Benjamin Collier, guitariste

Mondes

Lundi 30 janvier 2017 à 20h
Un texte écrit quelques jours avant la représentation. En prise avec l’actualité, en réaction au bruit du monde. Deux voix qui se parlent sans face à face. D’un bout à l’autre du globe, de deux endroits où ça brûle. Deux êtres perdus dans le chaos contemporain, noyés dans l’actualité qu’ils subissent en direct.
 
Une correspondance virtuelle comme cri de résistance, comme tentative de raconter l’incompréhensible. Une écriture qui prend appui sur les images qui circulent sur internet au moment des faits pour créer une fiction poétique, pour transcender le réel immédiat. Comment avaler la cruauté du monde et surtout comment la transmettre ? Comment réagir à la violence médiatique ? Quels seront les événements ? Quels seront les endroits dont les deux personnages invisibles parlent ? On ne le sait pas encore. On le saura le jour où le premier mot du texte tombera. C’est l’actualité qui décidera. 
 
Sur le plateau, juste l’auteure et un musicien. Pas de parole incarnée. L’auteure réagit par une écriture automatique en direct aux derniers événements du jour, elle réajuste le récit, elle articule la circulation de la parole et elle fait progresser l’histoire. Le musicien suit l’écriture en créant une musique improvisée. Un autre type de dialogue se crée entre les mots projetés sur l’écran et le son. Une multiplication de réactions par rapport à l’actualité.
Alexandra Badea
 

Production Prise Directe, lectures de théâtre contemporain, Théâtre Ouvert

Alexandra Badea est représentée par l’Arche, agence théâtrale

de et par Alexandra Badea

avec Benjamin Collier (musicien)

Durée : 50 min
Studio 1
Festival Festival du Jamais Lu-Paris#2

Traversée d’une écriture québécoise 

Samedi 3 décembre 2016 à 16h

Sarah Berthiaume est québécoise et elle écrit. Elle joue aussi. Met en scène parfois.
Sarah Berthiaume écrit du théâtre, mais pas que. Parfois sa plume déborde, redessine les cadres, tague les murs et les certitudes, parce qu’il lui est vital de proférer. Sa parole fait tison et fait feu, elle est féroce et féminine, elle ne s’embarrasse pas des conventions. Elle grippe le réel pour en distiller la magie. Elle fait un chatoiement de la mélancolie et du désir.
De la colère aussi.
Sarah nous partage ici tout le poids de son disque dur. Ses années passées au-dessus du clavier. Lampes au front, une dizaine d’actrices et d’acteurs explorateurs iront piocher dans la manne. Il y aura du théâtre, sans doute. De la performance, du chœur, des voix en échos.
Une seule autrice, sous leurs regards démultipliés.

Sarah Berthiaume est l’autrice de Yukonstyle, pièce créée en 2012 à la Colline et dans divers endroits du monde, bardée de prix et publiée aux éditions Théâtrales. Cette lecture-traversée sera l’occasion d’aller au-delà de ce texte phare et d’explorer d’autres recoins de son édifice littéraire.

Culture dessinée

coproduction Festival Jamais Lu (Montréal), Théâtre Ouvert 

avec le soutien du d’Artcena, du CALQ, du Consulat Général de France à Montréal, de la Délégation générale du Québec à Paris, du Festival Jamais Lu (Montréal)

avec participation artistique du Studio d’Asnières-ESCA

montage et mise en lecture Nathalie Fillion

dramaturgie Marc-Antoine Cyr

avec la participation artistique du Studio d’Asnières-ESCA : 
Tom Boyaval, Lucie Brandsma, Gabrielle Cohen, Sébastien Dalloni, Timothée Doucet, Jérémie Edery, Hiba El Aflahi,  Louise Grinberg, Pauline Huriet, Melissa Irma, Théo Kerfridin

Durée : 1h15
Studio 1
Festival Radio sur un plateau

Coups de coeur du Bureau de lecture de France Culture

Samedi 12 décembre à 18h

Soirée proposée par la S.A.C.D, France Culture et Théâtre Ouvert

En présence de membres du Bureau de lecture et des auteures sélectionnés : 

Céline Delbecq : L’enfant sauvage (à paraître le 15 décembre chez Lansman)

Sandrine Roche Feutrine (inédit)

Violaine Schwartz Comment on freine (Ed. P.O.L)

Durée : 1h30
Studio 1
Festival Festival du Jamais Lu-Paris#1

Traversée des écritures de la « génération Jamais Lu »

Samedi 17 octobre 2015 à 16h

En douze textes phares du Jamais Lu à Montréal, découvrez des mondes, des langues, des écritures. Des auteurs. Certains ont déjà été présentés ou montés en France, d’autres débarquent ici pour la toute première fois. Tous font désormais partie du répertoire théâtral québécois. Quinze années de Festival, c’est le temps d’une génération, c’est le portrait d’une ville, d’une époque, d’un presque-pays.

  • YUKONSTYLE, de Sarah Berthiaume
  • Éditions Théâtrales, 2013

Nord du Canada, à la frontière avec l’Alaska, territoire du Yukon, c’est l’hiver. Sur la route principale, Kate fait du pouce dans sa robe de Lolita trash. Yuko, japonaise en exil après un deuil, la recueille chez elle et chez son colocataire, Garin, métis amérindien dont le père Dad’s s’éteint seul, peu à peu. Sur fond de procès de serial-killer, d’apparition de squaw disparue et de corbeau planant au dehors, Yukonstyle raconte la survie du quotidien à travers une écriture libre qui transporte d’espace en espace.

Formée à l’interprétation théâtrale au Collège Lionel-Groulx, cuvée 2007, Sarah Berthiaume est auteure, comédienne, scénariste et cofondatrice de la compagnie Abat-Jour Théâtre. Elle remporte en 2015 le prix Sony Labou Tansi.

  • HABITER LES TERRES, de Marcelle Dubois
  • Lansman Éditeur, 2016

À l’arrivée du printemps, parmi les ours et les outardes, des paysans et cultivateurs de navets défendent leur terre contre les « cravates du Sud ». En effet, un décret du gouvernement va fermer les routes, vendre les arbres, déporter les enfants de ceux qui ont ouvert la région il n’y a pas cent ans. Pour protéger leur identité, les habitants passent à l’action et kidnappent le ministre de l’Occupation du territoire. Une langue boréale s’invente, le réalisme cède le pas au magique.

En 2000, Marcelle Dubois attaque de front les métiers d’auteure, de metteure en scène et de directrice artistique. En 2001, elle fonde le Festival du Jamais Lu à Montréal et en assume toujours la direction artistique et générale. En octobre 2011, elle cofonde le théâtre Aux Écuries, une nouvelle scène pour la relève et les formes alternatives.

  • LA FÊTE SAUVAGE, de Mathieu Gosselin
  • (2006)

Martine organise une fête pour son anniversaire. Et pour Frank, son mari qui s’est pendu, ami de toute la communauté. Un dernier adieu. Et une possibilité de deuil. Alors que les outardes s’envolent, l’esprit de Frank survole une dernière fois la fête, entre les vapeurs d’alcool et les prises de drogues. Il fait froid, il faut que les cœurs se réchauffent.

Depuis qu’il est sorti du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en 2001, Mathieu Gosselin a participé à la création de plusieurs productions du Théâtre de la Pire Espèce, du Théâtre de la Banquette arrière et du Théâtre Le Clou. Il est aussi l’auteur de Mélodie dépanneur et Province.

  • ENNEMI PUBLIC, d’Olivier Choinière
  • (2015)

Trois générations sont réunies autour d’un repas de famille. France et ses enfants discutent de tout et de rien sans véritablement s’écouter. Chacun tente de désigner un responsable aux maux qui rongent la société québécoise, un ennemi public, quitte à faire d’un proche le coupable à condamner. Les enfants, dans le salon, reproduisent les schémas des adultes. Les discussions s’entrecoupent, les sujets s’entremêlent.

Diplômé en écriture dramatique de l’École nationale de théâtre du Canada en 1996, Olivier Choinière a participé à plus d’une trentaine de productions théâtrales comme auteur et metteur en scène, mais également comme traducteur. En 2014, il reçoit le prestigieux Prix Siminovitch, qui récompense l’excellence et l’innovation en théâtre canadien.

  • CE SAMEDI IL PLEUVAIT, d’Annick Lefebvre
  • Dramaturges Éditeurs, 2013

Conformisme d’un quartier résidentiel nord-américain. Des jumeaux qui avalent des pièces de Lego et qui parlent à l’unisson. Une mère en tailleur qui saute dans une piscine pleine de bouette. Un père qui caresse davantage son chien que sa femme. Des canifs, un besoin de défusion, un passé qui devait rester enfoui mais qui refait surface. Parents et enfants vomissent leurs difficultés à vivre ensemble. En attendant samedi…

En 2012, elle fonde Le Crachoir, compagnie qui interroge le rôle de l’auteur au sein du processus de création, de production et de représentation. Après J’accuse et La machine à révolte, elle prépare ColoniséEs, son prochain projectile dramaturgique.

  • COUCHE AVEC MOI (C’EST L’HIVER), de Fanny Britt
  • Dramaturges Éditeurs, 2006

Montréal, interminable hiver. Pierre et Suzanne sont ensemble, mais seuls. Tout le monde l’est. Gillian ne s’attache à personne et Hébert, humoriste powerful et insecure, est à la recherche de crédibilité. À travers une mystérieuse enquête, il met à l’épreuve ce couple ordinaire et fait exploser tous les repères. L’amour, le sexe, la fidélité, tout est remis en question. La solitude est d’autant plus cruelle qu’elle se vit parmi les autres.

Fanny Britt est originaire d’Amos en Abitibi et a grandi à Montréal. Après sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada en écriture dramatique, en 2001, elle se met à la traduction et à l’écriture. Elle remporte en 2014 le prix du Gouverneur Général pour sa pièce Bienveillance.

  • LES MORB(Y)DES, de Sébastien David
  • Leméac Éditeur, 2013

Dans un quartier défavorisé de Montréal, deux sœurs confites dans la haine de leurs corps obèses vivent enfermées dans leur appartement. L’une est coupée du monde et ne fait que regarder la télé, l’autre pour s’échapper du quotidien se réfugie sur les réseaux sociaux et fantasme sur un tueur en série. Le réel des deux sœurs devient lui-même poreux et sujet à métamorphose.

Diplômé de l’École nationale de théâtre en interprétation (2006), Sébastien David est aussi auteur, metteur en scène et directeur artistique de la compagnie de création La Bataille. Il a écrit T’es où Gaudreault précédé de Ta yeule KathleenLes morb(y)des et Les haut-parleurs, toutes publiées chez Leméac Éditeur.

  • LÉON LE NUL, de Francis Monty
  • Lansman Éditeur, 2004

Léon le Nul, comme les autres l’appellent, est un garçon trop petit pour être grand. Il veut devenir aussi fort qu’un train et survit grâce à son imaginaire.

Bachelier es arts de l’Université de Montréal, diplômé en écriture dramatique de l’École nationale de théâtre du Canada en 1997, Francis Monty fait de la mise en scène et de la manipulation de marionnettes parallèlement à son activité d’écriture.

  • BASHIR LAZHAR, d’Evelyne de la Chenelière
  • Éditions Théâtrales, 2003

Bashir Lazhar, un homme d’origine algérienne, est engagé dans une école québécoise. L’institutrice qu’il remplace s’est pendue dans la classe quelques jours auparavant. Entre son désir de mettre des mots sur le désarroi des enfants et son parcours d’intégration, il apprend à nommer le monde pour lui, pour eux. Pour continuer.

Auteure et comédienne, Evelyne de la Chenelière écrit plusieurs pièces de théâtre qui ont été montées au Québec ainsi qu’à l’étranger, et traduites en plusieurs langues. Sa pièce Bashir Lazhar a été adaptée au cinéma par le réalisateur Philippe Falardeau sous le titre Monsieur Lazhar, nommé aux Oscars en 2012 dans la catégorie meilleur film en langue étrangère.

  • L’AFFICHE, de Philippe Ducros
  • Lansman Éditeur, 2009

Un journaliste canadien s’immerge au cœur du conflit israélo-palestinien. Mais comme il entre dans un territoire qu’on ne peut pas nommer, il se confronte aussi à l’innommable.

Philippe Ducros est à la fois auteur et metteur en scène autodidacte. Sa démarche personnelle reste très ancrée en de différents pèlerinages menés aux quatre coins de la terre.

  • SAUCE BRUNE, de Simon Boudreault
  • Dramaturges Éditeurs, 2010

Dans le réel surdimensionné d’une cafétéria d’école secondaire, quatre cantinières aux caractères incompatibles brassent la sauce brune du repas de midi tout en déblatérant sans retenue sur leur quotidien. Elles s’expriment avec une langue pleine de sacres, cette langue extrême qui les réunit et les sauve, avant qu’elles ne se noient dans leur marde.

Simon Boudreault a été formé en interprétation au Collège Lionel-Groulx. Il travaille depuis comme comédien, « improvisateur », marionnettiste, auteur et metteur en scène. Il est également l’auteur de As is (tel quel)D pour Dieu ? et Soupers.

  • CLOTAIRE RAPAILLE : L’OPÉRA ROCK d’Olivier MorinGuillaume Tremblay et Navet Confit
  • Les éditions de ta mère, 2011

2045 : le Québec est souverain depuis près de quarante ans, mais ne sait plus qui il est. Un seul espoir de salut : Clotaire Rapaille, qui seul sait comment enorgueillir les grandes provinces du Québec grâce à des codes farfelus dont lui seul a le secret. Ces codes censés révéler à chacune des provinces leur identité véritable. À travers une croisade épique qui vire à l’opéra rock, Clotaire Rapaille doit se battre pour sauver le Québec… et l’humanité toute entière.

Le Théâtre du Futur réunit les comédiens Olivier Morin et Guillaume Tremblay, ainsi que le musicien et compositeur Navet Confit. Ensemble, ils créent un théâtre d’anticipation délirant.

Pour vous procurer les textes inédits, écrivez au CEAD – Centre des Auteurs Dramatiques à Montréal 

Durée : 1h20
Studio 1

Saga, de Jonathan Capdevielle

lundi 15 et mardi 16 septembre à 20h

La famille est un sujet de réflexion intéressant, qui traverse la création artistique. L’histoire de ma famille a été ébranlée par des malheurs qui s’apparentent, sur certains sujets, à une tragédie grecque. La pièce Saga met en scène des épisodes de ce roman familial avec ses personnages emblématiques, mais aussi l’histoire pyrénéenne et ses légendaires icônes. Le groupe d’enfants et adolescents que nous étions, vivait en pleine campagne, dans une aire de jeux où se côtoyaient les brigands, Bonnie & Clyde, des reconstitutions de films d’horreur, les week-ends à la plage, des répétitions du Lac des cygnes, des séances de spiritisme, mes premiers pas au théâtre, avec pour toile de fond les Hautes-Pyrénées.
Je souhaite travailler à partir des souvenirs de cette période, en revisitant les lieux et en convoquant les personnages et les situations qui composent les épisodes de cette trépidante vie passée. Je développerai mon propre récit et celui de ma sœur, deux narrations, deux témoignages sur une même histoire. Ce passé raconté au présent est proche du docu-fiction. Il s’entremêle au passé revisité et rend compte du caractère tout à la fois euphorique, ludique, mélancolique et sombre de ces épisodes de vie théâtralisée.

 

Jonathan Capdevielle

Ces lectures, suivies d’une rencontre avec le public, font suite à la résidence de deux semaines menée à Théâtre Ouvert par Jonathan Capdevielle, ses interprètes et Jonathan Drillet, conseiller artistique et assistant à la mise en scène, dans le cadre de l’Ecole Pratique des Auteurs de Théâtre.

CREATION / calendrier de tournée
23et 24  février 2015 : Parvis, Scène Nationale Tarbes-Pyrénées
27 et 28 février 2015 : Théâtre Garonne – Toulouse 

du 4 au 7 mars 2015 : Les Spectacles Vivants, Centre Pompidou – Paris 
11 et 12 mars 2015 : La TAP, Scène Nationale de Poitiers
18,19 et 20 mars 2015 : L’Arsenic – Lausanne
24 mars 2015 : Théâtre d’Aurillac
27 mars 2015 : Théâtre des Salins, scène nationale de Martigues
7 avril 2015 : L’Apostrophe, scène nationale de Cergy Pontoise 
10 avril 2015 : Le Manège – Maubeuge-Mons
du 14 au 17 avril 2015 : Maison des Arts de Créteil
22 et 23 avril 2015 : Scène nationale d’Orléans
12 et 13 mai 2015 : Le Quartz, scène nationale de Brest
12 et 13 juin 2015 : Festival Latitudes contemporaines en coréalisation avec la rose des vents-Villeneuve d’Ascq

Septembre 2015 : Actoral – Marseille
Octobre 2015 : BIT Teatergarasjen – Bergen
automne 2015 : Pôle Sud, CDC en préfiguration en coréalisation avec le Maillon-Strasbourg

Libération

Les Inrocks

Avec le soutien de la Région Ile-de-France

Saga, de Jonathan Capdevielle 
Avec la complicité de Sylvie Capdevielle
Avec Jonathan Capdevielle, Marika DreistadtFranck Saurel
Conseiller artistique – assistant à la mise en scène Jonathan Drillet

Durée :
Studio 1
Carte TO
Plein tarif 5€ Entrée libre
Tarif réduit 3€ Entrée libre
Universités, lycées, collègesgratuité pour les accompagnateurs 5€
Associations, groupesà partir de 6 personnes 5€
Comité d'entreprise, adhérents Ticket-Théâtre(s) 5€
Festival Festival du Jamais Lu-Paris#4

L’atelier québécois

Samedi 27 octobre à 16h

Au long d’une résidence menée cet automne dans nos parages, l’autrice québécoise Rébecca Déraspe oeuvre à peaufiner les contours de son texte inédit.

Lampes au front, une dizaine de jeunes actrices et acteurs issu.e.s du Studio d’Asnières entreront dans son atelier pour fouiller ses pages et y dénicher les pépites. Pour mener l’équipée : le metteur en scène français Rémy Barché, toujours paré à enluminer les textes les plus neufs.

Venez les voir à l’œuvre pour admirer les premières trames de Ceux qui se sont évaporés.

avec la collaboration artistique du Studio d’Asnières – ESCA

mise en voix et direction de labo Rémy Barché

avec les apprenti.e.s du Studio d’Asnières – ESCA : Aksel Carrez, Ghislain Decléty, Inès Do Nascimento, Steffy Glissant, Constance Guiouillier, Nicolas Le Bricquir, Pier-Niccolo Sassetti, Irène Voyatzis

Durée : 1h30
Studio 1