Paradis artificiel : le cabaret des oxymores

OXYMORE, nom masculin. Figure de style qui réunit deux mots en apparence contradictoires.
Du grec oxús (intelligent, malin) et môrós (niais, idiot).

Ce ne fut pas si simple, mais nous l’avons fait. Durant des semaines, nous sommes resté.e.s « ensemble chacun chez soi ». Toutes et tous uni.e.s dans la solitude.

Tandis que le monde d’après et le monde d’avant se chamaillent encore l’espace et le temps, examinons ensemble cette curieuse époque de la contradiction, du paradoxe, voire de l’injonction à la liberté dans laquelle nous tentons chaque jour de prendre la parole, de donner sens, d’être en accord ou pas avec nos voix intérieures et publiques.

Pour ce cabaret nouveau genre, dix binômes d’autrices·d’auteurs québécois·e·s et francophones ont pris la parole autour de dix oxymores qui font écho au temps présent – mais en « absentiel », chacun dans sa géographie.

Leurs vingt paroles devraient bientôt nous réunir dans un même pays mental.

Jumelées en binômes outre-atlantiques des voix du Québec et du monde francophone rivalisent dans une joute poétique afin d’examiner ensemble notre curieuse époque de contradictions et de paradoxes…

Avec du Québec : Gabrielle Chapdelaine, Martin Bellemare, Émilie Monnet, Marie-Louise Bibish Mumbu, Emmanuelle Jimenez, Maxime Champagne, Éric Noël, Anne-Marie Olivier, Elkahna Talbi et Elena Stoodley

Et de l’Europe francophone : Sidney Ali Mehelleb, Julie Ménard, Nicolas Barry, Grégoire Vauquois, Françoise Dô, Antoinette Rychner, Pauline Haudepin, Sèdjro Giovanni Houansou, Hala Moughanie et Astrid Bayiha

Direction Marcelle Dubois, Fanny Brossard-Charbonneau

Dramaturgie Marc-Antoine Cyr

Musique et montage Fred Costa

Conception graphique Alice Picard

Avec le soutien de la SACD, SACD Canada, ARTCENA, le Conseil des Arts du Canada, le Consulat Général de France à Québec, le CALQ, Patrimoine canadien