En public

Festival

Focus à Théâtre Ouvert F.T.O#5

du 21 au 30 novembre 2018

SPECTACLE / MISES EN VOIX / MISES EN ESPACE / PERFORMANCES

Cette 5ème édition fait entendre des textes pour la plupart inédits d’une douzaine d’auteurs français et étrangers en résonnance avec le temps présent. Une occasion de se rencontrer pour affûter ensemble nos esprits critiques.

.........

avec notamment Mawusi Agbedjidji, Rémy Barché, Éric Chevillard, Collectif biriken (Melis Tezkan & Okan Urun), Nicolas Doutey, Alain Françon, Bérangère Jannelle, Joël Jouanneau, Joël Maillard, Stanislas Nordey, Azilys Tanneau, Catherine Umbdenstock, Dorothée Zumstein...

.........

TARIF UNIQUE
5 € / 3 €
entrée libre avec la Carte TO

En savoir plus...

Retour de Kigali

Une proposition d’Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba

vendredi 8 et samedi 9 avril à 20h, dimanche 10 avril à 16h

1h15
COUPOLE
Tarif C (5€ - 3€ - entrée libre avec La Carte TO)

TEXTES
de Mandali Léon Athanase, Désiré Bigirimana, Amélie Durand, Jean Delacroix Hakizimana, Aimée Ishimwe, Jean-Paul Kayumba, David Lopez, Louise Mutabazi, Natacha Muziramakenga, Élise Rida Musomandera, James Rwasa, Aimable Twiringiyimana, Cécile Umutoni, Élitza Gueorguieva, Olivia Rosenthal, Dorcy Rugamba 

 

AVEC
Mandali Léon Athanase, Amélie Durand, David Lopez, Louise Mutabazi, Natacha Muziramakenga, Olivia Rosenthal, 
Dorcy Rugumba

 

création vidéo Élitza Gueorguieva
création musicale Gaël Faye
accompagné de Samuel Kamanzi (guitare/voix)

La mémoire d’un événement de très grande ampleur (comme le fut le génocide des tutsis en 1994) n’est pas seulement affaire de chercheurs et d’historiens. Elle est aussi nourrie par les souvenirs personnels de ceux et celles qui sont nés juste avant 94 et ont vécu, à un âge où les souvenirs ne s’impriment pas encore, des événements qu’ils ne se rappellent pas tout à fait. Pour eux, écrire sur le génocide des tutsis au Rwanda, c’est transcrire des sensations presque oubliées, aller chercher des anecdotes de leur enfance, reprendre des récits rapportés par des proches, et surtout raconter les suites, la vie telle qu’elle se déroule vingt ans plus tard parce que cette vie-là, qu’ils le veuillent ou non, porte les traces de ce qui s’est passé. Et pour ceux qui viennent d’autres horizons et qui n’ont pas fait l’expérience directe du pire, écrire sur un pays lointain a exigé une attention vigilante, attention grâce à laquelle établir, par la fiction et en dépit des différences de culture, d’étranges correspondances entre des existences pourtant incomparables les unes avec les autres.
Voilà ce que tous ensemble, français, belges, bulgare et rwandais réunis, nous avons fait. Nous avons regardé des images, nous avons lu des textes, nous avons parlé, nous avons transcrit et traduit, nous avons écouté, nous avons raconté, nous avons inventé, nous avons filmé, nous avons écrit.

Olivia Rosenthal

..........................................

〔...〕 Peut-être nous faudrait-il renaître, re-débarquer encore une fois sur terre bleus et tout frais. Nous réapprendrions alors à marcher comme au premier jour. Nous pourrions alors redécouvrir le monde et sa poésie, nous jetterions un regard neuf sur les fleuves et les falaises sans imaginer un seul instant qu’on puisse y précipiter des enfants, nous verrions amusés la houe qui sarcle les champs ou la serpe qui taille les prés et ces outils bucoliques n’éveilleraient rien d’autre en nous sinon la saveur des fruits de la terre. Ce serait magnifique de revivre un été et le temps des premiers amours, nous irions parmi les hommes sans crainte car rien ne nous interdirait de les croire sur parole. Mais qui serait capable d’un tel oubli ? 

 

in Marembo, Dorcy Rugamba

 

............................................

 

Contexte : les ateliers de la post-mémoire au Rwanda

À l’origine des ateliers de la mémoire, il y a une première initiative au Cambodge. C’est au Centre Bophana, centre d’archives audiovisuelles créé par le cinéaste Rithy Panh, qu’ont eu lieu les premiers ateliers de la mémoire en 2008, 2009 et 2012. Mis en place par Soko Phay et Pierre Bayard, ces ateliers avaient pour objectif de permettre un travail de recherche, de réflexion et de création à partir des archives. De jeunes artistes cambodgiens, encadrés par les peintres artistes Vann Nath et Séra, ont ainsi créé des œuvres plastiques (peintures, sculptures, photographies…) en se réappropriant les archives. Pour ces jeunes artistes qui n’ont pas vécu le génocide, il ne s’agissait pas de remplacer les images et les objets disparus mais bien d’accomplir un travail de deuil et de questionner les images manquantes.

Le projet qui s’est mis en place au Rwanda s’inscrit dans le prolongement de cette première expérience cambodgienne. Accueillie au Centre Iriba de Kigali (dirigé par Assumpta Mugiraneza) et soutenue par l’Université Paris 8 (via le Labex Arts H2H et IDEFI CréatiC) cette deuxième mise en œuvre des ateliers de la mémoire est centrée sur la création d’œuvres textuelles orales et/ou écrites. Accompagnés et soutenus par Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba, un groupe d’artistes et/ou d’auteurs (4 français inscrits dans le master de création littéraire de Paris 8 et 12 rwandais choisis par le centre d’archives Iriba de Kigali et par le Rwanda Arts initiative, une association dirigée par Dorcy Rugamba et destinée à promouvoir les arts au Rwanda) a travaillé sur un corpus d’archives multimédia relatif à l’histoire du Rwanda. Cet atelier de la mémoire s’est déroulé en deux sessions du 17 février au 1er mars 2015 puis du 26 octobre au 7 novembre 2015. Le travail de restitution artistique se clôturera par un colloque international consacré à l’usage des archives dans les génocides, colloque qui aura lieu à Kigali en novembre 2016.

..........................................

TABLE-RONDE
à l'issue de la présentation du 10 avril

Intervenants Marcel Kabanda (historien, président d’Ibuka), Assumpta Mugiraneza (directrice du Centre Iriba), Olivia Rosenthal (auteur et maître de conférences à l’Université Paris 8), Dorcy Rugamba (auteur et metteur en scène)

Modérateurs Pierre Bayard et Soko Phay, professeurs à l’Université Paris 8

..........................................

 

Coproduction Centre Iriba de Kigali, CEC - Bruxelles, Université Paris 8, Théâtre Ouvert.

Partenaires du projet « Arts et postmémoire au Rwanda » l’Université Paris 8, le Labex Arts H2H, IDEFI CréatiC, le Centre Iriba pour le patrimoine multimédia, l’Institut Français (Fonds d’Alembert) l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense, Rwanda Arts Initiative, l’Institut Universitaire de France (bourses de Pierre Bayard, de Lionel Ruffel et d’Annette Becker).

Responsables du projet « Arts et postmémoire au Rwanda » Pierre Bayard et Soko Phay
Parrain des ateliers  Gasana Ndoba
Organisation Soko Phay avec la collaboration d’Assumpta Mugiraneza
Direction artistique Olivia Rosenthal et Dorcy Rugamba
Photographies Ken Daimaru
Aide fournie à Kigali par Kenny Nkundwa et Samuel Muteba



Liens




Biographie

Olivia Rosenthal

Olivia Rosenthal © DR

Olivia Rosenthal © DR

Olivia Rosenthal a publié dix récits aux éditions Verticales dont On n’est pas là pour disparaître (Prix Wepler- Fondation La Poste 2007), Que font les rennes après Noël ?

Lire la suite...

Biographie

Gaël Faye

Gaël Faye est auteur compositeur interprète franco-rwandais. Autant influencé par la culture hip hop que les littératures créoles.

Lire la suite...

Biographie

Dorcy Rugamba

Auteur, Acteur et metteur en scène, Dorcy Rugamba est notamment l’auteur de Bloody Niggers , de Marembo, de Gamblers, de Market Place et co-auteur de Rwanda

Lire la suite...

Biographie

Elitza Gueorguieva

Elitza Gueorguieva © DR

Elitza Gueorguieva © DR

Elitza Gueorguieva est cinéaste, performeuse et auteure de textes. Née à Sofia, elle vit et travaille depuis quinze ans à Paris.

Lire la suite...