En public

Festival

ZOOM à Théâtre Ouvert - Z.T.O#4

du réel au poétique

du 23 au 30 mai 2018

Quatrième édition de ce temps fort qui explore la manière dont des auteurs, se saisissant de matériaux documentaires (intimes, politiques, historiques, sociétaux…) les agencent, les détournent, les transforment en un acte artistique qui tout à la fois questionne le temps présent et nous déplace par sa force poétique.

En savoir plus...

PERFORMANCE

L.F.O. [low frequencies oscillations]

Performance d’Alexandra Badea, Nihil Bordures, Thierry Raynaud

les 29 et 30 mai 2018 à 20h30

On vit dans l’ère du témoin, en pleine tempête médiatique. On se nourrit de témoignages. Mais qu’est-ce qui reste d’un témoignage ? Qui nous le transmet et qu’est-ce qui se perd dans ce processus de transmission ? Qu’est-ce qui a une valeur dans un témoignage : l’information ou l’émotion qu’il produit ? L’exactitude du récit ou l’authenticité de la source ? La sincérité ou la mise en scène ?


Dans le cadre de

En savoir plus...

Que nos vies (aient l’air d’un film parfait)

de Nathanaël Frérot

Samedi 24 février à 16h et 20h

durée estimée 1h30
COUPOLE
Entrée libre sur réservation

Maître d'oeuvre Catherine Marnas 

avec la promotion 5 (2015-2018) de l'Ecole du Nord
14 élèves-comédiens et 2 élèves-auteurs

Peio Berterretche, Claire Catherine, Morgane El Ayoubi, Caroline Fouilhoux, Alexandra Gentil, Alexandre Goldinchtein, Victoire Goupil, Haïla Hessou*, Corentin Hot, Margot Madec, Mathilde Mery, Cyril Metzger, Adrien Rouyard, Lucas Samain*, Etienne Toqué et Mathias Zakhar

*élèves-auteurs

  

Un jour, un groupe d’artistes reçoit les clefs d’un lieu de création, derrière un parking, derrière un bowling, dans une petite ville de La  Manche. Ils découvrent les villes, les cantons et les bourgs de ce  département qu’ils sillonnent. 

Une autre histoire commence, celle des paysages que l’on recompose, du  territoire qui nous change ou nous bloque, des mutations des gens et des endroits. Une histoire qui pourrait devenir la pièce qu’ils joueraient aujourd’hui.

Que nos vies (aient l’air d’un film parfait) est une tentative pour raconter quelque chose du monde en racontant des lieux. Dessiner des espaces géographiques et inventer les situations qui y jaillissent. Une aventure en forme de grand road-trip immobile.

■■■

Lire du théâtre est toujours très difficile. 

Les mots couchés sur le papier ont du mal à nous laisser percevoir les tensions, les rythmes, les changements de registre que seuls les mots portés par des voix et des corps peuvent nous faire comprendre.

Cette «dramatique incarnée» se révèle particulièrement pertinente pour cette pièce de Nathanaël Frérot.

Apparemment simple dans ses thèmes,  puisqu’il y revendique un intérêt pour les petites choses de la vie, l’apparemment quotidien et banal (je me suis amusée à le comparer à Depardon), il place ses situations dans un cadre très complexe.

Mises en abîme à plusieurs niveaux, juxtaposition brutale de genre fictionnels très différents (je me suis amusée à le comparer à Godard).

Dix jours, c’est bien court pour rendre compte de cette complexité mais j’espère que aurons pu laisser entrevoir les richesses et les potentialités de cette écriture.

Catherine Marnas

■■■

EXTRAIT 

« J’aimerais dire. Te dire à toi.

Ou t’écrire.

Tu n’es pas là et c’est toujours à toi que je parle.

Je t’écris depuis un endroit

D’une zone sensible aléatoire.

On y parle d’endroits

D’un théâtre des opérations à venir

De territoires aux contours mouvants

avec des frontières tracées à main levée

Un croquis de maisons, de soleil ou de nuages avec des chemins et des bonhommes

Un schéma technique très précis exécuté avec de très gros feutres ».

 

En partenarait avec l'École du Nord 

avec le soutien de la Région Île-de-France 



Liens




Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois

Que nos vies (aient l'air d'un film parfait) de Nathanaël Frérot © Pierre Grosbois