En public

Festival

ZOOM à Théâtre Ouvert - Z.T.O#4

du réel au poétique

du 23 au 30 mai 2018

Quatrième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.

En savoir plus...

PERFORMANCE

L.F.O. [low frequencies oscillations]

Performance d’Alexandra Badea, Nihil Bordures, Thierry Raynaud

les 29 et 30 mai 2018 à 20h30

On vit dans l’ère du témoin, en pleine tempête médiatique. On se nourrit de témoignages. Mais qu’est-ce qui reste d’un témoignage ? Qui nous le transmet et qu’est-ce qui se perd dans ce processus de transmission ? Qu’est-ce qui a une valeur dans un témoignage : l’information ou l’émotion qu’il produit ? L’exactitude du récit ou l’authenticité de la source ? La sincérité ou la mise en scène ?


Dans le cadre de

En savoir plus...

Puisqu'il faudra bien qu'on s'aime

de Yann Verburgh

Jeudi 28 septembre 2017 à 18h

55 min
STUDIO
Entrée libre sur réservation

Texte et jeu Yann Verburgh  Mise en scène Eugen Jebeleanu 
Création sonore Rémi Billardon
 

Rapport d'enquête
Durée : 55 mn, le temps d'un cours au collège   Un auteur nous livre son carnet de route après 3 jours d'immersion dans un collège, à la rencontre des élèves et des salariés de l'établissement.Comment trouve-t-on sa place ? Comment l'aimerait-on ? Quelles similitudes entre la salle de classe et le «monde des adultes», dans un pays où la liberté s'effrite au nom de la sécurité, où l'ostracisme s'institutionnalise au nom de l'économie, où la solidarité semble vouloir s'écrire au passé ? Et si l'on avait le pouvoir de réécrire les règles du jeu ? Le collège Gérard Philipe (Paris 18ème), classé REP (réseau d'éducation prioritaire), a accueilli Yann Verburgh, en mai 2016, sur le temps du Festival les Hauts Parleurs, pour 3 jours d'immersion. De la salle des profs au bureau de la proviseure, en passant par le réfectoire, le CDI et les casiers du gymnase, le recueil des rêves, des préoccupations et des témoignages des élèves et des salariés de l'établissement sur les questions de solidarité et d'exclusion, d'amour et de violence.

 

Carte blanche à l'auteur donnée par le collectif À Mots Découverts lors du Festival Les Hauts Parleurs #2, au Grand Parquet – en partenariat avec le collège Gérard Philipe (Paris 18ème) et avec le soutien du collectif La Bande à Léon

Avec le soutien de Théâtre Ouvert