VIDÉO : Hommage à Lucien Attoun à Avignon

Par ailleurs

Découvrez en vidéo l’hommage à Lucien Attoun à la Chapelle des Pénitents Blancs à Avignon cet été

LA DEMANDE D’EMPLOI, de Michel Vinaver

Avec Hinda Abdelaoui, Emmanuelle Lafon, Stanislas Nordey, Laurent Poitrenaux
La lecture sera précédée d’un témoignage de Joëlle Gayot, ancienne collaboratrice de Lucien Attoun à Théâtre Ouvert et France Culture.

Lucien Attoun et Micheline Attoun ont inauguré en 1971 la chapelle des Pénitents Blancs à l’invitation de Jean Vilar. Ce fut un acte fondateur pour Théâtre Ouvert qui souhaite, à l’occasion de cet hommage, y présenter l’un des premiers textes inédits qu’ils ont proposé à l’époque.

Cette pièce, qui n’a rien perdu de son actualité, traite de la manière dont un directeur des ventes, chômeur depuis trois mois, perdu dans sa sphère familiale et sociale, cherche un nouvel emploi. En même temps qu’il se plie à des questionnaires réglés comme des machines infernales et aux manœuvres d’un chasseur de têtes, il affronte sa fille « gauchisante » et sa femme, qui supporte mal la perte d’un cadre de vie sécurisant. Sa solitude est accentuée par la juxtaposition de ces voix discordantes.

PRODUCTION Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines, Festival d’Avignon.
La pièce est éditée par L’ARCHE Éditeur.

 

CITY STADE aux éditions Théâtre Ouvert

Édition TAPUSCRIT

DERNIÈRE PARUTION

CITY STADE

de Sarah Hassenforder

Dans la bande, il y a Ibtissem, Solal, Élie, Maï-Ly, Moïra, Tarek, Emeka, Léon et Oscar.

Ce soir, la bande fait la fête. Dans le parc derrière le City, certain·e·s dansent, certain·e·s rient, certain·e·s flirtent, certain·e·s pleurent et certain·e·s font la gueule. Cette soirée, c’est celle des vivant·e·s dans laquelle les morts s’immiscent. C’est la fête qui dérape, les langues qui se délient, les souvenirs qui hantent et les limites que l’on repousse, jusqu’à l’extrême. Comment fait-on, quand on n’est pas encore des adultes mais qu’on ne nous laisse plus vraiment être des enfants ? Comment vit-on avec nos fantômes et ceux des gens qu’on aime ?

EN SAVOIR +

Téléchargez le bon de commande pour recevoir votre exemplaire

Vous avez pu découvrir ce texte présenté à l’issue d’une EPAT (École Pratique des Auteurs de Théâtre) avec le metteur en scène Pierre Cuq en février 2023 à Théâtre Ouvert.

 

ET À VENIR

#blockhausparty, d’Alexis Mullard

Chez nos ami·es et voisin·es

Partenaires

ALLEZ VOIR AILLEURS

Gardez aussi un oeil sur notre site et nos réseaux sociaux ! Les spectateur·rice·s de Théâtre Ouvert bénéficient régulièrement d’offres privilégiées chez nos voisin·e·s et ami·e·s.

______________

THÉÂTRE DE BELLEVILLE 
SPECTACLE | DU 4 AU 31 MARS 

LICHEN

Texte Magali Mougel
Mise en scène Julien Kosellek

Lichen nous place, à travers le regard d’une petite fille, dans un lotissement en voie de destruction. Perdue entre sa mère absente et son père qui s’accroche à une maison que rien ne sauvera de la ruine, cette enfant voit son monde s’écrouler. Récit polyphonique nous plongeant dans les rêves et les ressentis d’une petite fille, Lichen donne à voir la vie et le combat d’une famille refusant de se faire déposséder de son foyer et de son histoire au profit d’un changement sociétal imposé.

EN SAVOIR +

OFFRE PRIVILÉGIÉE : Bénéficiez d’un tarif préférentiel à 17€ (au lieu de 26€)
Réservations sur la billetterie en ligne avec le code avantage « LICHEN2024 »
*Dans la limite des places disponibles.

______________

THÉÂTRE DE LA BASTILLE 
SPECTACLE | DU 4 AU 6 MARS 

LONGWY-TEXAS

Texte et mise en scène Carole Thibaut 

Dans une conférence intime, au fil de photographies et de documents d’archives, Carole Thibaut se retourne sur son histoire familiale qui prend racine dans la grandeur de la sidérurgie lorraine. Non par nostalgie, mais pour interroger avec minutie les mythes qui ont peuplé son enfance, la grandeur industrielle, l’ascension sociale et la dure noblesse des « métiers d’hommes ». Elle aurait préféré que rien ne lui soit légué, et pourtant c’est là que se sont forgées ses colères, ses luttes et son amour pour les villes mélancoliques. 

EN SAVOIR +

OFFRE PRIVILÉGIÉE : Bénéficiez d’un tarif préférentiel à 19€ (au lieu de 25€) avec le code avantage « industrie »
Réservations sur la billetterie en ligne (sélectionner le tarif à 19€ et annoncer le code lors du retrait des billets) ou au 01 43 57 42 14 
*Dans la limite des places disponibles.

______________

LA COLLINE 
SPECTACLE | DU 6 AU 30 MARS 

PAINKILLER

Texte et mise en scène Pauline Haudepin

Le jour où l’humoriste Painkiller annonce quitter la scène, Sadking, président d’un grand club de foot, le séquestre dans sa baignoire pour en faire son bouffon personnel. Adepte du réalisme magique, Pauline Haudepin transpose le duo mythique du roi et son fou dans une salle de bain, pour mieux croire aux rencontres impossibles et au pouvoir consolatoire des contes.

EN SAVOIR +

OFFRE PRIVILÉGIÉE : Bénéficiez d’un tarif préférentiel à 22€ (au lieu de 33€) ou 10€ (au lieu de 15€) pour les – 30 ans avec le code avantage « TO24 »
Réservations sur la billetterie en ligne ou au 01 44 62 52 52 
*Dans la limite des places disponibles.

______________

MAISON DE LA POÉSIE – SCÈNE LITTÉRAIRE 
CONCERT LITTÉRAIRE | 9 MARS 

SORCELLERIES

Raphaële Lannadère & Estelle Meyer, accompagnées par Antoine Montgaudon, Frédéric Jean & Maxime Delpierre

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, la Maison de la Poésie donne carte blanche à Raphaële Lannadère pendant 2 jours.
Revenir des vertiges, se relever et trouver dans la lutte, la sorcellerie, la sororité, des moyens pour les femmes d’affronter le réel. Une soirée de lectures et musique pour laquelle Raphaële Lannadère et Estelle Meyer mêlent leurs voix envoûtantes.

EN SAVOIR +

OFFRE PRIVILÉGIÉE : Tentez de gagner 3×2 invitations en remplissant ce formulaire

Gaëlle Bien-Aimé lauréate du Prix RFI Théâtre 2022

Par ailleurs
  • Partir ou Pâtir, Cyril Juvenil Assomo (Cameroun)
  • Port-au-Prince et sa douce nuit, Gaëlle Bien-Aimé (Haïti)
  • Ne t’étonne pas si ma lettre sent le sel, Jocelyn Danga Motty (République démocratique du Congo)
  • Je reviendrai avec le vent, Basma El Euchi (Tunisie)
  • Une femme à coudre, Sandra Élong (Cameroun)
  • Les ombres sauvages, Djevens Fransaint (Haïti)
  • Le Lac, Djo Kazadi Ngeleka (République démocratique du Congo)
  • Aomby, Gad Bensalem (Madagascar)
  • Collatéral, Fatoumata Sy (Côte-d’Ivoire)
  • Les mangeurs de cuivre, Bibatanko (République démocratique du Congo)
  • Bizarroïde, Jean-Paul Tooh-Tooh (Bénin)

(NO) BODY IS PERFECT

Atelier amateur

>> Vous pouvez découvrir l’œuvre collective en accès libre à l’Hôpital Tenon

(No) Body is perfect est une œuvre d’art plastique et sonore collective créée dans le cadre d’ateliers avec des artistes amateur·rice·s. Projet initié par la compagnie For Happy People and Co, en partenariat avec l’hôpital Tenon (Paris 20ème), l’œuvre est une collaboration originale entre le metteur en scène Jean-François Auguste, la collaboratrice artistique Morgane Bourhis, l’autrice Olivia Rosenthal, le plasticien Aurélein Vieillard, et huit personnes inscrites dans un parcours de transition de genre.

L’œuvre plastique interroge la façon dont on se définit au sein de la société, comment on regarde les autres et comment on est regardé en tant que personne entière, dans son genre, dans son identité sociale, dans son apparence… Toutes ces « cases » induites par la société seront concrètement matérialisées dans cette production plastique collective. La multiplicité et singularité de chaque proposition artistique individuelle au sein de l’œuvre collective déplacera le regard des visiteur·rice·s : nous sommes toujours bien plus qu’une nation, une couleur, un sexe, une préférence, une religion. 

La sensibilité du travail artistique mêlé à l’intimité des textes donnera à l’œuvre un écho fragile et palpable, au cœur de l’expérience vécue par les spectateur·rice·s. 

 

Création 2022

Porteur·se·s de projet Morgane Bourhis, Jean-François Auguste
Plasticien Aurélien Vieillard
Autrice Olivia Rosenthal
Avec Alric, Camille, Chloé, Claudia, Emma, Inès, Leslie, Maxime

AVEC LE SOUTIEN de l’hôpital tenon, AP-HP Paris 20ème, de la DRAC-ARS Île-de-France dans le cadre du dispositif Culture à l’hôpital, de Théâtre Ouvert – Centre National des Dramaturgies Contemporaines, du Théâtre les Passerelles, Scène de Paris Vallée-de-la-Marne à Pontault Combault, du Fonds de dotation Capsule d’Art, de la Ville de Paris 20ème
REMERCIEMENTS UF d’Endocrinologie Médecine de la Reproduction, service de gynécologie obstétrique Médecine de la Reproduction

Seuil, de Marilyn Mattei

Édition TAPUSCRIT

« Vous m’avez tuéR »
Dans la nuit de vendredi à samedi, Mattéo, 14 ans, laisse ce message sur les réseaux avant de ne plus donner signe de vie. 48h plus tard, une flic intervient dans le collège et interroge Noa, interne de la chambre 109 : Témoin principal ? Suspect ? Bourreau ? Noa devra répondre de ses actes, lui qui dit n’avoir rien fait.
À la façon d’un jeu de piste, dans une structure dramatique jouant sur différentes temporalités, lecteur·rice·s et spectateur·rice·s reconstituent peu à peu les pièces du puzzle de cette intrigue faisant apparaître l’ensemble des acteurs du collège, comblant peu à peu les trous de cette histoire, jusqu’à saisir le drame qui a eu lieu.
Seuil aborde par la fiction les mécanismes du modèle masculin à travers les rites de passage entre hommes. À travers le drame en creux de Mattéo, l’écriture interroge la construction du modèle viril contemporain par la violence, et la notion de consentement.

Marilyn Mattei
Tapuscrit n°152, avril 2022

Paru aux Editions Tapuscrit | Théâtre Ouvert

 

TOURNÉE

Du 5 au 9 avril à Théâtre Ouvert
Les 11, 17, et 18 mai 2022 lors du Festival « À vif », Le Préau – CDN de Vire
Du 8 au 27 juillet au Train Bleu à Avignon

« Un jour, tu seras un homme » avec la MGI

Atelier

ADOLESCENCE, BANDE, ET VIRILITÉ
« Un jour, tu seras un homme »

En partenariat avec la MGI – Maison du Geste et de l’Image

L’atelier

L’atelier proposé aura des allures de laboratoire. Ici, pas de production finie, mais des tentatives, des essais, des brouillons.

Il empruntera ses thématiques à celles du spectacle Seuil présente à Théâtre Ouvert du 5 au 9 avril 2022, que Marilyn Mattei a écrite pour le metteur en scène Pierre Cuq et sa compagnie Les Grandes Marées : l’adolescence et sa représentation du masculin.

L’écriture dramatique sera au centre de ce laboratoire. De l’écriture au plateau, alternant entre exercices d’écriture à la table et improvisations théâtrales, cet atelier permettra de comprendre ce qui sous-tend l’écriture théâtrale contemporaine.

_______

Nous explorerons, au moyen d’exercices ludiques d’écriture et d’initation au jeu, des allers/retour entre la table et le plateau dans une pratique concrète de ce que veut dire écrire pour le théâtre, et l’expérimenter par le jeu. En plaçant les participant.es tantôt comme écricain.e ou comme metteur.sescène et acteur.ice de leur propre fiction, nous tenterons de saisir le chemin d’un texte, de l’écriture à sa représentation. 
 
Ici, pas de résultat à obtenir, simplement de la recherche dans le plaisir, l’écoute, et dans un cercle de confiance. Les exercices proposés seront collectifs ou en petits groupes, et à l’écoute des envies de chacun.e.

_______

Planning
Samedi 2 avril – 10h-17h à Théâtre Ouvert
Dimanche 3 avril – 10h-17h à la MGI – Maison du Geste et de l’Image

Pour qui ? Professionnel·le·s du champ social, enseignant·e·s.

INSCRIPTION ET INFORMATIONS
Inscription dans la limite des places disponibles
Juliette Roussille : jr@theatreouvert.com | 01 42 55 74 40

La Carte TO

Théâtre Ouvert

La Carte TO permet un tarif préférentiel pour toutes les spectacles et la gratuité pour les festivals.
Valable un an, de date à date.

LES AVANTAGES 

  • 15 à 55% de réduction pour tous les spectacles
  • La gratuité des festivals (3 par saison / 40 propositions)
  • Invitation à des événements en lien avec la programmation, le quartier, nos envies et découvertes
  • Ateliers gratuits (jeu, écriture…)
  • Rencontres privilégiées avec les artistes, répétitions ouvertes, visites du théâtre…

Vous pouvez acheter la Carte TO
Plein tarif : 20€
Tarif réduit* : 10€

  • au guichet du théâtre
  • en ligne ICI
  • par téléphone au 01 42 55 55 50

* Tarif réduit de 10€ 
– Habitant.e.s du 20 – 19ème arrdt., Les Lilas, Bagnolet, Romainville
– Moins de 30 ans ;
– intermittent.e.s
– demandeurs d’emploi
– groupe (à partir de 6 pers.)
– seniors (+65 ans)
– bénéficiaires du RSA

Chère chambre, de Pauline Haudepin

Édition TAPUSCRIT

Tapuscrit n°150 Chère chambre, de Pauline Haudepin

Chimène est une jeune femme de vingt ans dont on pourrait dire qu’elle a tout pour être heureuse : elle est née dans une famille aimante, a une compagne dont elle est amoureuse et aimée. Pourquoi décide-t-elle un soir de quitter sa chambre et d’offrir son corps à un inconnu sans abri, atteint d’un mal contagieux et incurable ? Comment ses proches vont-ils réagir en apprenant ce geste gratuit, incompréhensible, et sa mort inévitable ?

Écrite et mise en scène par Pauline Haudepin, la pièce s’ouvre sur un drame familial pour atteindre des dimensions oniriques. La maladie vient secouer les hypocrisies sociales, réveiller les énergies vitales et la soif d’absolu. La douceur peut-elle être plus subversive que la violence ?

Création au Théâtre National de Strasbourg en novembre 2021.

REVUE DE PRESSE

Scèneweb.fr, 17 janvier 2021, « Le sacrifice révélateur de Pauline Haudepin » : « Un spectacle gorgé de promesses pour l’avenir de sa jeune autrice et metteuse en scène »

 

10 €

Bon de commande

« Une maison en partage » Entretien avec Caroline Marcilhac

Théâtre Ouvert

Les Trois Coups  

Théâtre Ouvert fête les 50 ans de sa création. L’occasion d’inaugurer officiellement son nouveau site dans le quartier du haut Gambetta et de rappeler les missions de ce centre national des dramaturgies contemporaines. Rencontre avec sa directrice, Caroline Marcilhac

Vous êtes à la tête de Théâtre Ouvert depuis 2014. Quel a été votre parcours ?

Jusqu’en 2013, j’ai été codirectrice du festival Actoral, aux côtés d’Hubert Colas, son fondateur, avec qui j’ai aussi créé Montévidéo, toujours à Marseille. Auparavant, j’ai été directrice de production du Festival d’Avignon pendant 11 ans. J’y ai porté les créations d’artistes tels que Stanislas Nordey et Falk Richter, Jean-François Sivadier et Valérie Dréville ou encore Christophe Honoré. J’ai toujours été passionnée par les écritures contemporaines dans tous les champs artistiques.

« De Montmartre à Gambetta »

Votre projet a été retenu car vous souhaitiez conduire les évolutions de Théâtre Ouvert dans le respect de son histoire et de ses équipes. Cette année, vous célébrez justement « la jeunesse de ses 50 ans », dites-vous.

Micheline et Lucien Attoun ont contribué au renouvellement des dramaturgies contemporaines. En 1971, à l’invitation de Jean Vilar, ils transformaient la Chapelle des Pénitents blancs à Avignon en un lieu d’accueil des auteurs, offrant ainsi au public la possibilité de découvrir leurs textes mis en espace. Ils posaient les bases d’un dispositif, poursuivi Cité Véron à Paris, dès 1981. Entre le jardin d’hiver et la fameuse coupole d’or qui surplombait une piste de danse transformée en salle de spectacle, ils ont fait connaître Bernard-Marie Koltès, Jean-Luc Lagarce, Philippe Minyana, Noëlle Renaude, Michel Vinaver, Laurent Gaudé et tant d’autres. Cinquante ans plus tard, cet engagement conserve toute sa pertinence.

Malgré l’intérêt croissant des théâtres et la création de prix (Grand Prix de Littérature dramatique, le festival Impatience…), la promotion et le développement des écritures contemporaines restent-ils d’actualité ?

Plus que jamais ! Écrire et expérimenter le répertoire théâtral d’aujourd’hui est un chantier permanent. Nous travaillons d’ailleurs en partenariat avec certaines structures : Artcena, la SACDLa Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon, centre national des écritures du spectacle…

theatre-ouvert-facade

©Christophe Raynaud de Lage

Nous poursuivons toujours un double objectif : d’une part, être dans la recherche et le développement de nouveaux textes et donner à voir leur dramaturgie, avant même qu’ils ne deviennent des spectacles et, d’autre part, programmer des créations abouties. La mise en œuvre de ces missions repose sur l’articulation entre un travail souterrain et une présentation publique.

Toutefois, l’époque a changé et nous adaptons nos outils – dont ce lieu fait évidemment partie – à différents modes d’écriture, à la création d’un répertoire. Des auteurs / autrices éprouvent le besoin d’être en prise avec le réel, de s’en imprégner plus fortement et de nouer des liens avec les populations. Pour favoriser cet ancrage territorial, les espaces du hall sont ouverts en journée aux habitants. C’est une maison en partage.

Ce nouveau lieu ouvre donc une nouvelle page d’histoire ?

Ce lieu est aussi riche de son passé. Guy Rétoré l’a investi pour y créer le Théâtre de l’Est Parisien. Le Tarmac y a ensuite fait rayonner la francophonie. Suite à un appel d’offre, l’État nous a attribué la jouissance du bâtiment qui nécessitait d’importants travaux, notamment en matière de sécurité et d’accessibilité. Le gros œuvre a été assuré par l’OPPIC (opérateur du patrimoine et des projets immobiliers de la culture), tandis que Théâtre Ouvert a assuré la maîtrise d’ouvrage concernant les aménagements liés à nos activités spécifiques.

« Théâtre d’essais et de création »

Une belle opportunité pour repenser l’organisation et la structure artistique du lieu. En fait, l’architecte Karine Petit a réinventé le lieu. Le foyer a été totalement modifié pour inciter les gens à venir s’y détendre, lire, travailler ou rencontrer des amis. Nous n’avions pas pignon sur rue à la Cité Véron. Ici, nous avons une vie de quartier très riche. Nous sommes implantés entre un collège et un Ephad : tout un symbole ! Et nous tenons à la qualité de l’accueil. Ce doit être un lieu vivant.

La grande scène (modulable jusqu’à 260 places) permet d’accompagner certains projets, qui faute de place suffisante, ne pouvaient être accueillis auparavant. Déjà modernisée, elle n’a quasiment pas été modifiée. En revanche, la petite scène (frontale, 95 places) a fait l’objet d’une réhabilitation. Clin d’œil : le gradin a été installé avec les banquettes de la Cité Véron ! Enfin, deux studios de travail réservés aux artistes ont été créés de toutes pièces.

Ce merveilleux outil permet de déployer nos missions : repérage, accompagnement et soutien, promotion et partage. Aujourd’hui, tout s’accélère, nous devons aussi raccourcir le temps entre la gestation d’une pièce et sa création sur scène. Par exemple, nous avons contribué à découvrir Baptiste Amann dès 2015. Depuis, il a construit son épopée, Des Territoires-Trilogie (7 heures), une grande fresque en forme de tragédie contemporaine, tant familiale qu’historique, où se superposent petite et grande histoire, drame intime et catastrophe collective. Après avoir été programmé dans le cadre du festival d’Avignon, cet événement ouvre notre saison, du 15 au 25 septembre.

Des-territoires-Trilogie-Baptiste-Amann © Christophe-Raynaud-de-Lage-Festival-Avignon

« Des territoires-Trilogie », de Baptiste Amann © Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Théâtre Ouvert est donc un lieu de programmation et de fabrique ?

Cette maison est non seulement dédiée aux auteurs / autrices, mais est habitée par eux tous. Le Théâtre est un lieu foisonnant et palpitant où s’écrit et s’expérimente un répertoire théâtral d’aujourd’hui, à la table et sur le plateau, à travers l’École Pratique des Auteurs de Théâtre (ÉPAT), les accueils studio et autres résidences, l’accompagnement dramaturgique de textes en devenir, l’édition, des chantiers ouverts. Montrer les auteurs / autrices au travail, dévoiler les processus de création fait partie de notre ADN. On fait des essais, des tentatives, car une dramaturgie doit s’éprouver au plateau.

C’est-à-dire ?

Nous devons contribuer au passage des textes sur scène par l’association active des publics. Des présentations publiques sont proposées à différentes étapes de la création. Outre des praticiens, nous mettons aussi des auteurs en lien avec des réseaux de production et de diffusion. Par exemple, Baptiste Amman, Nicolas Doutey, Simon Diard, Charlotte Lagrange, quatre auteurs que nous avons repérés, ont été à l’affiche du Festival d’Avignon. Nous renforçons des liens francophones, grâce au festival transatlantique Jamais Lu qui permet à des metteurs en scène québécois de porter un regard sur nos auteurs / autrices et vice versa.

Dans un contexte où s’épanouissent les collectifs, vous défendez un projet caractérisé par l’accompagnement des parcours individuels des auteurs / autrices. Pourquoi ?

L’écriture de plateau, les pensées collectives sont effectivement une tendance de fond, qui correspond tout à fait à notre époque marquée par des crises sans précédent qui suscitent, sans doute, des besoins de rassemblement. Des auteurs émergent aussi individuellement. Avec près de 500 manuscrits reçus chaque année, nous répondons à leurs attentes pour les aider sur le chemin souvent difficile qui mène de l’écriture d’un texte à sa création. La solitude peut peser pour certains auteurs.

Nous accompagnons 40 à 50 auteurs / autrices par an, en prodiguant des conseils dramaturgiques personnalisés, en jouant les intermédiaires. Nous faisons de la promotion, notamment via le dispositif ÉPAT initié et des collaborations avec les écoles supérieures d’art dramatique (le CNSADl’École du Nord, l’ESADl’École supérieure de Bordeaux Aquitaine, le Studio d’Asnières ESCAl’Université de Paris Ouestl’école du TNB de Rennes) afin que les élèves-comédiens découvrent des auteurs / autrices vivants, ou pour que des œuvres actuelles soient au programme des concours. Nous œuvrons auprès des nouvelles générations pour leur donner le goût de l’écriture, favoriser l’éclosion de jeunes pousses.

« Un répertoire théâtral en résonance avec son temps »

Nous accompagnons donc des auteurs individuellement, mais mettons aussi en commun des processus de création. Ainsi, du 21 au 29 août, dix auteurs ont-ils déjà habité le 159 pour un chantier théâtral bien vivant et très joyeux, avec des textes inédits mis en voix gratuitement pour les publics. Dix pièces courtes issues d’une commande spéciale à Sidney Ali Mehelleb, Françoise Dô, Nicolas Doutey, Julien Gaillard, Lancelot Hamelin, Pauline Haudepin, Haïla Hessou, Charlotte Lagrange, Marilyn Mattei et Grégoire Vauquois.

Nous avons demandé à chacun de choisir un événement qui s’est passé au cours des 50 dernières années, un événement public, privé, intime, politique, sociétal, historique qui l’a marqué, afin de le mettre en écho avec le temps présent. Leurs textes ont résonné dans tous les espaces, accompagnés des comédiens Charlotte Clamens, Daniel Delabesse et Judith Henry. Après une semaine de travail, ce fut un week-end marathon prolifique avec des échanges constructifs et une réelle adhésion du public.

De quoi sommes-nous faits ?

Préservez-vous l’activité éditoriale ?

Absolument ! L’émergence de nouveaux auteurs / autrices et l’épanouissement de leur écriture passent aussi par la publication de textes. C’est indispensable à la constitution d’un nouveau répertoire (découvrir le catalogue édition Tapuscrit | Théâtre Ouvert). D’ailleurs, de nouvelles thématiques sont traitées, parmi lesquelles la ruralité, le post-colonianisme, les questions d’identité ou de genre. Les nouvelles générations se saisissent en effet de l’actualité brûlante, donnent à voir d’autres réalités, la diversité, les minorités, la marge. Ils font entendre les voix du monde.

Ainsi, pour les prochains spectacles, Sidney Alli Mehelleb / DEUG DOEN GROUP nous adresse-t-il un cri de révolte. Né d’une volonté de résilience, de joie et de révolution, Soldat.e Inconnu.e   part de ce moment incompréhensible qu’a été la nuit du 13 novembre 2015, convoquant au plateau notre besoin immense de consolation depuis ces attentats du Bataclan. Aurélie Van Den Daele, la nouvelle directrice du Théâtre de l’Union, CDN du Limousin, en assurera la mise en scène du 4 au 17 octobre. Guillaume Cayet, quant à lui, traite de la colère née de l’humiliation, dans Grès (Tentative de sédimentation), du 16 au 20 novembre.

« Soldat.E Inconnu.E », de Sydney Alli Mehelleb / Deug Doen Group © Marjolaine-Moulin

Quels sont vos critères de sélection ?

Une écriture singulière motivée par une urgence de dire, une nécessité. Une démarche spécifique. Une coloration particulière. Du sens. Nous soutenons des artistes qui, par leur regard poétique, nous touchent et nous déplacent, nous aidant à forger et légitimer de nouvelles représentations du monde, à entendre les mots de ceux qui n’ont pas voix au chapitre, à ouvrir des horizons sensibles. Nous portons attention à ceux qui sont éloignés des centres de décision. Par exemple, je suis membre du Jury   Prix RFI Théâtre.

Que réserve l’inauguration ?

Cette soirée festive sera l’occasion de découvrir le lieu réhabilité. Après le succès rencontré au Festival d’Avignon, nous présentons la première francilienne de Des territoires-Trilogie. L’occasion de lancer la nouvelle saison, riche de découvertes, rencontres, temps forts, projets participatifs. 

 

Propos recueillis par
Léna Martinelli

Caroline Marcilhac@Christophe Raynaud de Lage