En public

Festival

Festival du Jamais Lu-Paris

Hors-série 2020

Dans le contexte de la crise sanitaire actuelle, le Jamais Lu Paris décide de reporter la 6ème édition de son festival à octobre 2021. Mais… ceci ne veut pas dire que l’automne 2020 sera dépourvu d’échanges entre la France et le Québec !
Nous réinventons la rencontre en créant un Jamais Lu – Paris (Hors-Série).
Deux soirées sont au programme : le 30 octobre dans l'Auditorium de la Maison des Auteurs de la SACD et le 31 octobre 2020 au Théâtre du Studio l ESCA et nous vous proposerons un projet virtuel: PARADIS ARTIFICIEL : Le cabaret des oxymores.

En savoir plus...

MISES EN VOIX

PARADIS ARTIFICIEL / Le cabaret des oxymores

[ version scénique ]

30 octobre à 18h

[ OXYMORE, nom masculin. Figure de style qui réunit deux mots en apparence contradictoires. Du grec oxús (intelligent, malin) et môrós(niais, idiot). ]

 

Ce ne fut pas si simple, mais nous l’avons fait.
Durant des semaines, nous sommes resté.e.s « ensemble chacun chez soi ».
Toutes et tous uni.e.s dans la solitude.


Dans le cadre de

En savoir plus...

MISES EN VOIX

Monica, suivi de Julie

de Gabrielle Chapdelaine

31 octobre 2020 à 17h

Avant sa venue en résidence au Jamais Lu Paris en 2021 pour l’écriture d’un texte inédit, nous proposons en guise d’amuse-bouche deux œuvres de l’autrice québécoise Gabrielle Chapdelaine.


Dans le cadre de

En savoir plus...

Les Inamovibles

de Sédjro Giovanni Houansou

vendredi 8 mars à 20h

1h15
COUPOLE
Entrée libre sur réservation

Maître d’œuvre Simon Delétang

avec les élèves-comédiens de l'Éstba : Louis Benmokhtar, Étienne Bories, Clémence Boucon, Zoé Briau, Marion Cadeau, Garance Degos, Camille Falbriard, Léopold Faurisson, Alexandre Liberati, Shanee Krôn, Félix Lefebvre, Léo Namur, Mickaël Pelissier, Prune Ventura

Malik, 36 ans, après plusieurs années de vie à l’étranger, se jette sous un train, pour ne pas mourir de honte en rentrant au pays, les mains vides... Lamine, contre la volonté de sa mère est parti en aventure, par la route clandestine. Jeté dans la méditerranée par ses Co-voyageurs, il décide de revenir à la maison. Mais si le départ a été possible, le retour semble réserver d’autres surprises. Entre l’ailleurs et la maison, il y a cet étrange no man’s land où se massent des « consciences » espérant un hypothétique retour, soumis au bon vouloir d’un étrange passeur (Post) et de sa fille.  « Pour tous ceux qui ont pu driblé le protocole de départ… » le protocole du retour sera intransigeant. C’est de cet endroit que tout en pénétrant dans l’intime des personnages, on dialogue avec l’absence des uns, l’attente des autres (pères, mères, enfants d’exilés tous perdus dans l’attente) ; les rues, les envies avortées… ceux qui sont partis et ceux qui restent.  En dix mouvements, la pièce traverse plusieurs espaces colorés et fait parler des « colères » et des « Jeunesse » et des « consciences ».

Ce texte est lauréat du Prix Théâtre RFI 2018

À paraître aux Éd. Tapuscrit/Théâtre Ouvert en coédition avec RFI

Avec le soutien de la Région Île-de-France, la Cité internationale des arts

 



Liens




Prix Théâtre RFI 2018© DR

Prix Théâtre RFI 2018© DR