En public

MISE EN ESPACE

Brefs entretiens avec des femmes exceptionnelles

dans le cadre du projet européen Fabulamundi. Playwriting Europe

samedi 22 août 2020

Dans le cadre de notre projet européen Fabulamundi-Playwriting Europe, Théâtre Ouvert est invité à la prochaine édition des Rencontres théâtrales de La Mousson d'été le 22 août avec une mise en espace par le Collectif Le Grand Cerf Bleu de "Brefs entretiens avec des femmes exceptionnelles" de Joan Yago !

En savoir plus...

Sur/exposition

d’Aurore Jacob

vendredi 4 mars à 20h et samedi 5 mars à 16h

1h
COUPOLE
Entrée libre sur réservation

Mise en espace Olivia Grandville

Création lumière Yves Godin

Avec des élèves-comédiens 2ème année du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique :
James Borniche, Louise Chevillotte, Marceau Deschamps-Segura, Salomé Dienis Meulien, Lucie Grunstein, Florent Hu, Roman Jean-Elie, Hugues Jourdain, Kenza Lagnaoui, Sipan Mouradian, Asja Nadjar, Isis Ravel, Morgane Real, Alexiane Torres, Sélim Zahrani

Pour la seconde année de leur parcours avec Théâtre Ouvert, les élèves-comédiens du CNSAD ont la stimulante tâche d’expérimenter sur le plateau, pendant quinze jours, un texte inédit d’Aurore Jacob. Sous la direction d’Olivia Grandville, qui a porté à la scène en novembre 2014 à Théâtre Ouvert le premier texte édité de cette auteure, ils travailleront sur la dramaturgie et la matérialité scénique de l’écriture.

.......................................

Sur/exposition pourrait être l'histoire d'un vernissage comme les autres. Petits fours, champagne qui accompagnent les œuvres d'une jeune photographe prometteuse, sans oublier les commentaires des spectateurs devant les œuvres, parfois dubitatifs et caricaturaux. Dans cette exposition une bombe éclate...

.......................................

J'ai commencé à travailler sur ce texte en juillet 2014, suite au documentaire Aliaa, la révolutionnaire nue, au reportage consacré à Aliaa Magda Elmahdy, cette jeune égyptienne qui, pour dénoncer l’hypocrisie ambiante autour du corps de la femme dans le monde arabe, a posté sur son blog une photo d'elle nue. Une fatwa l’a obligée à fuir son pays.

En janvier 2015, j’étais en résidence à La Chartreuse-CNES pour terminer ce texte mais après les attentats de janvier je ne pouvais plus l’écrire tel que je l'avais commencé. J'ai détruit le travail initial. La forme a explosé. J'ai recomposé, avec des morceaux épars, une pièce chaotique mais avec une architecture très forte. J’ai travaillé sur le son, des images fantomatiques, une parole poétique pour dire l’indicible. 

La capacité d'Olivia Grandville à jouer avec ma partition textuelle, comme un musicien de jazz, nous avait rapproché lors de sa mise en espace d'Au bout du couloir à droite créée à Théâtre Ouvert en novembre 2014. Elle s’était approprié ma parole pour la faire danser. Elle avait su creuser entre les mots. Elle avait réussi à ouvrir la langue. Ou, plus exactement, à la tirer.

J’ai vu dans sa mise en espace le rire de mon texte. Le rire franc, le rire dangereux, le rire comme dernier rempart. Une terrible humanité. Il y a des rencontres et des évidences qui sont telles que ce n'est pas la peine de chercher plus loin.

Aurore Jacob

 

.......................................

Sur/exposition est un texte au paysage explosé dont les fragments ricochent et s’entrechoquent, dans un chaos architecturé. Aucun personnage auquel se raccrocher. C’est le présent de la représentation qui est en jeu. Dans cette pièce, la question du rythme est fondamentale. Celui-ci apparaît dans la musicalité de l’écriture et par l’omniprésence des images qui se succèdent. Tout repose sur la seule présence des comédiens, sur la texture de leurs voix et la matérialité de leur corps dans l’espace. Pour les étudiants du CNSAD, qui ont traversé les différents matériaux de Sur/exposition avec Olivia Grandville, le défi était donc de jouer avec l’enchaînement de ces tableaux en créant des ruptures, des accélérations et des ralentissements. De jouer avec l’ici et le maintenant, avec l’énergie du groupe. D’écouter le rythme du plateau, de trouver leur ancrage. De rester vivant dans l’immobilité et de motiver chacun de leur mouvement. Il s’agit d’exister dans leurs sensations, concrètement, sans avoir à s’appuyer sur une narration classique. Il s’agit de revenir à ce qui devrait être l’essence du jeu pour l’acteur : le feu du plateau qui crépite.

Aurore Jacob



Liens




Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Sur/exposition © A.Jacob

Biographie

Olivia Grandville

Olivia Grandville © DR

Olivia Grandville © DR

Olivia Grandville a été formée à l’École de danse de l’Opéra de Paris, en 1981 intègre le corps de ballet.

Lire la suite...